Tetradenia riparia (Umuravumba, Faux Patchouli, Ginger bush)

Un arbuste médicinal essentiel de la pharmacie familiale rwandaise et burundaise

Umuravumba fait partie de la pharmacopée de nombreux pays. Les recherches menées jusqu’à ce jour confirment la pertinence des usages traditionnels de cet antibactérien naturel très utile.

Tetradenia riparia (Umuravumba, Faux Patchouli, Ginger bush)

Un arbuste médicinal essentiel de la pharmacie familiale rwandaise et burundaise
Umuravumba dans un jardin familial de Kigali

Umuravumba est un arbuste à feuillage aromatique d’origine africaine qui peut atteindre 4 à 6 mètres de hauteur dans son milieu naturel. Son nom scientifique est Tetradenia riparia. « Riparia » signifie « des rives ou des rivières ». Ce nom est récent. L’arbuste fut précédemment nommé « Iboza riparia », ou Coleus aromaticus.

Les botanistes le classent dans la famille des lamiacées (labiacées ou labiées). Il s’agit d’une importante famille de plantes qui ont souvent des feuilles aromatiques. Ces feuilles ont généralement des propriétés médicinales notamment antiseptiques qui sont fréquemment utilisées en décoction ou infusion. Feuilles et fleurs sont assez fréquemment également comestibles et souvent utilisées comme aromates. Parmi les plus connues on peut citer : la lavande, les menthes, la mélisse, les sauges, les basilics, le thym, le romarin, l’origan, les sarriettes, les plectranthus comme le « gros thym », « l’herbe au chat » ou cataire.

Au Rwanda, Umuravumba pousse spontanément en lisière de forêt à feuilles persistantes, souvent sur un terrain rocheux, en bord de rivière ou près de l’eau mais il se rencontre surtout dans les jardins familiaux et près des habitations où il est d’abord cultivé pour ses vertus médicinales et parfois aussi pour ses qualités ornementales notamment du fait de sa floraison.

En Afrique, il est également présent au Burundi, en RDC, en Ouganda, en Tanzanie, au Kenya, au Mozambique, au Zimbabwe, en Afrique du Sud, à Madagascar, à la Réunion. Sa présence est aussi signalé au Brésil. Des Rwandais de la diaspora le cultivent aussi sous des climats tempérés. Dans ce cas l’arbre doit être implanté dans une position ensoleillée, alors que dans dans les zones très chaudes cet arbuste se développe mieux en situation semi ombragée.

Noms vernaculaires

Du fait de sa large distribution en Afrique, Tetradenia riparia est connu sous de nombreux nom :

- le nom « Umuravumba » est commun au langue Kinyarwanda et Kirundi. En Swahili l’arbuste est également appelé « Muravumba ».

- Dans l’espace africain francophone on rencontre les noms « Faux patchouli » et « Baume », « Ti bom », ou « Patchouli » à la Réunion

- Dans les zones anglophones l’arbre est appelé « Ginger bush »

- En RDC on appelle Tetradenia riparia « Omutuvya » (Hunde), « Mutuzo (Mashi), « Mutubya » (Nyanga) ; en Afrique du Sud « Iboza, ibozane » (Zulu) ; en Ouganda : « Kacuucu » (Rutooro), kyewamala (Luganda) ; au Kenya : « Ogita », « Orokoma (Marachi) ; en Tanzanie « Mkono wankhanda », « Kiswija », « Omushunshu » ; à Madagascar « Borona ».

Description 

- Umuravumba est un arbuste ou un petit arbre à feuilles caduques souvent très ramifié à la base. Sa croissance est rapide (80 cm par an). Il peut atteindre une hauteur de 4 à 6 mètres dans son aire naturelle de répartition.

- Sa racine est pivotante et ramifiée.

- Son tronc et les tiges présentent une couleur claire. Ses tiges semi-succulentes, sont cassantes.

- Ses feuilles aromatiques dégagent une agréable odeur de sauge mêlée de gingembre ; leurs formes sont ovales-oblongues à rondes et grossièrement crénelées. Elles sont recouvertes de duvet glandulaire des deux côtés, les poils veloutés sont blanchâtres sur la face inférieure.

- Ses inflorescences forment ensemble de grandes panicules à plusieurs branches, terminales. Elles apparaissent généralement lorsque la plante est sans feuilles.
Les fleurs minuscules sont unisexuées en différentes pointes au sein d’une même inflorescence. Elles sont de couleurs pâles ou profondes, rose mauve ou lilas et parfois blanches.

