Luffa cylindrica - Icyangwe

Liane multifonctionnelle - vivrière, oléifère, médicinale et pourvoyeuse d’éponges

Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)

Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.

Luffa cylindrica Icyangwe (Rwanda)
Icyangwe dans notre jardin à Nyamata (Rwanda)

Noms vernaculaires

- Kinyarwanda : Icyangwe (pl. ibyangwe)
- Kirundi : Inyuko
- Kiswahili : Uziuzi, madodoki, mdodok
- Kikongo : Nsaka-nsaka
- Ngwaka : Nzunzu, Monzombo (RDC)
- Ndokola : Emuka (RDC)
- Yoruba : Kankan-ayaba

- Français : Pétole, Louffa, Courge éponge, Courge torchon, Courge du hammam, Éponge végétale.
- English  : Dishrag gourd, Rag gourd, Sponge gourd, Vegetable-sponge, Smooth luffa, Dish-cloth gourd

- Indonésie : Blustru, emes (Sundanese), Petulo panjang (Halmaheru)
- Malaisie : Ketola manis, Petola buntal
- Philippines : Patola (Tagalog), Kabatiti (Ilocano), Kabawang (Tagbanua)
- Cambodgien : Ronôông muul
- Laotien : Bwàp khôm
- Thaï : Buap-hom (central), Buap-klom (northern)
- Vietnamien : Mướp hương.

Description :

Luffa cylindrica est une herbacée annuelle de la famille des cucurbitacées, monoïque, aux tiges dotée de vrilles atteignant 15 m de long,, grimpante si elle rencontre un support ou rampante en son absence. La plante produit des fruits ellipsoïde ou cylindrique atteignant 60 à 90 cm × 10 à 12 cm. Ces fruits

Luffa cylindrica est l’une des 7 espèces, genre Luffa dont 4 sont originaires des tropiques de l’Ancien Monde et 3 sont des espèces un peu plus éloignées et indigènes de l’Amérique du Sud.

Luffa cylindrica est largement réparti dans les régions tropicales et subtropicales, comme plante cultivée et naturalisée. Sa culture est d’origine ancienne et il est difficile de déterminer la plante est originaire d’Afrique ou d’Asie.

On distingue au sein de l’espèce Luffa cylindrica des formes cultivées et sauvages :
– Luffa cylindrica également appelée Luffa aegyptiaca : formes cultivées à gros fruit à la pulpe douce ou peu amère, avec différents cultivars pour la production des meilleures éponges ou des meilleurs légumes.
– Luffa cylindrica var. leiocarpa (Naudin) Heiser & Schilling : formes sauvages qui se rencontrent en Asie.

Fleur de Luffa

Utilisations

Usages culinaires

Les fruits immatures, les jeunes feuilles et les bourgeons floraux des deux espèces peuvent être utilisés comme légumes. Ils doivent être récoltés avant que les faisceaux vasculaires fibreux du fruit durcissent et avant que les composés purgatifs amers se développent.

Les fruits immatures sont généralement cuits ou frits et utilisés dans des soupes. Les jeunes fruits des cultivars sucrés peuvent être consommés crus comme les concombres et les petits fruits sont parfois marinés au vinaigre ou en saumure. Ils peuvent être coupés en tranches et séchés pour un usage ultérieur.

Les feuilles sont également consommées comme légume.

Les graines torréfiées sont comestibles et contiennent une huile qui l’est tout autant.

En Asie ou Luffa porte de multiples noms vernaculaires, les façons d’accomoder le fruit immatures sont multiple ;
- Dans la cuisine vietnamienne, « mp hương » est un ingrédient commun dans les soupes et les plats sautés.
- Au Gujarat, « turya » est généralement préparé avec une abondante sauce tomate et garni de piments verts et de coriandre fraîche.
- En Assam, « bhul » est préparé avec du curry de poisson acidulé et du taro.
- Au Tamil Nadu, « peerkangai » est utilisée comme légume dans les caris : peerkangai kootu, poriyal, thogayal ; il est aussi trempé dans une pâte à base de pois chiches et frit. La peau est préparée en chutney.
- Au Kerala, « peechinga » est frit, sauté, ou cuit avec du dal.
- À Manipur, « Sebot » est préparé avec des pomme de terre, du poisson séché ou fermenté ; il est également frit ou cuit à la vapeur et consommé en purée.
- Au Japon, hechima est couramment utilisé comme légume frais ou coupés et séchés pour être consommés ultérieurement.
Dans le Maharashtra, en Inde, le fruit est cuisiné avec des arachide pilées ou des haricots.
- Au Bengale occidental et dans les régions du Bangladesh proche, il est consommé frit ou cuit avec des crevettes, du poisson ou de la viande.

