Alcea rosea : Ruberwa, Roses trémière, Hollyhook

Plantes ornementale aux propriétés médicinales à découvrir

Alcea rosea

Synonymes : Althea rosea

Kinyarwanda : Ruberwa
Français ; Rose trémière, Rose de mer, Rose papale
Anglais : Hollyhock

Alcea rosea est une herbacée vivace ou bisannuelles de la famille des malvacées pouvant atteindre une hauteur de 1,5 à 2,5 m et jusqu’à 3,5 m en régions tropicales.

La rose trémière serait originaire de Chine, où elle était cultivée comme plante potagère. Aujourd’hui elle est parfois cultivée comme légume en Égypte.

Pour plus d’informations sur les usages culinaires lire sur ce site l’article Alcea Rosea : plante ornementale au vertus potagères oubliées.

Usages médicinaux :

Analyse phytochimique :

les fleurs de rose trémière sont une source d’antocyanines et de flavonoïdes. Différents acides phénoliques ont été identifiés : acides férulique, vanillique, seringique, p-coumarique, p-hydroxybenzoïque, p-ydroxyphénylacétique et caféique.

Les graines contiennent des glucides, des composés phénoliques des flavonoïdes extractibles dans l’eau ; des protéines et acides aminés et des glycosides solubles dans l’alcool.

Comme la plupart des malvacées, les diverses parties de la rose trémière contiennent des mucilages aux propriétés émollientes, adoucissantes, antiinflammatoires, antiulcéreuses.

Pour plus d’information sur les propriétés des mucilages des malvacées lire sur ce site l’article « Malvacées - Plantes de la douceur »
Propriétés et utilisations médicinales traditionnelles de la rose trémière

Adoucissante et laxative, la rose trémière est préconisée dans le traitement des maux intestinaux.

La plante dispose également de vertus apéritives.

Émolliente, la rose trémière calme et apaise les inflammations des divers tissus externes et internes. Les fleurs peuvent entrer dans la composition de savons apaisants pour la peau.

Elle est également béchique et antiglaireuse.

Prise en interne, la rose trémière apaise les voies digestives, respiratoires et urinaires. Aussi, elle calme les toux et diminue les risques de glaire.

Elle favorise la miction, apaise les ulcères et peut aider à soulager une toux sèche.

Les principaux composés actifs de la plante sont solubles dans l’eau. Les diverses parties de la plantes sont utilisées sous formes formes de macération, infusion ou décoction.

Certains herbalistes conseillent de ne pas bouillir les parties foliaires et les fleurs car elle perdrait beaucoup de ses propriétés curatives.

Pour faire un infusion froide, on verse une poignée de fleurs ou de feuilles fraîches ou séchées dans un récipient rempli d’eau en les maintenant sous l’eau par un piston, ou en les enveloppant dans une étamine et en les attachant avec de la ficelle en sachet fait maison. La plante laissée à macérée la nuit, puis réfrigérée doit être utilisée au cours des deux jours suivants.

L’infusion à froid de la plante est un des moyens d’apaiser les voies respiratoires, les maux de gorge, la toux sèche, les problèmes d’estomac et les inflammations des voies urinaires.

Des extraits de la plante possèdent des effets immunomodulateurs, anti-lithiase urinaire, et anti-ulcéreux.

Utilisations traditionnelles des différentes parties de la plante

Feuilles

Les feuilles ont des propriétés diurétiques, anti-inflammatoires, antibactériennes, analgésiques ; elle sont utilisée pour le traitement des calculs rénaux.

Les racines sont astringentes et émollientes.

Elles sont utilisées pour traiter bronchite, diarrhée, constipation, toux sévère, angine.

La pâte de feuilles pilées peut être étendue sur les plaies et retenue par un bandage lâche, car ce remède très actif est irritant.

Les feuilles entières peuvent également être transformées en cataplasme pour traiter les peaux gercées, les échardes et les gonflements douloureux. Brésiliens et Chiliens utilisent de tels cataplasme pour soulager l’inflammation et les tumeurs.

