Plantes médicinales autour de la maison III

Usages médicinaux des arbres, arbustes et lianes cultivés pour leurs fruits

Cette troisième partie est consacré aux propriétés et aux usages médicinaux des lianes, arbres, arbustes principalement cultivés pour leurs fruits ou pour valeur ornementale.

Ipapayi
Carica papaya

Le nom Ipapayi est dérivé du Français Papaye ; Pawpaw, Papaya tree ou Melon tree en Anglais

Propriétés

Le latex des fruits verts riche en papaïne, contient également de la carpine, un alcaloïde hypotenseur, antispasmodique et antiamœbique.

Toute la plante contient une enzyme protéolytique, la papaïne qui se trouve dans le latex entre l’écorce et la pulpe de la papaye et, à un moindre degré, dans les feuilles de l’arbre. Cette enzyme a de nombreuses propriété médicinale :

- nécessaire à la digestion, elle est utilisée pour traiter les troubles digestifs ;

- Elle a des effets bénéfiques dans le processus de guérison des plaies, blessures, œdèmes, inflammation…

On utilise le latex extrait du fruit encore vert, pour ses propriétés antiparasitaire.

Le latex recueilli en incisant des fruits encore vert est utilisé pour faire partir les verrues et les cors.

Les feuilles de papaye possèdent des propriétés puissantes qui aideraient à lutter contre le paludisme et le cancer. Certains médecins américains ont commencé à recommander le thé de feuilles de papaye dans le cadre de la chimiothérapie.

Des chercheurs ont découvert que Les graines de Papaye étaient bénéfique pour la santé des reins et pour prévenir l’insuffisance rénale.

Principales indications traditionnelles

Le latex du fruit vert dilué dans de l’eau ingéré par voix orale est utilisé pour le traitement des parasites intestinaux.

La décoction de racines est prise par voie orale traitement de maladies vénériennes.

L’application cataplasme de fruit vert râpé changé deux fois par jour est recommandée pour le traitement des furoncles et des éruptions cutanées.

Les graines ont des vertus anti-inflammatoires et peuvent êtres utilisées pour soulager l’arthrite, les maladies articulaires, les douleurs et les rougeurs.

Au Nigeria, les graines de papaye avec du lait sont utilisées comme remède contre la fièvre typhoïde. Elles sont très utilisées au Costa Rica pour lutter contre la fièvre de la dengue.

Selon une étude mené par des chercheurs américains et japonais, aucun effet toxique n’est connu de la feuille de papaye et sa consommation n’a pas d’effets secondaires non plus.

Umwembe
Mangifera indica

Umwembe est appelé Manguier en Français ; Mango en Anglais

Propriétés

La décoction d’écorce de manguier qui contient beaucoup de tanin est très astringente. Le décocté dans de l’eau d’un morceau d’écorce bien nettoyée de 10 cm par 10 cm qu’on a fait bouillir dans un litre d’eau pendant dix 10 minutes permet d’obtenir un liquide utile pour laver les plaies, les brûlures et contrôler les infections.

Des expériences en laboratoires montrent que l’extrait aqueux de poudre d’écorce est anti-inflammatoire, analgésique, et hypoglycémique. L’effet observé suit l’augmentation de la dose d’extrait absorbé (entre 50 et 800 mg /kg dans une étude Indienne)

Cela corrobore l’utilisation traditionnelle de l’écorce de manguier dans les phénomènes douloureux d’origine inflammatoire (rhumatisme articulaire par exemple) et pour contrôler le diabète de type 2.
D’ailleurs à cuba on peut trouver le « Vimang », un extrait aqueux d’écorce de manguier, qui est couramment utilisé. Une étude chilienne de 2001 a confirmé le pouvoir anti-inflammatoire et anti-douleur du « Vimang » avec une dose moyenne efficace 54mg /kg.

