Bissap ou Karkadé (Hibiscus sabdariffa)

Délicieuse et médicinale

Une malvacée délicieuse puissamment médicinale

Hibiscus sabdariffa est originaire de la zone d’Afrique de l’Ouest qui englobe le Sénégal, le Burkina Faso, le Togo, le Niger et le Mali et la Cote d’ivoire. Des types apparemment sauvages d’Hibiscus sabdariffa se trouvent en la savane herbeuse et savane boisée. Hibiscus sabdariffa sabdariffa est traditionnellement cultivé autour des grandes villes du Sahel, dans les jardins ou autour des points d’eau. La plante est souvent utilisée par les paysans pour délimiter les parcelles.

En raison de la popularité internationale croissante des boissons à base de calices de cette espèce d’Hibiscus, la plante est aujourd’hui cultivée dans la plupart des régions tropicales.

Hibiscus sabdariffa est une malvacée vivace ou annuelle, selon son environnement, mais est généralement cultivée et récoltée comme une plante annuelle. Elle est utilisée comme plante alimentaire permettant de confectionner une boisson acidulée très prisée et comme plante médicinale, textile, cosmétique.

Noms vernaculaires

Devenue cosmopolite du fait de ses intérêts multiples : culinaires, médicinaux, textiles... la plante possède de nombreux noms vernaculaires :

Le nom « Roselle » est commun à l’anglais et au Français. Dans les pays francophones, on trouve également le noms « Oseille de Guinée ». Sur l’île de la Réunion, on l’appelle « Groseille », aux Antilles françaises ont la nomme « Groseille pays » ou « groseille de Noël ».

Le nom « Bissap » vient du wolof, langue la plus parlée du Sénégal. Celui de « Karkadé » issu de « karkandji » est employé en Égypte, au Soudan et en Ethiopie. On l’appelle « Ngai Ngai » au Congo-Brazzaville et au Congo-Kinshasa, « Foléré » au Cameroun et « Karkandji » en sango. Au Mali ontr trouve le nom bambara, dableni, transformé dans l’usage local de la langue française en « dah rouge ».

Description

Système racinaire

La plante développe une racine pivot plus ou moins ramifiée. Une fois développée, cette racine qui atteint une profondeur de 30 cm à 1 m permet à la plante de résister à des périodes de sécheresse prolongées.

Tige

Ligneuse et robuste à la base, la tige atteint une hauteur de 0,50 à 2 m selon les variétés et les modes de culture. Sa couleur (vert, rouge clair ou vif, rouge pourpre à rouge vert), sa pilosité, le nombre de ramifications ainsi que leur disposition (port du plant), changent d’une variété à une autre.

Feuilles

Les feuilles sont disposées de manière alterne sur la tige. Elles ont des formes variables selon les cultivars, ainsi que sur une même plante en fonction du stade de développement. Elles sont simples ou entières, palmatilobées, palmatiséquées, etc. Leurs couleurs varient également selon les variétés : verts, rouges, rouge violet, pourpres et roses.

Fleurs

La fleur prend naissance sur les rameaux à l’aisselle des feuilles et est supportée par un court pédoncule. Elle est autogame, mais des pollinisations croisées peuvent se produire. Elle s’ouvre tard dans la matinée et se referme tôt dans l’après-midi.

Calice

Le calice est ce qui reste de la fleur lorsque les pétales sont tombés. Il est constitué de cinq sépales de couleur, de forme et taille là encore variables. On distingue deux grands types : une variété aux calices rouges et une autre aux calices blancs ou jaunes. Les calices sont garnis à la base d’une couronne de bractéoles formant un calicule pouvant comporter 9 à 11 pièces. Le calice possède la particularité de se développer et de devenir charnu à la fin de la floraison. Il renferme le fruit.

Fruit

Le fruit est une capsule pubescente s’ouvrant à maturité. La forme (sphérique ou ovoïde) et la grosseur sont des caractéristiques variétales. Il peut contenir 25 à 35 graines de taille variable selon la variété.

Graines

Les graines réniformes de couleur brun-foncé ou café sont disposées en rangées sur les deux côtés de chaque valve. Des graines à faible pourcentage d’humidité (8 %) et conservées à des températures optimales gardent longtemps leur viabilité (5 ans et demi environ).