Principaux usages et intérêts

Usages primaires

Les usages principaux d’Umuravumba sont médicinaux et vétérinaires. Ses feuilles sont appréciées pour leur vertu antiseptique validée par les études phytochimiques et les expérimentations sur modèle animal.

Usages secondaires

- Les feuilles sont utilisées de manière plus marginale comme condiment aromatique.

- La croissance rapide et le port ramifié et la possibilité de tailler Umuravumba se prête à l’utilisation en haies vive.

- Umuravumba est mellifère. L’arbuste qui réagit bien à la coupe, peut être taillé après la floraison afin de garder la plante florifère.

Usage médicinal

Pharmacopées intégrant l’usage médicinal de la plante, indications traditionnelles

En Afrique, Umuravumba est traditionnellement utilisé pour soigner une large éventail de maladies qui ont en commun une origine, microbienne, virale, ou fongique et qui induisent des inflammations et catarrhes : rhumes, toux et autres maux de gorges, bronchites mycoses, furoncles, abcès... ses feuilles sont un ingrédient important de la pharmacopée familiale du Rwanda et du Burundi.

Leur usage médicinal est également connu dans toute son aire de répartition. Les 68 références de publications ethnopharmacologiques mentionnant l’usage de Tetradenia riparia en Afrique recensées par la base de données « Prélude » témoignent de la diffusion et de l’importance de ses usages médicinaux sur le continent (http://www.ethnopharmacologia.org/recherche-dans-prelude/?plant_id=5879.

Au Brésil, les feuilles qui sont réputées pour leur vertu anticariogène sont utilisées pour soigner les maux dentaires.

Composition chimique, propriétés et activités biologiques

Les feuilles d’Umuravumba ont des propriétés antiseptiques, antivirales, antibactériennes, antifongiques, anthelminthiques, antispasmodiques, antipyrétiques, antiallergiques et anti-inflammatoires.

La plante contient des saponines, alcaloïdes phénol stéroïdes flavonoïdes phlobatannins, diterpènes et sesquiterpènes. L’huile essentielle (1,9%) est composée principalement de a-terpineol (22,6%), fenchone (13,6%), alcool β-fenchylique (10,7%), β-caryophyllène (7,9%) et alcool perillyle (6,0% ) et de phytostérols.
Les substances volatiles diterpènes et sesquiterpènes confèrent aux plantes ses propriétés bactéricides, virucides et anti-inflammatoires.

Les saponines, des phénols et des flavonoïdes sont à l’origine de propriétés antimicrobiennes, antifongiques, antiallergiques, antispasmodiques et anti-inflammatoires.

Les alcaloïdes sont avérés antimicrobiens, antidiarrhéiques et anthelminthiques. Ils ont également des propriétés antiarythmiques et antipaludéennes.

Umuravumba ne contient pas de tannins mais des phlobatannins qui sont des agents antimicrobiens.

Des études de laboratoire entreprises par VanPuyvelde et ses collaborateurs ont confirmé les propriétés antimicrobiennes de Tetradenia riparia sur Candida albicans, Shigella dysenteriae et Streptococcus pyogenes.

Les activités biologiques de ces composés étayent nombre d’indications thérapeutiques traditionnelles de la plante.

Résultats de recherches

- L’huile essentielle de feuilles a une activité antipaludique modérée contre deux souches de Plasmodium falciparum.

- Un diterpène contenu dans les feuilles a une activité antispasmodique de type papavérine.

- L’extrait de feuilles (éthanol à 80%), a une activité antimicrobienne et antivirale. Il inhibe la croissance de Staphylococcus aureus, de Candida albicans, de Mycobacterium smegmatis, de Microsporum canis, de Trichophyton mentagrophytes et de Bacillus subtilis.