Une étude cubaine chez des volontaires montre que le Vimang améliore de façon significative les symptômes observés chez des patients diabétiques de type 2, des asthmatiques, des porteurs d’un adénome prostatique, et dans certaines maladies de peau (psoriasis, lupus) Cette étude sur plusieurs centaines de volontaires montre que la prise de cet extrait d’écorce de manguier (vimang) améliore également le confort de vie des personnes souffrant d’un cancer.

Principales indications traditionnelles

En Afrique l’usage le plus commun de Mangifera indica est fébrifuge. Pour traiter les fièvres banales on utilise notamment la décoction de feuilles.

Pour traiter les fièvres intermittentes paludiques les feuilles sont le plus couramment utilisées, mais aussi les racines et les tiges le sont également et préparé sous forme d’extraits ou en décoction le plus souvent avec d’autres extrait végétaux comme les feuilles de papayer (Carica papaya), de goyavier (Psidium guajava) ...

L’usage antidiarrhéique et en cas de maux de ventre est également très répandu.

On utilise le macérat ou la décoction dans de l’eau ou l’extraction au vin de palme de feuilles, et ou d’écorces et de tiges en voie orale.

La décoction de feuilles et d’écorces, expectorante et décongestionnante, est fréquemment utilisée en cas de toux et de bronchite.

Contre les maux dentaires ou de gencive, la décoction de feuilles ou d’écorces est utilisée en bain de bouche, la poudre d’écorce ou la macération de jeunes fleurs sont, elles, utilisée en application locale.

En cas de troubles hépatiques les feuilles de Mangifera indica sont l’un des ingrédients de préparations variées.

Le noyau desséché et pulvérisé est un ancien remède antiparasitaire intestinal. La poudre de noyau très amère est mélangée à du miel ou de la confiture.

Les jeunes feuilles peuvent être utilisées pour traiter la diarrhée, la dysenterie, l’ulcère, les calculs rénaux et les plaies.

Différentes parties de la plante ont également des usages antivénériens, anti-hémorroïdaires, antidiabétiques, hypotensifs...

Moringa
Moringa oleifera

Bien que répandu au Rwanda, Moringa n’a pas de nom Kinyarwanda ou Kirundi spécifique. En Français cet arbre est appelé Moringa ; Ben-ailé, Moloko, Maloko (Guadeloupe) Benzolive, Ben oléifère, Arbre radis du cheval ; en Anglais, Moringa, Drumstick tree, Horseradish tree : en Hindi : Munaga, Munga ara, Sahijna, Sarinjna, Segra, Shajmah, Shajna ; en Sanskrit : Sigru Shobhanjan, Sobhan jana, Shobanjana, Danshamula.

Propriétés

Les données des recherches contemporaines permettent d’avancer que Moringa est avant tout une excellente plante adaptogène particulièrement utile pour prévenir ce qu’on appelle « les maladies de civilisation » : cancer, maladies cardiovasculaires, maladies inflammatoires chroniques. Elle serait probablement plus puissante que le thé vert d’un point de vue protection de la santé.

Les résultats des chimique phytochimiques ont montré que les feuilles de Moringa oleifera sont riches en stérols et triterpènes (terpénoïdes), caroténoïdes, acides aminés essentiels, flavonoïdes, tanins, sucres et fibres.

- Les terpènoïdes contenus dans la plante sont potentiellement doués de propriétés anti-inflammatoires, antimycosiques et parfois analgésiques.
- Les flavonoïdes, de par leurs activités antiradicalaires et chélatantes, sont doués de propriétés antioxydantes, antihypercholestérolémiantes, anti-aggrégant plaquettaire.
- Les tanins sont des antimicrobiens, des antifongiques.

La présence de ces principes chimiques dans les feuilles de M. oleifera, pourrait justifier leur utilisation surtout dans la prévention des maladies cardiovasculaires et d’autres pathologies (hépatites, ulcères…) et la prise en charge de nombreuses infections.