Usages alimentaires

Calices

Les calices d’hibiscus sabdariffa, parfois appelés « fleurs d’hibiscus », sont utilisés pour faire différentes boissons.

Bissap et Karkadé

L’infusion des sépales des calices permet de préparer rapidement une boisson rouge carmin. Bue, fraîche bues froide elle est agréablement acidulée et revigorante.

Cette boisson très désaltérante est particulièrement populaire en Afrique de l’Ouest , dans les pays de la zone sahélienne où cette plante est cultivée jusqu’aux abords du désertj usqu’en en Afrique du Nord-Est. Ce breuvage peut être considéré comme une boisson nationale de la Guinée, du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso et du nord du Bénin. Elle est appelée « bisssap » au Sénégal, et « karkadé » au Soudan et en Ethiopie.

En Egypte, la « roselle ade » se consomme froide en été et chaude en hiver.

Dans les Antilles et l’Amérique tropicale, le calice est principalement apprécié pour la boisson rafraîchissante de type limonade.

En Jamaïque, on prépare une boisson de Noël traditionnelle en plaçant les calices dans un pot en terre cuite avec un peu de gingembre râpé et de sucre à volonté, en versant de l’eau bouillante dessus et en la laissant reposer toute la nuit. Le liquide est drainé et servi avec de la glace et souvent avec une pincée de rhum.

Une boisson similaire épicée et très colorée est préparée en Afrique de l’Ouest.

Production de boisson et concentré de bissap

Au Sénégal, la production de Bissap est principalement réalisée de façon artisanale par des groupes de femmes. Les transformatrices utilisent un 1 kg de calices secs pour 35 litres d’eau. Après macération pendant 3 h, l’extrait est filtré et sucré à une dose de 150 g de sucre·L–1 de filtrat.

D’autres ingrédients tels que de l’eau de fleurs d’oranger, des morceaux de fruits peuvent être ajoutés à la boisson. Certaines transformatrices effectuent une pasteurisation à des températures voisines de 100 °C pendant 10 min puis un conditionnement à chaud dans des bouteilles en verre.

Pour la fabrication de concentré de bissap, les femmes utilisent un kilo de calices sec pour 5 à 10 litres d’eau. Après extraction et ajout de sucre, une évaporation par ébullition à pression atmosphérique est réalisée jusqu’à obtenir une solution plus ou moins concentrée.

Sirop d’hibiscus

Au Mexique ou les sépales d’Hibiscus sont appelés « flor de jamaica », ces derniers servent à confectionner un sirop utilisé pour parfumer et colorer des cocktails ou être simplement mélangé à de l’eau bien fraîche et du sucre pour obtenir « l’Agua de Jamaica ».

Recettes de sirop

Agua de Jamaica

Ajouter deux tasses de fleurs d’hibiscus à deux litres d’eau froide.
Porter à ébullition puis réduire le feu et laisser mijoter 10 minutes, puis laisser refroidir.
Le concentré est prêt à être utilisé lorsque les « fleurs » gorgées d’eau auront coulé au fond du récipient.
Le processus commencé donne un demi-litre de concentré.
Filtrer le liquide à l’aide d’une passoire pour enlever les fleurs.
Verser le concentré dans une bouteille ou un bocal en verre pour le stocker. Les récipients en plastique altère le goût du sirop qui a par ailleurs tendance à tacher le plastique.
Pour préparer l’agua de Jamaica, verser le concentré dans de l’eau, ajouter du sucre et mélanger vigoureusement jusqu’à dissolution du sucre.

Autre recette

Pour un demi-litre d’eau, prendre environ 100 g de calices séchées.
Selon la saveur recherchée on peut également ajouter :

- un peu de feuilles de menthe fraîche,
- du gingembre,
- de la cannelle,
- de la cardamome verte,
- du basilic,
- du poivre...

- Faire bouillir l’eau ajouter les ingrédients choisis puis 500 grammes de sucre. continuer la décoction pendant un vingtaine de minutes, jusqu’à dissolution du sucre et diffusion des parfums et saveurs des l’hibiscus et ingrédients associés.
- Filtrer le tout avec une passoire bien fine pour ne rien laisser passer dans le sirop."

Le sirop se conserve ensuite au frais pendant 2 semaines.