Recettes simples

Luffa à la vapeur

1. Éplucher, couper le fruit en grands morceaux et cuire à la vapeur.
2. Hacher très finement l’ail et le chauffer avec de l’huile.
3. Ajoutez la sauce de soja claire.
4. Cuire les morceaux de luffa à la vapeur pendant 8 min.
5. Verser sur chaque morceau de luffa un peu de sauce.

Sauté de luffa au porc haché

1. Éplucher, couper cuire à la vapeur le fruit en grands morceaux.
2. Hacher, et sauté la viande de porc dans un filet d’huile, assaisonné de sauce d’huître, d’une pincée de sel et de sucre, et de bouillon de poule.
3. Ajouter les morceau de luffa à la fin.

Éponges végétales

Lorsque les fruits vieillissent, la plupart des tissus internes initialement mous (utilisés comme légume) disparaissent et sèchent. L’endocarpe - leur partie interne - évolue en réseau vasculaire fibreux persistant. Ce réseau fibreux s’extraient facilement des fruits mûrs en enlevant l’écorce sèches et en en retirant les pépins. Ils forment une « éponge » tendre et douce, qui retrouve sa forme initiale après avoir été pressée et est imputrescibles. Ces propriétés la rend particulièrement appropriées pour le lavage du corps, des tissus et pour le nettoyage des vitres et de la vaisselle.

Les fibres de luffa sont également utilisées :

- pour la fabrication de chapeaux, de semelles de chaussures, de balais essuie-glace, de porte-pot, de sets de table, de paillassons, de tapis de douche, de sandales et de gants.
- pour leurs propriétés d’absorption des chocs et des sons, par exemple dans des casques et des véhicules blindés
- comme filtre dans des moteurs.
- pour filtrer l’eau et le vin de palme (Ghana).
- pour brosser les vêtements (Afrique centrale).
- pour la bio-adsorption de métaux lourds à partir des eaux usées de raffinerie d’huile d’olive et d’autres eaux usées.

Propriétés médicinales

Les composés chimiques de la plante ont des effets

- antihistaminiques (modérateurs des réactions d’hypersensibilité)
- antiasthmatique
- antitussifs et expectorant
- immunostimulants,
- anti-inflammatoires
- ocytociques (inducteurs de contraction utérine pour accélérant l’accouchement).
- antitumoraux
- antiviraux

Différentes parties de la Luffa cylindrica sont utilisées en médecine populaire pour traiter les affections respiratoires telles que la bronchite chronique, l’asthme, la sinusite, la douleur, l’inflammation, la pharyngite et la rhinite.

Partap S, Kumar A, Sharma NK, Jha KK. « Luffa cylindrica : An important medicinal plant. » J Nat Prod Plant Resource. 2012 ; 2(1):127-134.

Les extraits aqueux et éthanolique ont montré des effets antiasthmatiques, antitussifs et expectorants. L’administration orale et intrapéritonéale d’extraits a supprimé la toux induite par les aérosols de dioxyde de soufre et d’ammonium et a augmenté l’excrétion de phénol dans les voies respiratoires chez les souris.
L’administration intrapéritonéale de décoction d’extraits de L. cylindrica inhibe l’asthme induit par l’histamine. Ces faits scientifiques soutiennent son utilisation traditionnelle dans le traitement de l’asthme.

Muthumani P, Meera R, Subin M, Jeenamathew DP, Kameswari B, Eswara PB. « Phytochemical screening and anti- inflammatory, bronchodilator and antimicrobial activities of the seeds of Luffa cylindrical. Res J Pharm Biol & Chem Sci. 2010 ;1(4):11-22.

Bor et al (2006) qui ont comparé l’activité antioxydante de 25 légumes ont constaté que l’hémérocalle fraîche suivie du fruit de Luffa ont développée l’activité antioxydante la plus élevée. La présence de composants fonctionnels comme les polyphénols pourrait être responsable de cet effet

[Bor JY, Chen HY and Yen GC. « Evaluation of antioxidant activity and inhibitory effect on nitric oxide production of some common vegetables ». Journal of Agricultural and Food Chemistry 2006 ; 54(5):1680-1686.].

