Alcea rosea : Ruberwa Rose trémière Hollyhook

Plante ornementale aux qualités potagères oubliées

Alcea rosea

Synonymes : Althea rosea

Kinyarwanda : Ruberwa
Français ; Rose trémière, Rose de mer, Rose papale
Anglais : Hollyhock

Type

Herbacées vivace ou bisannuelles pouvant atteindre une hauteur de 1,5 à 2,5 m et jusqu’à 3,5 m en régions tropicales.

Parties utilisées

Jeunes pousses et feuilles tendres, bourgeons floraux et fleurs

Usages culinaires

La rose trémière serait originaire de Chine, où elle était parfois cultivée comme plante potagère.

Les anciens Égyptiens, ainsi que les Romains, mangeaient les racines, riches en sucres. Les racines étaient consommées bouillies ou frite.

Aujourd’hui elle est encore parfois cultivée comme légume en Égypte.

La rose trémière est probablement venue en Europe du Moyen-Orient par les croisés revenant des guerres saintes, vers l’an 1500, et est rapidement devenue un plante potagère et ornementale des jardins.

Au XIXe siècle en Angleterre, la sève de rose trémière était fouettée, additionnée de sucre, puis versée dans des moules et vendue comme bonbon.

Les feuilles très tendres, mucilagineuses, sont comestibles crues, comme les jeunes pousses, ou cuites comme des plantes potagères.

Les bourgeons floraux et les fleurs, également comestibles, sont consommés en salade mais aussi confites ou en tisane, à partir de pétales séchés.

On peut également en faire de la confiture ou bien un sirop.

On peut utiliser les fleurs comme colorant naturel qui ne modifie pas le goût des préparations.

On peut obtenir de l’amidon à partir de la racine broyée et lavée à l’eau.

Le médecin français François-Joseph Cazin, auteur du « Traité pratique et raisonné de l’emploi des plantes médicinales indigènes » note que « Gilibert a retiré de la racine arrachée au printemps une farine vraiment nourrissante ; il dit que les racines de mai et les fruits, avant leur maturité, donnent beaucoup de farine sucrée. »

Au Rwanda, Ruberwa est essentiellement cultivée comme ornementale et sa possibilité de consommation comme légume est semble-t-il ignorée.

Confiture de fleurs de rose trémières

Recette libanaise

Texte et photo http://www.babakitchen.be/2015/08/confiture-de-roses-tremieres.html

1. Récolter les fleurs, environ 150 fleurs soit 200g de pétales et les passer brièvement sous l’eau
Verser les pétales dans une bassine, couvrir d’eau, ajouter le jus d’un citron et laisser macérer toute la nuit

2. Le lendemain matin, égoutter et séparer tous les pétales/

3. Dans une grande casserole, mettre 500ml d’eau, 200ml de jus de citron, les pétales et porter à ébullition à feu doux jusqu’à ce que l’eau soit complètement évaporée

4. Ajouter alors 800g de sucre, porter la cuisson à feu vif, mélanger, couper le gaz lorsque le sucre est bien fondu, mettre en pot et laisser refroidir

Autres usages :

La tige offre une substance fibreuse, textile, avec laquelle on peut fabriquer des fils, des cordages, des tissus divers et d’excellent papier.

Les fleurs peuvent entrer dans la composition de savons apaisants pour la peau.

Mis en ligne par La vie re-belle
 13/07/2019
 http://lavierebelle.org/?alcea-rosea-synonymes-althea-rosea-kinyarwanda