Autres boissons à base de calices

Ingrédients :

- 2 litres d’eau

- 50 g de calices de karkadé

- 4 branches de feuilles de menthe poivrée

- 1 c. à soupe d’hydrolat de fleurs d’oranger

- 2 à 4 sachets de sucre vanillé.

Préparation :

1. Placer les 2 litres d’eau froide dans une grande casserole avec les calices et porter à ébullition.

2. Faire frémir pendant cinq minutes à couvert.

3. Arrêter le gaz, soulever le couvercle et rajouter la menthe poivrée. Laisser refroidir.

4. Filtrer le liquide refroidi, rajouter l’hydrolat de fleurs d’oranger et le sucre si désiré.

4. Mettre en bouteille et conserver au frais au réfrigérateur.

Pour plus d’effet, vous pouvez presser le jus d’un citron vert et tremper les rebords de vos verres dedans, puis les passer dans un peu de rapadura (à base de canne à sucre) avant de les mettre au congélateur.

Boisson aux graines de chia et karkadé

Ingrédients pour un demi-litre de boisson

- un demi-litre d’eau de source

- deux cuillères à soupe de graines de chia

- deux cuillères à café de fleurs d’hibiscus

- quelques feuilles de menthe

- deux cuillères à soupe (ou pas) de sucre ou de miel, de sirop d’agave ou d’érable, ou encore une cuillère de stévia ?

- quelques glaçons si besoin

Préparation

1. Hydrater les graines de chia dans 200 ml d’eau et laisser reposer 15 minutes.
2. Faire une infusion avec les fleurs d’hibiscus dans 100 ml d’eau frémissante.
3. Laissez refroidir l’infusion
4. Ôtez les fleurs du mélange
5. Ajouter l’infusion aux graines réhydratées puis ajoutez le reste des ingrédients, mélangez bien, et dégustez à la paille .

Autres utilisation des sépales

Les sépales peuvent être mâchés comme friandise acidulée.

Une fois séchés les calices peuvent être réduits en poudre. Cette poudre est utilisée pour saupoudrer les gâteaux dans certains pays d’Europe comme la Suisse, l’Allemagne et les pays d’Europe l’Est.

Au stade maturité des capsules après floraison, les sépales des séchés des calices sont parfois accommodés en sauce comme succédané de la viande.

On peut ajouter de la sauce ou du sirop de calice dans les puddings, le glaçage aux gâteaux, les gélatines et les vinaigrettes, ainsi que sur le pain d’épices, les crêpes, les gaufres ou la crème glacée.

Les calices qui contiennent 3,19% de pectine sont recommandés comme source de pectine pour l’industrie de la conservation des fruits, des confitures et gelées.

Il est possible de réaliser des confitures et gelés de calices.

Confiture de calices

(a) Mettre les calices frais et nettoyés dans une bassine à confiture (on peut ajouter une gousse de vanille fendue en deux)
(b) Faire bouillir les calices dans de l’eau pendant 10 à 15 minutes ( la décoction doit devenir rouge foncée)
(c) broyer les calices avec un mixer
(d) Ajouter du sucre (Un kilo de sucre pour un kilo de jus) et laisser bouillir quelques minutes
(e) Verser ce mélange chaud dans vos pots préalablement stérilisés (ébouillantés et encore chaud) Fermer soigneusement et retourner les pots. Une fois tiédis ou froids les pots peuvent être remis à l’endroit.

Feuilles

Les feuilles et les jeunes pousses qui ont un léger goût d’oseille d’où son appellation « Oseille de Guinée » sont utilisées crues en salades ou cuite à la manière des épinards, seules ou en combinaison avec d’autres légumes ou avec de la viande ou du poisson.

Dans le sous-continent indien, elles sont également ajoutées aux currys comme assaisonnement.

Au Pakistan les feuilles sont mixées en pesto (Pachadi) avec des épices.

Les types verts à feuilles alternées et polymorphes sont les plus appréciés pour ces utilisations. Les jeunes plantules sont cueillies lorsqu’elles atteignent 25 à 30 cm et vendues en bottes sur les marchés d’Afrique de l’Ouest. Les feuilles vertes sont commercialisées en grande quantité à Dakar. Elles sont principalement vendues utilisées fraîches. Aux Philippines. Elles sont déshydratées et comprimées et commercialisées sous cette forme.