- L’huile essentielle de Tredenari riparia présente une activité antimicrobienne prometteuse contre certaines bactéries cariogènes, notamment le Streptococcus mutans, qui est l’un des principaux agents responsables de la carie dentaire. (Brésil)

Indications et préparations médicinales traditionnelles

D’après la base de données ethnobotanique www.ethnopharmacologia.org

Usage externe

Blessure, plaie, gale

- Feuilles d’Umuravumba pilées utilisées en pansement. (Tanzanie, RDC) [1, 2]
Dermatoses, maladie de la peau d’origine fongique, Mycoses

- Décoction de feuilles dans de l’eau en frictions (Burundi, crêtes Congo-Nil) [3]

- Piler le totum d’Umugombe (Chenopodium ugandae) et des feuilles d’Umuravumba et appliquer en friction. (Burundi) [4]

- Feuilles pilées utilisées en pansement pour les blessures [Tanzanie] [1]

Abcès

- Boire de l’extrait de feuilles d’umuravumba dans de l’eau pendant quatre jours et appliquer de la poudre feuilles d’Umunyinya (Acacia abyssinica) sur l’abcès. (Rwanda) [5]

Morsures d’insectes

- Décoction de feuilles de Tetradenia riparia en voie orale. [Tanzanie] [1]

Brûlure, Eczéma, Escarres

- Badigeonner la peau avec du jus de feuilles mélanger à de l’huile. (Réunion) [7]

Enflure

Cataplasme de feuilles écrasées. (Réunion) [7]

Ulcère cutané

- Réduire en poudre des feuilles séchées d’Umuravumba, et appliquer la poudre par saupoudrage sur la zone à traiter.

Dartres

- Pâte de feuilles d’Umuravumba pilées utilisées en friction. (Rwanda) [7]

Pian

- Après avoir rasé la tête du patient, laver la tête avec de l’eau tiède dans laquelle trempent des feuilles d’Umuravumba, d’Umufumba (Rumex usambarensis) d’Intagarasoryo (Solanum indicum) et appliquer ensuite sur les plaies lavées un baume à base de jus bouilli épais de feuilles pilées d’Imbatura (Senecio maranguensis). (Rwanda) [8]

Infections oculaires

- Presser les feuilles d’Umuravumba et instiller le jus dans les yeux et les oreilles. (Ouganda) [9]

Usage interne

Angine, maux de gorge, maux arrière-gorge

- Boire une bouillie de sorgho mélangée avec du jus de feuilles d’Umuravumba pilées. (Rwanda) [7]

- Piler deux fruits d’Umutobotobo (Solanum aculeastrum), quatre feuilles d’Umuravumba) mélanger à un demi verre d’eau. Prendre une cuillère à soupe de cet extrait trois fois par jour.(Rwanda) [5]

Toux

- Boire la décoction de feuille fraîches dans de l’eau. (Ouganda) [10]

- Boire la décoction ou l’infusion de feuilles d’Umuravumba. (Afrique du sud) [11]

- Feuilles, expression dans de l’eau en voie orale (Burundi) [4]

- Boire une cuillère à soupe de jus de feuilles de d’Umuravumba. (Burundi) [3, 12] (Rwanda) [5]

- Écraser les feuilles, mélanger avec l’eau et boire. (Ouganda) [9]

- Boire le décocté du mélange de feuilles d’Umuravumba, d’Umuhengeri (Lantana trifolia) d’Umutsinduka (Pycnostachys eminii) et d’Umufumba (Rumex usambarensis). [Burundi) [3]

- Ramollir des feuilles d’Umuravumba en les passant, écraser les feuilles ramollies pour en extraire le jus et boire celui-ci. (Burundi) [13]

Catarrhe, enrouement, toux, pneumonie, toux rebelles, bronchites

- Ingérer le suc feuilles d’Umuravumba. (RDC) [14]

- Décoction d’une poignée de feuilles d’Umuravumba dans 2 tasses d’eau boire une demi tasse 2 à 3 fois par jour . Les enfants prennent une cuillère à café 2 à 3 fois journellement. (Afrique du sud)

- Écraser une poignée de feuilles + 2 tasses d’eau froide. Boire 1/2 tasse de cette décoction 3 fois par jour. Les enfants prennent une cuillère à café, 3 fois jour.

- Tremper une poignée de feuilles dans une tasse d’eau chaude. Prendre 2 cuillères à soupe de cette décoction 3 X / Jour. Cette décoction peut servir en lavement pour les adultes (180 mL) 2 X / Jour. Les enfants prennent en lavement (60 mL) 1 fois par jour et prennent seulement une cuillère à café de cette décoction 3 X / Jour.