Les résultats ont également montré que les feuilles de Moringa oleifera renferment de fortes teneur en Calcium, du Potassium, du Magnesium, du Phosphore, du Fer, du Zinc, du Cuivre et du Manganèse. Le magnésium, le fer, le cuivre, le zinc sont des minéraux qui stimulent le système immunitaire. La consommation des feuilles de Moringa qui contiennent une quantité non négligeable de ces oligo-éléments contribue à renforcer le système immunitaire et donc la capacité de résister aux infections.

Les feuilles de Moringa oleifera contiennent les vitamines A (39mg/100g de matière sèche) et du β-carotène qui est une provitamine A, des vitamines B1 (3,10 mg/100g mat.sèche) , B2 (10,2 mg/100g mat.sèche) et la vitamine C (210 mg/100).

- Les besoins en vitamines A pour un adulte de 70 Kg, sont estimées à 1 000 μg/j ce qui signifie que 20 grammes de l’échantillon étudié, pourraient couvrir les besoins journaliers en vitamine A d’un homme de 70 kg (20 grammes contiennent 67 80 μg de β-carotène = 1 130 μg de vitamine A).

- Les besoins journaliers en vitamine C variant entre 40 à 90 mg par jour, 20 grammes de l’échantillon, pourraient couvrir les besoins journaliers d’un adulte de 70kg.

- Pour une femme allaitante, l’OMS et la FAO recommandent comme ration quotidienne : 5,7mg de vitamine A ; 1,6mg de vitamine B1 ; 1,8mg de vitamine B2 et 95mg de vitamine C (Fuglie, 2001).

L’avantage de la consommation de feuilles fraîches réside dans la préservation de leur teneur en vitamines.

En revanche, des études ont montré que le décocté de feuilles sèches est puissamment antibactérien. Ces résultats montrent que consommées sous forme de décocté (préparées dans la sauce), les feuilles de Moringa sont plus efficaces contre les bactéries que quand elles sont consommées à l’état frais. Le décocté serait également très efficaces contre Candida albicans.

Principales indications traditionnelles

Contrairement à ce qu’un marketing outrancier martèle Moringa oleifera n’est pas une plante miracle qui soigne toutes les maladies, mais c’est une plante qui contribue à rester en bonne santé le plus longtemps possible. À ce titre Les feuilles de Moringa peuvent être intégrées d’une manière régulière sous forme de poudre dans la nourriture, sous forme de thé des feuilles.

Insina Musa sp.

Insina est appelé Bananier en Français ; Banana ou Banana tree en Anglais

Propriétés

Plusieurs parties de la plante semblent avoir des propriétés hypoglycémiante. (fruit vert, drageon, fleur...)

La fleur de bananier est riche en vitamines, flavonoïdes et protéines. Plusieurs études ont montré que l’extrait de fleur de bananier avait une action anti-hyperglycémique. L’extrait de fleur a également des propriétés antioxydantes qui empêchent la prolifération radicaux libres et contrôlent les dégradation des cellules et des tissus.

Le fruit vert a des propriétés antibactériennes

L’épicarpe (peau) de bananes possède des propriétés antifongiques, antibiotiques et enzymatiques.

La farine et l’extrait d’épicarpe de bananes vertes ont démontré des effets cicatrisants et antimicrobiens sur les muqueuses et la peau. Ces propriétés ont été utilisé pour préparer des gels cicatrisant inhibant la croissance des bactéries pyogènes et des entérobactéries dans les plaies. Ces propriétés cicatrisantes et antimicrobiennes démontrées in vivo pourraient être liées aux tanins présents dans l’épicarpe.

Une étude menée en 2010 a révélé le potentiel d’extraits de peaux testés pour réguler la fonction thyroïdienne et du métabolisme du glucose.

La tige est riche en fibres ; elle est également un source de potassium et de vitamine B6 qui aide à la production d’insuline et d’hémoglobine.