Graines

Les graines sont un peu amères. Dans certains endroits, on les consomme grillées en amuse-gueule ou on en fait de la farine.

Elles sont parfois torréfiées pour remplacer le café.

Sur le Plateau nigérian, on fait fermenter les graines pour confectionner des galettes qu’on consomme sous le nom de « sorrel meat » ou « viande d’oseille ».

Des graines des capsules séchées, est extraite à chaud une huile très légère, qui ressemble surtout à l’huile de tournesol ou de soja. Dans le Guera et le Salamat au Tchad, cette huile est utilisée dans l’alimentation humaine pour les sauces et en friture. L’huile extraite des graines sert également en cuisine en Tanzanie et en Chine.

Le résidu riche en protéines restant après extraction de l’huile par dessiccation, trempage dans de l’eau contenant des cendres pendant 3 ou 4 jours, puis pilage des graines ou concassage / ébullition est mangé dans une soupe ou mélangé à de la farine de haricot en galettes.

Usage cosmétique

Si l’huile des graine est utilisée en cuisine, elle a aussi la réputation de contenir des substances toxiques, ce qui la rend peut-être plus indiquée pour la fabrication de savons et de produits cosmétiques.

Réputée en matière de soins capillaires la plante la plante est associés à différents produits à cet usage comme les shampoings. Hibiscus sabdariffa est aussi traditionnellement utilisé en application sur les cheveux, pour traiter les pellicules et pour teindre la chevelure ; mélangé à du henné, il apporte une couleur rouge vif et fait briller la chevelure.

Utilisation de la fibre

La fibre libérienne est un bon substitut du jute et on s’en sert pour fabriquer de la ficelle, des cordages, de la corde, des filets et des sacs.

Cette même fibre, voire parfois la tige entière, est employée aux États-Unis et en Asie dans l’industrie papetière.

Usage ornemental

La valeur ornementale de la plant suscite depuis peu l’intérêt, dans les jardins ou comme fleur coupée. Les tiges rouges décoratives parées de fruits rouges mûrs s’exportent en Europe où on les utilise dans des compositions florales.

Usage médicinal

Principaux constituants bioactifs

Le calice contient de l’acide citrique, de l’acide malique et d’autres acides qui expliquent son goût acidulé agréable et rafraîchissant.

Les pigments rouges sont de la famille des anthocyanes (anthocianoside), une famille que l’on retrouve dans la myrtille, la mûre, le raisin noir et qui explique en partie ses propriétés médicinales notamment antioxydant.

La plante contient aussi des polysaccharides, qui lui confèrent un effet stimulant du système immunitaire, démontré par la recherche, bien que ce ne soit pas une utilisation traditionnelle de la plante.

Utilisations traditionnelles

La plante est utilisée comme plante médicinale depuis des siècles en Afrique où elle est notamment réputée pour ses vertus diurétiques et antiseptiques urinaires, laxatives et pour réduire la tension artérielle.

Des extraits de la plante sont aussi utilisés pour soigner les rhumes, les maux de dents, et la gueule de bois.

Au Sénégal, le jus des feuilles s’emploie pour traiter la conjonctivite ; on applique les feuilles en cataplasme pour traiter les plaies et les ulcères ; la décoction de racine peut servir de laxatif ; l’infusion de calices est employé contre la toux, le rhume, l’anémie et la rougeole. On emploie également les propriétés larvicide et vermifuges des feuilles pour combattre le larbish, en particulier.

Hibiscus sabdariffa est traditionnellement employé dans le traitement de certains troubles hépatiques et fiévreux. Il est également utilisé pour soigner les troubles rénaux, les coliques et les infections urinaires, et pour inhiber, les bacilles de E. coli, du proteus et du streptocoque. On le conseille aussi pour traiter les bronchites, les stomatites et les angines.

On utilise les propriétés antiphlogistique et anti-œdémateuses des fleurs en cataplasme pour réduire et soulager les œdèmes et l’eczéma suintants, et enrayer les furoncles et les abcès, les dermatoses prurigineuses et soulager les piqûres d’insectes. En bain de siège, l’infusion ou le macérat de calice soulage les hémorroïdes.