- Tremper une poignée de feuilles (+/- 5 feuilles) dans une demi tasse à une tasse d’eau bouillante durant 5 min. Prendre 1 cuillère à soupe de la décoction 3 fois par jour . Une personne interrogée dit que ce remède soulage rapidement les maux de gorge. Pour les enfants une cuillère à café 2 à 3 fois par jour. (Afrique du sud) [15]

Toux et fatigue

- Décoction d’une poignée de toute la plante Acanthospermum glabratum avec une poignée de feuilles d’Umuravumba et de Lippia javanica dans un litre et demi d’eau. Bain de vapeur 1 fois par jour et prendre 1 cuillère à soupe 3 fois par Jour. Pas de bain de vapeur pour les enfants sous l’age de 3 ans plus tard sous la surveillance des parents. (Afrique du sud) [15]

Toux, fièvre, troubles du sommeil, frissons

- Mélanger une poignée de feuilles de Eucalyptus grandis avec une poignée de feuilles de Lippia javanica et d’Umuravumba en décoction dans 2 litres d’eau jusqu’à évaporation de la moitiè. Boire 1/2 tasse 3 fois par jour. (Afrique du sud) [15]

Douleurs pectorales, douleurs thoraciques

- Boire le jus de feuilles de d’Umuravumba VO (Burundi). [3]

- Mettre une poignée de feuilles d’Umuravumba dans un litre d’eau, faire décocter jusqu’à coloration du liquide. Boire une demi-tasse de la décoction trois fois par jour. Les enfants prennent 1 cuillère à soupe de la décoction 3 X / Jour. (Afrique du sud) [15]

Rhumatisme de poitrine et toux (rubag’impande)

- Écraser fruits, écorces de racines de Tetradenia riparia (umuravumba) + 2 fruits rouge d’ Umucuncu Sonchus sp. : mélanger à un litre d’eau ; filtrer. Boire une cuillère du liquide chaud matin et soir. (Rwanda) [16]

Grippe

- Infusion de feuilles avec du jus de citron et du miel. (Réunion) [7]

Rhume, coryza, rhinite, grippe

- Feuilles, inhalation. (Rwanda, Burundi) [17]

Bronchite

- Feuilles de Tetradenia riparia, piler, macération, par voie orale. (Rwanda) [12]

Fièvre

- Écorces racines + feuilles, pilées + eau. Boire une gorgée de jus chaque jour. (Rwanda) [16]

- Feuilles grillées + eau. Boire le jus.

- Feuilles, décoction (H2O), RNS. (Rwanda, Burundi) [17]

- Feuilles de Tetradenia riparia, piler, macération, VO. (Rwanda) [12]

- Feuilles de Tetradenia., infusion (H2O), fumigation

- Mettre une poignée de feuilles dans 1 litre d’eau, décoction jusqu’à coloration du liquide. Boire 1/2 tasse de la décoction 3 fois par jour. Les enfants prennent 1 cuillère à soupe de la décoction 3 fois par jour. (Afrique du Sud) [18]

- Feuilles, expression avec de l’eau en voie orale (Burundi) [4]

Forte température

- Jus feuilles de Tetradenia, VO Burundi (crêtes Zaïre-Nil). [3]

- Fièvre et calmant (anxiété, nervosité...)

- Feuilles et pousses de Tetradenia riparia en infusion. (Afrique du Sud) [19]

Convulsions fébriles

- Infusion de feuilles de Tetradenia riparia, par voie orale. (Ouganda) [20]

Fièvre + hématurie , sang dans les urines, hémoglobinurie

- Feuilles Iboza riparia + racine Clematis simensis (Clematis simensis (umunkamba)), piler, décoction (H2O), VO.

Fièvre paludique (Ubuganga, amaseke),

- Triturer les feuilles d’Umuravumba) + racines d’Umunkamba (Clematis simensis) , décoction, extraire le jus. Boire le jus dans une petite quantité d’eau chaude, 1 cuillère pour les petits enfants, 1 gorgée pour les adultes. Cette médication est précédée d’une purge, par voie orale de décoction de feuilles de Aloes sp..

- Plante entière de Iboza riparia de Rumex sp. de Erigeron floribundus, piler, délayer (H2O), VO. + H2O. (Rwanda) [21]

- Boire le jus de feuilles ou écorces des racines triturées. 