L’extrait la tige aurait des propriétés hypertensive, diurétique et détoxifiante.

La banane réduit le risque de maladie neurodégénérative induite par le stress oxydatif, telle que la maladie d’Alzheimer.

Les résultats d’une étude de 2008, montrent que des extraits de banane ont un effet protecteur des cellules neuronales contre la neurotoxicité induite par le stress oxydatif et suggèrent que la banane pourrait réduire le risque de maladie neurodégénérative induite par le stress oxydatif, telle que la maladie d’Alzheimer.

Principales indications traditionnelles

Fleur

En médecine traditionnelle, la fleur de bananier est utilisée pour traiter la bronchite, la constipation et d’ulcère ; La fleur de bananier est réputée réguler le cycle menstruel. Elle serait un excellent remède naturel contre les saignements excessifs et les douleurs associées aux règles. En Inde on mange la fleur cuite avec du yaourt ou du lait caillé, a cet effet. Cette préparation stimule la production de progestérone et réduit les saignements.

En Inde la fleur est utilisée comme aliment galactogène qui stimule la lactation des mères.

Épicarpe (peau du fruit)

La cendre d’épicarpe est appliqué comme antiseptique, et cicatrisant du cordon ombilical en République Centrafricaine ; mélangée à de l’huile, la cendre est appliquée pour traiter la teigne au Kivu.

En Côte d’Ivoire, la cendre est mélangé au jus de jeunes feuilles Bidens pilosa., ramollies au feu est administré en voie orale pour traiter les diarrhées du nouveau né.

L’application de l’intérieur de la peau de banane, après un coup de soleil, sur la partie atteinte est réputé calmer l’effet de brûlure et permette aux tissus endoloris de se régénérer plus rapidement.

Pseudo tronc

En Ouganda, la gaine écrasée du pseudo tronc est appliquée en traitement de la teigne

Au Cameroun, la sève du pseudo-tronc de jeune plant, réputée ocytocique est donnée à boire (en renfort d’autres remède) aux femmes parturientes afin d’accélérer l’accouchement.

La sève astringente est également utilisée pour traiter la fièvre, les troubles digestifs, les hémorragies, les hémorroïdes et les piqûres d’insectes.

Tige du régime

Manger de la tige est réputée contribuer à l’élimination des calculs rénaux.

Amatunda
Passiflora edulis

Fruit de la passion

On appelle la plante Umwenya au Rwanda, et Agatunda au Burundi. En français elle est généralement nommée « basilic africain ».

Propriétés

Les feuilles de Passiflora edulis ont des propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires, hypotensives et antispasmodiques.

Très psychoactives, les feuilles et les racines sont anxiolytiques ; elles ont la capacité de détendre tout en améliorant l’effet des autres plantes.

Riche en vitamine C le fruit est antiscorbutique

Principales indications traditionnelles

En Amérique du Sud, la grenadille a été abondamment utilisée en médecine traditionnelle pour traiter l’anxiété, l’insomnie, l’asthme, la bronchite et les infections urinaires.

Aux Antilles, les feuilles sont utilisées pour le traitement de l’hypertension artérielle.

Au Brésil, l’infusion de feuilles est utilisée comme sédatif et relaxant. Cet effet lui a valu de devenir une aide au sommeil assez populaire, ainsi qu’un remède contre le stress, l’anxiété, la douleur et l’agitation. Son effet sédatif peut s’accompagner de légères sensations d’euphorie, qui prolongent les sensations de relaxation.

En Europe, les préparations sédatives à base de passiflore utilisent une autre espèce de passiflore : Passiflora incarnata la passiflore officinale qui a des propriétés similaires.

Cette passiflore est également utilisée comme antalgique pour apaiser les rages de dents, les douleurs menstruelles et les maux de tête et pour de traiter diverse pathologies telles que l’asthme, les palpitations, l’hypertension et les crampes musculaires. Dans chaque cas, elle doit son efficacité à son action antispasmodique et apaisante, qui rétablit l’équilibre de l’organisme perturbé.