Relaxant des muscles utérins, spasmolytique et légèrement analgésique, hibiscus sabdariffa contribue à atténuer et remédier aux douleurs menstruelles.

Les racines, nettoyées et bouillies, ont un excellent pouvoir purgatif. Elles sont utilisée pour calmer la toux et dégager les voies respiratoires, elle apaise les inflammations des voies respiratoires.

A l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar, le bissap entre dans la composition de plusieurs remèdes antibiotique, hypotenseur et protecteur cardiovasculaire.

Roselle is a multipurpose plant and all above ground parts of roselle is used as traditional madicine for the treatment of several diseases in Africa, Senegal, India, Thailand and Mexico (Ngamjarus et al. 2010). Many medicinal applications of the plant parts of roselle have been reported in different countries of the world (Ageless 1999 ; Lin et al. 2011 ; Fullerton et al. 2011).

Recherches

Plusieurs études suggèrent que l’infusion d’hibiscus réduit la tension artérielle très efficacement, même chez les personnes ayant des problèmes de santé qui augmentent leur risque d’hypertension artérielle.

« Cette étude a démontré la propriété antihypertensive des calices d’Hibiscus Sabdariffa. Cette plante riche contient de nombreux constituants ayant une activité sur le système cardiovasculaire [1]. Son activité antihypertensive pourrait s’expliquer par un effet diurétique via une activité anti-aldostérone [2] et par un effet vasodilatateur par l’inhibition de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE) par les anthocyanines [3]. Certaines études expérimentales suggèrent que les bénéfices observés de l’Hibiscus sur la fonction endothéliale sont dus à ses propriétés et effets antioxydants et anti-inflammatoires, qui sont plus importants que la diurèse et l’inhibition de l’enzyme de conversion de l’angiotensine [4, 1]. Dans cette étude, l’effet rapide de H. sabdariffa sur la pression artérielle semble plutôt lié à un mécanisme d’action vasoactif. »

Source : Sidy Mohamed Seck & al, « Clinical efficacy of African traditional medicines in hypertension : A randomized controlled trial with Combretum micranthum and Hibiscus sabdariffa » Journal of Human Hypertension, August 2017
citations :
1. Joven J, March I, Espinel E, Fernández-Arroyo S, Rodríguez-Gallego E, Aragonès G, et al. Hibiscus sabdariffa extract lowers blood pressure and improves endothelial function. Mol Nutr Food Res. 2014 ;58:1374–8.
2. Jiménez-Ferrer E, Alarcón-Alonso J, Aguilar-Rojas A, Zamilpa A, Jiménez-Ferrer CI, Tortoriello J, et al. Diuretic effect of compounds from Hibiscus sabdariffa by modulation of the aldosterone activity. Planta Med. 2012 ;78:1893–8.
3. Ojeda D, Jiménez-Ferrer E, Zamilpa A, Herrera-Arellano A, Tortoriello J, Alvarez L. Inhibition of angiotensin convertin enzyme (ACE) activity by the anthocyanins delphinidin- and cyanidin-3-O-sambubiosides from Hibiscus sabdariffa. J Ethnopharmacol. 2010 ;127:7–10.
4. Hopkins AL, Lamm MG, Funk JL, Ritenbaugh C. Hibiscus sabdariffa L. in the treatment of hypertension and hyperlipidemia : a comprehensive review of animal and human studies. Fitoterapia. 2013 ;85:84–94

Une méta-analyse menée en 2013 montre que l’infusion d’hibiscus est utilisée dans une dizaine de pays comme un traitement naturel contre l’hypertension artérielle, sans preuves d’effets secondaires nocifs – mis à part lors d’une consommation excessive.

D’autres études sont arrivées à la même conclusion, et ont confirmé l’idée que l’hibiscus peut diminuer la tension artérielle de sujets à risque d’hypertension, ou avec une hypertension légère.

Une donnée importante est que ces résultats se confirment chez les personnes diabétiques. En effet, une étude a trouvé qu’au bout de seulement quatre semaines, les participants diabétiques avaient une tension artérielle moins élevée en consommant de l’infusion d’hibiscus quotidiennement. La dose journalière recommandée était de trois verres (4, 5).