- Jus de feuilles grillées dans de l’eau par voie orales en petite quantité 

- Feuilles de Tetradenia riparia en décoction dans de l’eau. Boire la décoction trois, fois par jour[Tanzanie] [1]

- Décoction de feuilles de Tetradenia riparia ou les feuilles sont pilées et utilisées en pansement pour les blessures. (Tanzanie) [1]

- Migraine, maux de tête, céphalée

- Jus feuilles de Tetradenia, instillation nasale (Burundi) [3]

- Feuilles de Tetradenia riparia, écraser, inhaler. (Afrique du Sud) [22]

- Feuilles, inhalation (Kenya) [23]

- Feuilles, inhalation. (Rwanda, Burundi) [17]

- Décoction d’une poignée de feuilles de Tetradenia riparia dans 2 tasses d’eau. Boire une demi tasse 2 à 3 fois par jour Les enfants prennent une cuillère à café 2 à 3 fois journellement. (Afrique du Sud) [18]

Otites

- Presser les feuilles de Tetradenia riparia et instillations dans les oreilles. (Ouganda) [9]

Asthme, dyspnée, maladies respiratoires, emphysème

- Jus feuilles de Tetradenia, par voie orale (Burundi). [3]

Diarrhée, dysenterie

- Feuilles de Tetradenia riparia, piler, macération, prise en voie orale. (Rwanda) [12]

Maux de ventre, (ibigoga)

- Boire le jus de feuilles écrasées. (Burundi) [13]

- Écraser les feuilles, mélanger avec de l’eau et boire.

- Boire la décoction de feuilles fraîches de Tetradenia. (Ouganda) [10]

- Palpitations cardiaques, tachycardie

- Jus feuilles de Tetradenia, par voie orale (Burundi). [3]

Rhumatisme

- Macération dans l’ alcool, friction partie douloureuse (Réunion) [6]

- Frictionner avec une alcoolature. (Réunion) [7]

- Feuilles de Tetradenia en infusion (H2O), fumigation

Anthelminthique

- Feuilles de Tetradenia., macération (H2O), lavement, VO.

- Vermifuge, Ténifuge

- Feuilles fraîches de Tetradenia riparia en décoction. La décoction moyenne correspondant à une poignée de feuilles pour 200 ml d’eau, une foi par jour. (Ouganda) [24]

Amibiase, amibe

- Feuilles de Tetradenia., macération dans de l’eau, lavement, VO.

Diurétique

- 4 ou 5 feuilles vertes ou sèches, décoction avec 3/4 de litre d’eau. Boire matin et soir, tous les 2 jours. (Rwanda) [16]

Faiblesse durant la grossesse

- Piler les feuilles, mélanger le jus dans de l’eau et prendre un bain [Ouganda (Réserve forestière région centrale de Mabira]

Hémorroïdes

- Feuilles Euphorbia hirta,Tetradenia riparia, Physalis pubescens, piler, suppositoires 2 x / jours pendant 3 à 4 jours [RDC Nord-Kivu, Goma]

- 1 poignées de feuilles Tetradenia riparia, Nicotiana tabacum, piler + 2l. H2O, exprimer le jus, lavement chaque matin durant 4 jours [RDC Nord-Kivu, Goma]

- 1 poignée de feuilles, décoction (H2O) dans 1 litre d’eau, bain de siège une fois par jour, [RDC Nord-Kivu, Goma] [10]

- 1 poignée de feuilles Lycopersicon esculentum , Tetradenia riparia + 1 poignée de fleurs fraîches de Erythrina abyssinica + 1 poignée de bouton floraux Ricinus communis, piler, 1l H2O, jus, bain de siège (15’), 2 x / jour durant 10 jours [RDC Nord-Kivu, Goma]

- Feuilles Nicotiana tabacum, Tetradenia riparia , Cleone ciliata, pâte, suppositoire [RDC Nord-Kivu, Goma) [25]

- Feuilles, décoction (H2O), filtrer, lavement une fois tous les 3 jours. Toxique en cas d’excès. (RDC région de Kisangani) [26]
Émétique, vomitif pour intoxication alimentaire

- Racine de Iboza riparia, feuilles de Aspilia africana de Brillantaisia cicatricosa …var. kivuensis, extraction à chaud, VO. (Rwanda) [21]

Caries, maux dentaires

- Appliquer ou ou frictionner localement la pulpe de feuilles, feuilles d’Umuravumba pilées seules ou additionnées de feuilles de Gashegenyura (Spilanthes mauritiana). (Burundi & Rwanda). [3]

- Mâcher les feuilles (Kenya) [27].