Avoka
Persea americana

Avoka est appelé Avocatier en Français ; Avocado en Anglais et en Espagnol.

Propriétés

L’extrait de graine a des propriétés anti-inflammatoires, hypoglycémiantes, et antimicrobiennes contre Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae, Bacillus subtilis, Streptococcus pyogenes, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus

Les feuilles ont des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires, hypoglycémiantes, hypocholesterolemiantes, utérotoniques et protectrices de l’athérosclérose

Principales indications traditionnelles

En Amérique centrale la décoction de feuille est préconisée contre l’aménorrhée, l’asthme, la bronchite, les flatulences, l’infection urinaire et la toux (Préparer une décoction avec 20 grammes (3 cuillerées) de feuille hachée menu dans 1 litre (4 tasses) d’eau, faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer, laisser refroidir et boire 1/2 à 1 tasse 3-4 fois par jour.

Aux Antilles et dans les Caraïbes, les feuilles de l’avocatier et l’écorce prélevée sur les jeunes tiges sont utilisées pour soigner la diarrhée et la dysenterie ; favoriser le rejet de gaz en cas de flatuosité. Les feuilles sont recommandées faire baisser le niveau de l’acide urique, en cas de goutte ; calmer les toux et soigner les occlusions au niveau du foie.

Les décoctions préparées à base de cette plante permettent de stimuler les règles.

Les feuilles sont également utilisées traditionnellement contre l’hypertension, la blesse, la diarrhée, la grippe, les parasites de type ascaris, les rhumatismes, les troubles hépatiques, les règles insuffisantes.

La pulpe est employée comme cataplasme pour favoriser la guérison des plaies. Elle serait un régulateur du taux de cholestérol dans le sang et un aphrodisiaque naturel.

Appliquée localement, la pulpe de l’avocat sert de vermifuge dans certains pays de l’Amérique centrale.

L’huile d’avocat entre dans la composition de produits cosmétologiques, de shampoings, de savons de luxe non irritants.

Précautions d’emploi

Les feuilles sont à proscrire chez la femme enceinte en raison de leur activité sur la stimulation utérine.

Umuhuhu
Physalis peruviana

- En kinyarwanda, Physalis peruviana est appelée Umuhuhu ou Agaperi ; En Kirundi on nomme la plante Intumbaswa.

- En Français on trouve les noms Coqueret du Pérou, Alkékenge, Physalis, Amour en cage, Lanterne japonaise, Lanterne chinoise, Cerise d’hiver ;

- En espagnol l’arbuste et le fruit sont appelés Tomatillo, Uchuva en Colombia, Uvilla en Équateur, Aguaymanto au Perou, Topotopo au Venezuela Maracaibo d’Uchula...

- En Anglais on rencontre les noms Goldenberry, Bladder cherry, Chinese lantern, Japanese lantern, Winter cherry.

Propriétés

Le fruit a des propriétés, antimicrobiennes, antipyrétiques, diurétiques et anti-inflammatoires, antispasmodiques, antiseptiques, sédatives, analgésiques, antiparasitaires, anti-amibiennes antidiabétiques.

Riche en antioxydant il aurait des propriétés anticancéreuses

Il serait un purificateur naturel de l’organisme et notamment des reins et un reconstituant du sang. Il aurait également des propriétés relaxantes et recalcifiantes, préviendrait les problèmes de prostate, de la cataracte et soulagerait la toux.

Les principes actifs retrouvés dans les baies du physalis accélèrent l’élimination de l’acide urique .Il s’agit notamment de la physaline, mais également d’alcaloïdes et de pigments organiques. C’est pourquoi la plante est recommandé contre les affections rénales et celles des voies urinaires, ainsi qu’en cas de rhumatismes ou de goutte.

Des études affirment que la consommation de fruits réduit la glycémie.