Une autre étude a trouvé que l’infusion d’hibiscus pouvait même être plus efficace que l’hydrochlorothiazide, une molécule largement utilisée contre l’hypertension artérielle, et n’avait pas le désavantage de provoquer des déséquilibres électrolytiques (6).

1. Corina Serbana et al. « Effect of sour tea (Hibiscus sabdariffa L.) on arterial hypertension : a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials »
2. Diane L. McKay et al, « Hibiscus Sabdariffa L. Tea (Tisane) Lowers Blood Pressure in Prehypertensive and Mildly Hypertensive Adults » The Journal of Nutition and desease
3. M Haji Farajia, A.H Haji Tarkhanib, The effect of sour tea (Hibiscus sabdariffa) on essential hypertension, Journal of Ethnopharmacology, Volume 65, Issue 3, June 1999, Pages 231–236.

Maintien d’un bon niveau de cholestérol et de triglycérides

L’hibiscus peut aider les individus affectés par une dyslipidémie à mieux équilibrer leur niveau de cholestérol et de triglycérides. De plus, il s’agit de deux facteurs à risque du syndrome métabolique, un ensemble de symptômes qui peuvent avoir des effets particulièrement néfastes sur la santé des individus. Une étude a montré que l’extrait d’hibiscus était un excellent remède naturel pour réduire le cholestérol et les triglycérides chez les personnes souffrant de syndrome métabolique (7). 
Comme pour la tension artérielle, les effets de l’hibiscus sur les lipides du sang concernent également les individus diabétiques. En effet, une étude de 2009 a trouvé une augmentation du bon cholestérol HDL, et une diminution autant du mauvais cholestérol LDL et des triglycérides lorsque les patients souffrant de diabète buvaient de l’infusion d’hibiscus 2 fois par jour (8).

Due to the presence of anthocyanins found in the extracts, roselle lowers bad cholesterol (LDL) levels in the blood (Hirunpanich et al. 2006 ; Lin et al. 2007 ; Kuriyan et al. 2010).

Prévention du stress oxydant

L’infusion d’hibiscus est pleine d’antioxydants qui luttent contre le stress oxydant provoqué par les radicaux libres. Ceci est dû aux anthocyanes qui se trouvent dans la plante, les pigments naturels qui donnent à la fleur sa couleur rouge (9).
Une étude a trouvé que la consommation d’infusion d’hibiscus augmentait la charge d’antioxydants dans le sang, et réduisait la quantité de composés qui contribuaient au stress oxydant. Puisque les participants avaient des quantités élevées d’acide hippurique, les chercheurs ont conclu que les polyphénols de l’hibiscus avaient été transformés par le microbiote intestinal (10).

Prévention de certains cancers

L’hibiscus est de plus en plus étudié en relation avec ses effets sur le cancer. Une étude en laboratoire a trouvé que l’extrait d’hibiscus pouvait tuer des cellules leucémiques (11, 12). Les mécanismes à l’origine de cet effet ne sont pas encore connus, mais les résultats sont prometteurs.
Des résultats similaires ont été trouvé en relation avec le cancer de l’estomac (13).
It shows strong anti-cancer activities against prostate cancer cells (Duke 1983 ; Muhammad and Shakib 1995).

Réduction de l’obésité et des risques qui l’accompagnent

Les antioxydants de l’hibiscus protègent les cellules, mais d’autres composés de cette plante peuvent aussi encourager la perte de poids et minimiser les problèmes de santé liés au surpoids et à l’obésité (14).
Calyx extracts reduced body fat and body mass index (BMI) (Greenwood and Robinson 1999 ; Ghislain et al. 2011).

Réduction des troubles diabétiques

Boire de l’infusion d’hibiscus au moins une fois par jour peut aider à lutter contre la résistance à l’insuline, un signe commun du pré-diabète. En effet, cette infusion peut aider à maintenir un bon taux de glycémie chez les individus diabétiques (17). (Odigie et al. 2003).
Plusieurs études ont trouvé un lien entre la consommation d’infusion d’hibiscus et un métabolisme plus rapide. L’extrait d’hibiscus peut même diminuer l’absorption d’amidon et de saccharose suite à un repas (15, 16).