Les feuilles étant assez épaisses, il faut les ramollir légèrement à la vapeur pour les rendre plus flexibles. Une fois attendries, elles sont appliquées encore chaude, et tenues par une serviette isolante et des bandes de tissu pour maintenir le cataplasme en place pendant environ une heure.

Racines

Les racines sont astringentes et émollientes.

La racine broyée ou pilée est appliquée comme cataplasme sur les ulcères.

Par voie orale, la racine peut être utilisée dans le traitement de la dysenterie.

Les racines seules sont également utilisées pour traiter la perte d’appétit.

Les racines et les fleurs sont utilisées dans la médecine tibétaine sont utilisés dans le traitement des inflammations rénales, vaginales, intestinales.

Graines

La graine est émolliente, diurétique et fébrifuge.

Les graines peuvent également être écrasées et appliquées localement pour traiter les abcès.

Fleurs

Les fleurs sont diurétiques, adoucissante et émollientes.

Elles sont utiles dans le traitement des douleurs thoraciques,

Elles sont utilisées en décoction pour améliorer la circulation sanguine,

Elles sont utilisées dans le traitement de la constipation, dysménorrhée, hémorragie etc.

Pour être utilisées, les fleurs sont récoltées lorsqu’elles sont ouvertes et sont séchées pour une utilisation ultérieure.

La rose trémière était préparée sous forme de thé pour calmer les problèmes respiratoires.

Les Arabes et les Costariciens buvaient de l’infusion de rose trémière sucré pour soulager la toux et les maux de gorge.

Pour l’inflammation de la gorge, maux de gorge, la recette suivante est proposée : Verser 10 cl d’eau bouillante sur 1,5 g de pétales de rose trémière. La préparation est à prendre en en bain de bouche ou gargarisme.

Les fleurs sont aussi utilisées dans le traitement de la constipation, la dysménorrhée, et en cas d’hémorragie.

Pour les problèmes gastro-intestinaux et urinaire la recette suivante est proposée : Préparer une infusion avec 1 à 2 g de fleurs dans une tasse d’eau, à consommer une fois la préparation refroidie.

La décoction de fleurs est également réputée améliorer la circulation sanguine,

Pour être conservées et utilisées ultérieurement, les fleurs sont récoltées lorsqu’elles sont ouvertes et sont séchées.

Fleurs

Les fleurs sont diurétiques, adoucissante et émollientes.

Elles sont utiles dans le traitement des douleurs thoraciques,

Elles sont utilisées en décoction pour améliorer la circulation sanguine,

Elles sont utilisées dans le traitement de la constipation, dysménorrhée, hémorragie etc.

Pour être utilisées, les fleurs sont récoltées lorsqu’elles sont ouvertes et sont séchées pour une utilisation ultérieure.

La rose trémière était préparée sous forme de thé pour calmer les problèmes respiratoires.

Les Arabes et les Costariciens buvaient de l’infusion de rose trémière sucré pour soulager la toux et les maux de gorge.

Pour l’inflammation de la gorge, maux de gorge, la recette suivante est proposée : Verser 10 cl d’eau bouillante sur 1,5 g de pétales de rose trémière. La préparation est à prendre en en bain de bouche ou gargarisme.

Les fleurs sont aussi utilisées dans le traitement de la constipation, la dysménorrhée, et en cas d’hémorragie.

Pour les problèmes gastro-intestinaux et urinaire la recette suivante est proposée : Préparer une infusion avec 1 à 2 g de fleurs dans une tasse d’eau, à consommer une fois la préparation refroidie.

La décoction de fleurs est également réputée améliorer la circulation sanguine,

Pour être conservées et utilisées ultérieurement, les fleurs sont récoltées lorsqu’elles sont ouvertes et sont séchées.

Associations :

Ruberwa peut être associée...