Principales indications traditionnelles

Dans différentes régions de la Colombie la plante est préconisée pour sont d’assainir le sang des reins, diminuer l’albumine, calcifier, contrôler l’amibiase.

En médecine traditionnelle péruvienne, le fruit est utilisé pour traiter l’hépatite, l’asthme, le paludisme et la dermatite.

En Europe, on préconise son fruit en cas de calculs rénaux et pour combattre la rétention d’eau et la goutte et pour faire tomber la fièvre.

Le physalis peut ainsi être consommé en infusion, à raison de deux tasses par jour. Vous pouvez utiliser 15 à 30 grammes de fruits mûrs pour un demi-litre d’eau.

Grâce à sa richesse en vitamine C, cette boisson est également précieuse en période de convalescence.

Précaution d’emploi :

Le feuillage et les fruits immatures sont toxiques et ne doivent pas être consommés.

Ipera
Psidium guajava

Ipera est appelé Goyavier en Français ; Common guava, Yellow guava, ou Lemon guava en Anglais ; Goiaba en Portugais ; Guayaba en Espagnol.

Propriétés

Toutes les parties de l’arbre sont riches en tanins, notamment l’écorce (10 %) mais aussi les feuilles, les racines et l’épicarpe du fruit.

La goyave a une teneur élevé en polyphénols antioxydant notamment dans sa pelure qui en contient 10 fois plus que la pulpe. La goyave est aussi une excellente source de vitamine C et contient de la vitamine A, deux vitamines ayant également des propriétés antioxydantes. Son contenu en vitamine C est en moyenne 2 à 5 fois plus que le jus d’orange. Le fruit contient aussi du fer, du calcium et du phosphore.

Une étude concluent que la consommation d’environ 4 goyaves par jour (400 g) augmente les taux de cholestérol HDL, bénéfiques pour la santé du cœur. La goyave contient de la pectine, une fibre soluble reconnue pour jouer un rôle au niveau des taux de cholestérol sanguin.

La goyave très mûre a un effet légèrement laxatif, tandis qu’un fruit très jeune et encore astringent aura un effet anti-diarrhée.

Le fruit est hypoglycémiant.

Les feuilles du goyavier ont des propriétés astringentes, anti-diarrhéiques bactéricides.

Les feuilles du goyavier possèdent un contenu élevé en lutéine, zéaxanthine et en lycopène, des nutriments impliqués dans la santé des yeux mais aussi dans la prévention de certains types de cancer.

Principales indications traditionnelles

En médecine traditionnelle on se sert des feuilles, de l’écorce, des jeunes rameaux ou des fruits verts pour obtenir une décoction astringente. La décoction de 10 à 20 feuilles dans 1/2 à 1 litre d’eau, jusqu’à réduction du décocté de moitié par ébullition est utile

- en cas d’angine en prise orale ;

- pour traiter le prurit et les dermatoses infectées et suintantes, et aider à cicatriser les blessures en bain ou en application topique ;

- pour soigner les leucorrhées, et les suite d’accouchement en injection vaginale ou bain de siège ;

En cas de syndromes diarrhéiques ou de douleurs gastro-intestinales, on préconise aux Antilles de de boire une à trois tasse de décoction de jeunes feuilles ou de bourgeons ou de décoction d’écorce. Ces deux préparation sont réputées très efficaces. On conseille également de mâcher directement les jeunes feuilles pour en avaler le suc, et de recracher le résidu de feuilles après.

L’infusion de feuilles de goyavier est également idéale pour les maux d’estomac et fournit une grande aide dans les cas d’intoxication alimentaire.

Frotter des feuilles de goyavier écrasées sur la peau soulage les démangeaisons causées par les allergies, soulage les piqûres d’insectes.

La décoction dans de l’eau pendant une vingtaine de minutes d’une poignée feuilles appliquée une refroidie en massage sur le cuir chevelu est réputées arrêter la chute de cheveux et les faire repousser rapidement.