Une autre maladie liée à l’obésité est la stéatose hépatique non alcoolique, une surcharge en graisse du foie sans rapport avec la consommation d’alcool. Des études ont suggéré que l’infusion d’hibiscus est bonne pour la santé du foie en empêchant l’accumulation de graisses dans celui-ci qui peut mener à la cirrhose, le cancer du foie et l’insuffisance hépatocellulaire (18, 19).

Antidépresseur naturel

Certains bio-flavonoïdes qui se trouvent dans la fleur d’hibiscus auraient une influence antidépressive (20, 21). L’infusion d’hibiscus pourrait aussi jouer une rôle d’antidépresseur naturel en agissant contre certains signes de celle-ci tels que la fatigue, le tonus, le manque de motivation, etc.

Prévention des calculs rénaux

Une étude a trouvé que cette infusion permettrait de réduire l’apparition de composés participant à la formation de calculs rénaux (23).

The extracts of calyces reduce the deposits of calcium oxalate crystal on kidneys due to its uricosuric effect with no toxicity or negative side effects (Qi et al. 2005 ; Prasongwatana et al. 2008).

Roselle extracts is used to treat leukaemia, liver damage, hypertension, and pyrexia due to its high content of protocatechuic acid (Tseng et al. 2000).

The seed extracts of roselle inhibit growth of several fungus and bacteria (Olaleye 2007).

Roselle extracts are perfectly safe for use in skin conditioning treatments (Ali et al. 2005).

Roselle extracts has immune-protective effects which proved based on their ability to protect human cells against cadmium-induced damage such as tumor necrosis (Sulistyani et al. 2016).

Calyx extracts act as a defensive means for liver diseases by destroying radicals and conserving enzymes responsible for medicine detoxification (Duh and Yen 1997 ; Furuta et al. 1998).

Roselle extract’s has anti-nociceptive, anti-inflammatory and anti-diarrheal qualities (Ali et al. 2005).

Roselle extracts reduces extra fat from liver and abdomen (Cid-Ortega and Guerrero-Beltrá 2015).

The boiled leaves help to remedy of cracks in the feet and speedup maturation of ulcers (Boudraa et al. 1990 ; Lin et al. 2007).

Roselle juice with salt, pepper and molasses is used to relieve coughs and remedy of biliousness (Mohamed et al. 2012).

Helps to increase stamina and balance body electrolyte after sports (www.onlinemlmcommunity.com).

Calyx extract also contain several amino acids those are important for our body (Al-Wandawi 2015).

Utilisations possibles en médecine familiale

Utilisation interne

L’hibiscus permet de préparer une boisson rafraîchissante, fortifiante, digestive, sédative et laxative. Galactogène.

Réputé très riche en vitamine C et antioxydants naturels, l’hibiscus est d’un grand soutien dans les fatigues

Hypertension

L’infusion de calices en infusion à la capacité de diminuer la pression artérielle, elles auraient les mêmes capacités que certains médicaments prescrits pour traiter la pré-hypertensions et l’hypertension légère. La consommation de cette infusion contribue à la diminution des risques de maladies cardio-vasculaires.

L’action hypotensive de l’infusion est en partie liée à ses propriétés diurétiques. Pour l’herbaliste Christophe Bernard explique : « Lorsqu’il y a hypertension, il y a trop de sang si vous voulez pour la capacité artérielle de la personne, on va donc ouvrir le petit robinet au niveau des reins et on va éliminer une partie de ces liquides ce qui va faire baisser la pression artérielle. C’est une stratégie classique et bien connue, une stratégie qui fonctionne surtout lorsque la tension de la personne est élevée et relativement stable pendant la journée, qu’elle ne fait pas de grandes variations. »

Christophe Bernard ajoute que pour faire baisser la pression artérielle « on peut et il est judicieux, de la combiner avec d’autres plantes qui régulent la tension comme la passiflore, l’aubépine ou autre, afin d’obtenir un effet optimal ».

Bien évidemment, pour tout problème d’hypertension, la première des choses à faire est de consulter votre médecin. Le traitement de l’hypertension par des plantes ne doit pas se faire sans suivi médical.

Hypercholestérolémie

Les études nous ont montré que cet hibiscus nous aide à réguler les taux de cholestérol et de triglycérides qui sont trop élevés. L’infusion de calice présente l’intérêt important de faire baisser l’accumulation de plaque artérielle. C’est donc une excellente plante pour réduire ou stabiliser l’athérosclérose. A cet effet, Christophe Bernard conseille d’associer aux calices d’hibiscus d’autres plantes qui sont elles aussi excellentes dans ce contexte, comme la feuille d’olivier ou les inflorescences de tilleul par exemple.