-  à la ciboulette et le sureau noir pour leurs propriétés laxatives.
-  au fenugrec pour améliorer l’appétit.
-  au miel et cannelle ou la sauge pour calmer la toux.

Récherches sur les propriétés d’Alcea rosea

En 2001, des extraits de la plante ont été testé sur des virus tel que le HIV-1et HIV-2, la plante potentialiserait le développement d’agents anti-rétroviraux. Les auteurs de l’étude notent que les extraits sont doublements intéressants puisqu’ils sont moins toxiques pour l’organisme que les médicaments utilisés par l’industrie pharmaceutique.

Activité antioxydante

En 2013, une équipe de chercheurs égyptiens a montré que les extraits méthanoliques des parties aériennes et des fleurs d’Alcea rosea sont riches en composés phénoliques et ont une activité antioxydante importante. Les chercheurs ont isolé cinq composés flavonoïdes des parties aériennes d’Alcea rosea Cav. : la quercétine 3-O-β-d-glucuronopyranoside-8-C-d-glucopyranoside ; kaemphérol3-O-β-d-rutinoside ; le kaemphérol-4´-O-β-d-glucoside, le kaemphérol-3-O-β-d-glucoside et le kaemphérol. [source : Nagwa M. Ammara & al. « Evaluation of the phenolic content and antioxidant potential of Althaea rosea cultivated in Egypt », http://applications.emro.who.int/imemrf/J_Arab_Soc_Med_Res/J_Arab_Soc_Med_Res_2013_8_2_48_52.pdf

Propriétés antibactériennes

Une étude de 2010 a montré que l’extrait de feuilles d’A. Rosea à 0,4 g / ml une activité inhibitrice contre Bacillus cereus, Salmonella Typhi et Klebsiella pneumoniae et un effet considérable et significatif sur Salmonella epidermidis et Staphylococcus aureus.

La résistance à la méthicilline de staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) ayant augmenté, Staphylococcus aureus) est une cause grave d’infections nosocomiales dans de nombreux pays. Salmonella epidermidis est la cause la plus courante de bactériémie nosocomiale et le principal organisme responsable d’infections de dispositifs médicaux prothétiques implantés tels que prothèses : valves cardiaques, articulations artificielles et drain de liquide céphalo-rachidien. Les infections causées par Salmonella epidermidis sont souvent persistantes et récurrentes.

En fait, comparés à certains antibiotiques classiques, Salmonella epidermidis et Staphylococcus aureus ont montré des effets antibactériens plus élevés que certains antibiotiques standard.

En revanche, les résultats démontrent que Escherichia coli présente une résistance à A. rosea. Ce résultat est conforme aux résultats de Lee et al. qui ont montré que la dose de A. rosea n’avait pas d’activité antibactérienne contre Escherichia coli.

Le solvant et le système d’extraction peuvent tous deux modifier les résultats finaux et un solvant approprié est important pour obtenir une activité antibactérienne maximale.
Par exemple, il a été démontré que l’extrait méthanolique de Malva sylvestris ne présentait pas d’activité antimicrobienne contre Escherichia coli, Salmonella epidermidis et Staphylococcus aureus, tandis que son extrait éthanolique était actif contre Escherichia coli, Bacillus Subtilis et Pseudomonas aeruginosa.

Les résultats de cette étude contribuent à la validation scientifique de l’utilisation de ces plantes médicinales en médecine traditionnelle. A. rosea possède de bonnes propriétés antibactériennes qui peuvent être utilisées pour le contrôle et le traitement des infections et pourraient également constituer une nouvelle source de découverte d’antibiotiques et de traitement des infections.

[Source : Seyyed Mansour Seyyednejad et al. « A survey on Hibiscus rosea-sinensis, Alcea rosea L. and Malva neglecta Wallr as antibacterial agents Asian Pacific » Journal of Tropical Medicine, 2010 (351-355)]

Mis en ligne par La vie re-belle
 13/07/2019
 http://lavierebelle.org/?alcea-rosea-synonymes-althea-rosea-kinyarwanda-66