L’infusion de feuilles de goyave empêcherait les glucides de se transformer en sucre et couperait ainsi l’appétit.

L’infusion de feuilles est également considérée comme efficace pour traiter l’hypertrophie de la prostate.

Elle est aussi préconisée pour traite dres problèmes de fertilité masculine.

Faire bouillir 9 feuilles de goyave dans 5 tasses d’eau jusqu’à ce que l’eau réduise de moitié. Cette boisson aide au traitement de la dengue.

L’infusion de feuilles de goyavier et la consommation de fruit est réputée hypoglycémiante et très bénéfique pour les diabétiques.

Mâcher des feuilles de goyave est conseiller pour soulager les maux de dents, des gencives et des plaies enflammées dans la cavité buccale.

Le pilât de feuilles dans un peu d’eau en application topique préviendrait le vieillissement prématuré de la peau.

La pulpe de fruit écrasée est utilisée pour faire des soins hydratants pour le corps et le visage.

Umuravumba
Tetradenia riparia

Du fait de sa large distribution en Afrique, Tetradenia riparia est connu sous de nombreux noms :
- Celui d’« Umuravumba » est commun au langue Kinyarwanda et Kirundi. En Swahili l’arbuste est également appelé « Muravumba ».
- Dans l’espace africain francophone on rencontre les noms « Faux patchouli » et « Baume », « Ti bom », ou « Patchouli » à la Réunion
- Dans les zones anglophones l’arbre est appelé « Ginger bush »

Propriétés

Les feuilles d’Umuravumba ont des propriétés antiseptiques, antivirales, antibactériennes, antifongiques, anthelminthiques, antispasmodiques, antipyrétiques, antiallergiques et anti-inflammatoires.

Principales indications traditionnelles

En Afrique, Umuravumba est traditionnellement utilisé pour soigner un large éventail de maladies qui ont en commun une origine, microbienne, virale, ou fongique et induisent des inflammations et catarrhes : rhumes, toux et autres maux de gorges, bronchites mycoses, furoncles, abcès...
(voir article : Umuravumba Arbuste médicinal essentiel de la pharmacie familiale au Rwanda.

Published online by La vie re-belle
 26/03/2019
 https://lavierebelle.org/plantes-medicinales-autour-de-la-maison-iii

Flora of the Great Lakes Region of East Africa

Flore de la région des Grands Lacs d’Afrique de l’Est : Rwanda, Burundi, Kivu, Tanzanie Ouganda et Kenya

Articles 87

IMG: Pachyrhizus erosus : une liane tubéreuse prometteuse Pachyrhizus erosus, dont le nom le plus commun est Jicama est une l’une des plantes que les colons espagnols ont diffusé hors de leur aire d’origine origine (...)
Arbre à croissance rapide le papayer, fructifie au bout d’une année. Ses fruits mûrs, sont réputés pour leur vertus nutritionnelles. Mais on ignore souvent (...)
IMG: Zehneria scabra ou Melothria minutiflora - Umushishiro Nom botanique officiel : Zehneria scabra (L.f.) Sond.Synonyme : Melothria minutiflora Melothria scabra, Melothria punctata, Pilogyne minutiflora, (...)
IMG: Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessures Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessuresNoms botanique : Aspilia africana (Pers.) C.D.AdamsSynonyme : Aspilia latifolia Oliv. & (...)
IMG: Morus sp. - Iborore, Mûrier, Mulberry Le genre Morus comprend un grand nombre d’espèces et de variétés d’arbres. Le mûrier noir (Morus nigra L.) est une espèce d’arbres fruitiers originaire d’Asie (...)
IMG: Asparagus africanus Noms vernaculaires : Kinyarwanda : Umushabishabi Kirundi : Umusabe, Umunsabe (« qui se répand ») ; Imburabano Langues du Kivu : Kashasha, Hinyamigenge (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2022