Infections urinaires

L’infusion de calice est non-seulement diurétique, mais elle est désinfectante pour le système urinaire. Antibactérienne, anti-inflammatoire et antalgique, la boisson est un antiseptique urinaire intéressant. Son action antiseptique est d’une grande efficacité dans les colibacilloses chroniques.

On peut utiliser l’infusion de calice pour traiter les problèmes d’infection urinaire, de cystite. Pour Christophe Bernard, « là encore il est judicieux de la combiner avec d’autres plantes comme la busserole, la bruyère, le genièvre, etc. Je trouve que c’est une excellente plante pour les infections récurrents car l’infusion est vraiment très agréable à boire et on peut donc la prendre en prévention, tous les jours, pendant les périodes à risque, les périodes de grande fatigue par exemple. »

Elle renforce également l’élimination des toxines des reins, et apaise les troubles des dysenteries.

Posologie

10 à 12 g par.

Précaution d’emploi

Il est recommandé de prendre conseil auprès de votre médecin avant d’utiliser cette plante pour traiter l’hypertension, puisque la puissance de ces effets pourrait entraîner l’effet inverse donc de l’hypotension (demander la posologie adaptée à votre cas), elle peut augmenter les effets si vous êtes sous traitement pour ce type de problèmes.

En cas maladies cardiaques aggravées la plante ne peut pas être utilisée sans surveillance médicale.

La consommation d’extraits aqueux d’Hibiscus sabdariffa (bissap) pendant la grossesse et l’allaitement peut accélérer la croissance postnatale de la progéniture grâce à des mécanismes pouvant influencer l’augmentation de la valeur calorique du lait maternel.

Quelques références

Revue des études ethnobotaniques répertoriant l’usage médicinal d’Hibiscus sabdariffa en Afrique

Etudes pharmacologiques

Clinical efficacy of African traditional medicines in hypertension : A randomized controlled trial with Combretum micranthum and Hibiscus sabdariffa.

Effect of sour tea (Hibiscus sabdariffa L.) on arterial hypertension : a systematic reviewandmeta-analysis of randomized controlled trials

Voir document pdf ci-dessous

Helena Paul, "Hibiscus sabdariffa" L., thesis, 1995.

Caroline Lebecq, recent scientific work on Hibiscus esculentus, mutabilis, rosa sinensis, and sabdariffa syriacus (Malvaceae), thesis, 2002.

Abraham Endrias, Bio-refining of aromatic and medicinal plants applied to the Hibiscus sabdariffa L. and Artemisia annua, thesis, 2006.

Mis en ligne par La vie re-belle
 15/10/2019
 https://lavierebelle.org/delicieux-hibiscus-sabdariffa

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 72

IMG: Hypoestes triflora - Magaru Hypoestes triflora (Forssk.) Roem. & Schult. (Acanthaceae)Noms vernaculaires : Kinyarwanda : MagaruDescriptionHerbe généralement vivace, (...)
IMG: Erythrina abyssinica (Umuko) Erythrina abyssinicaL’Érythrine marque les paysages rwandais et burundais et c’autres pays africains par la floraison flamboyante de cet arbuste ou petit (...)
IMG: Tribulus terrestris - Agahandanzovu Tribulus terrestris L. (Zygophyllaceae)Noms vernaculaires :Kinyarwanda : AgahandanzovuKirundi : AgahandagazaLangues du Kenya : kungu ; (...)
IMG: Canna indica - Plante multifonctionnelle Canna indica ou Canna edulisLe nom botanique Canna indica signifie littéralement « Canna d’Inde », mais il faut avoir à l’esprit qu’à l’époque où ce nom a été (...)
Stevia rebaudianaLe genre Stevia qui appartient à la famille des Asteraceae comprend environ 240 espèces, pour la plupart réparties du Sud-Ouest des (...)
IMG: Vétiver - Etonnante plante primitive multifonctionnelle VétiverDescription Le vétiver est une herbacée pérenne, non-invasive, au feuillage résistant et au système racinaire très dense et profond.Les botanistes (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021