Israt Jahan Bulbul et al (2011) ont étudié les activités antioxydantes, antibactériennes et cytotoxiques des extraits de feuilles de n-hexane, de chloroforme et d’acétate d’éthyle. Sur la base des résultats obtenus, les chercheurs suggèrent que les extraits de feuilles de luffa peuvent être une source potentielle d’antioxydants naturels, de composés antimicrobiens et d’agents anticancéreux à utiliser respectivement dans le traitement de divers troubles oxydatifs, de maladies infectieuses causées par des micro-organismes résistants et du cancer.

Israt Jahan Bulbul et al, Comparative Study of In vitro Antioxidant, Antibacterial and Cytotoxic Activity of Two Bangladeshi Medicinal Plants- Luffa cylindrica L. and Luffa acutangula, Pharmacognosy Journal, volume 3, issue 23 (2011)

Usages médicinaux traditionnels

Exemple d’indications et préparations associées en médecine traditionnelle africaine :

- cicatrisation des plaies, maturation des abcès, soin des œdèmes : pâte de feuilles ou tiges feuillées en application locale. (Congo, Gabon, Togo)

- œdèmes : pulpe du fruit en application locale (Guinée)

- émollient : pulpe du fruit en application locale (Guinée, Nigeria)

- problèmes cutanés : huile des graines

- constipation : préparations à base de racines

- maux d’estomac  : décoction de feuilles (Afrique du Sud).

- problèmes intestinaux : préparation à base de feuilles (Guinea-Bissau)

- maux d’estomac : jus de feuilles pilées avec de l’eau en voie orale (Rwanda)

- antiparasite (oxyurose) : feuilles pilées pro recto (République centrafricaine)

- antiparasite (filaires) : jus de feuilles (Congo)

- purgatif puissant : jus des fruits

- maladies du foie : décoction de feuilles (Togo)

- migraines : macérât de feuilles en bain de tête (RDC)

- blennorragie : macérât de feuilles en voie orale ou lavement (RDC)

- tumeurs : pulpe du fruit en application locale (Guinée)

- cancer : fruit et feuilles en infusion et en cataplasme (Sud-ouest du Nigeria)

- cancer du nez  : préparation à base de racines (Gabon)

- facilitation de l’accouchement (effet ocytocique) : préparation à base de feuilles (Ouganda)

- abortif : décoction de racines et de feuilles en voie orale ou en lavement (RDC)
[en Tanzanie la décoction de racines et du jus de feuilles sont répertoriés comme étant bus pour réduire le risque d’avortement. mais cet usage semble douteux au égard aux propriétés ocytociques éprouvées de la plante]

- coqueluche : macération aqueuse de feuilles fraîches (Congo)

Mis en ligne par La vie re-belle
 28/02/2021
 https://lavierebelle.org/luffa-cylindrica-icyangwe

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 72

IMG: Erythrina abyssinica (Umuko) Erythrina abyssinicaL’Érythrine marque les paysages rwandais et burundais et c’autres pays africains par la floraison flamboyante de cet arbuste ou petit (...)
IMG: Tribulus terrestris - Agahandanzovu Tribulus terrestris L. (Zygophyllaceae)Noms vernaculaires :Kinyarwanda : AgahandanzovuKirundi : AgahandagazaLangues du Kenya : kungu ; (...)
IMG: Canna indica - Plante multifonctionnelle Canna indica ou Canna edulisLe nom botanique Canna indica signifie littéralement « Canna d’Inde », mais il faut avoir à l’esprit qu’à l’époque où ce nom a été (...)
Stevia rebaudianaLe genre Stevia qui appartient à la famille des Asteraceae comprend environ 240 espèces, pour la plupart réparties du Sud-Ouest des (...)
IMG: Vétiver - Etonnante plante primitive multifonctionnelle VétiverDescription Le vétiver est une herbacée pérenne, non-invasive, au feuillage résistant et au système racinaire très dense et profond.Les botanistes (...)
IMG: Triumfetta cordifolia Triumfetta cordifolia... Triumfetta cordifoliaTriumfetta cordifolia Guill., Perr. & A. Rich (Tiliaceae, Malvacea)Synonyme Triumfetta cordifolia Sessé & Moc.Noms (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021