- Boire le jus de feuilles macérées dans de l’eau (Rwanda) [12]

Amygdalite

- Jus feuilles de Tetradenia, VO. (Burundi, Rwanda) [3]

- Fruit mur de Capsicum frutescens, feuilles de Tetradenia riparia, poudre, VO. . (Rwanda & Burundi) [3, 21]

- Feuilles de Tetradenia riparia, Piler, macération, VO.. (Rwanda) [21]

Précautions d’emploi

Les usages traditionnels significatifs de la plante sont corroborés par la recherche. La plante ne présente pas de toxicité connue à ce jour, son usage peut donc être recommandé.

Autre usages

Usage vivrier

- Les feuilles sont parfois utilisées comme aromate au Rwanda.

- Autrefois, le jus de feuilles d’umuravumba servait à préparer « Vikiremve », c’est-à-dire du sang caillé cuit. Le jus de feuilles d’umuravumba, parfumait la préparation et y adjoignait les propriétés anthelminthiques de la plante. [28]

Intérêt agroécologique et agroforestier

- Fourrager,

- mellifère,

- antiérosif,

- fertilisant,

- ombrage,

- insectifuge,

- hôte d’auxiliaires...

- Protection de récolte
L’huile essentielle de Tetradenia riparia empêche la prolifération de : Acanthoscelides obtectus, : Zabrotes subfasciatus et Rhyzopertha dominica. Elle peut être utilisée comme agent de protection dans les entrepôts de céréales ou de légumineuses

Les feuilles séchées et broyées fournissent une certaine protection contre les bruchidés lorsque des quantités relativement importantes sont ajoutées aux haricots stockés. Les feuilles broyées gagnent à être utilisées en association avec une autre plante médicinale rwandaise, « Nyarisonga » (Ocimum canum), qui produit un effet fumigant.

Culture

- Umuravumba peut se propager par graine, mais il pousse aussi à partir de boutures. L’enracinement est facile, même les grandes branches peuvent être utilisées. Il suffit de les ficher dans le sol

Comme c’est une espèce dioïque, des plants mâles et femelles doivent être cultivées si on souhaite récupérer les semences.

Arbre à croissance rapide, il fleurit dans sa première année à partir de semences. L’arbre a pousse facilement dans des sols très variés dans des sols légers et même pauvres. Toutefois, il se développe mieux dans des sols drainés et composté. L’arbre réagit bien à la coupe après la floraison Cette taille permet de préserver sa faculté florifère et mellifère.

Références

1. Mainen J. Moshi, Donald F. Otieno, Pamela K. Mbabazi, Anke Weisheit, The Ethnomedicine of the Haya people of Bugabo ward, Kagera Region, north western Tanzania Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine , 5:24 (2009) doi:10.1186/1746-4269-5-24 http://www.ethnobiomed.com/content/5/1/24

2. Nyakabwa, M. & W. Dibaluka, Plantes médicinales cultivées dans la zone de Kabondo à Kisangani (Zaïre). African study monographs, 11, 2, 87 - 99, (1990)

3. Baerts, M. & J. Lehmann, Guérisseurs et plantes médicinales de la région des crêtes Zaïre-Nil au Burundi. Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Belgique. Ann. Sc. Eco., Vol. 18, 214 p., (1989) A partir de la banque de données PHARMEL 2 (réf. HP 10)

4. Polygenis - Bigendako, M.-J., Recherches ethnopharmacognosiques sur les plantes utilisées en médecine traditionnelle au Burundi occidental. Thèse présentée en vue de l’obtention du grade de Docteur en sciences, année acad. 1989 - 1990, Université libre de Bruxelles, Faculté des Sciences, Laboratoire de Botanique Systématique et de Phytosociologie, 352 p., (1990)

5. Kayonga, A. & F. X. Habiyaremye, Médecine traditionnelle et plantes médicinales rwandaises. Contribution aux études ethnobotaniques de la flore rwandaise. Préfecture de Gisenyi. Univ. Nat. Rwanda Centre universitaire de recherche sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle, CURPHAMETRA, inédit, 121p., (1987)

6. Lavergne, R. & R. Véra, Étude ethnobotanique des plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle à la Réunion. Médecine traditionnelle et pharmacopée. Agence de coopération culturelle et technique, (A.C.C.T.), Paris, 236 p., (1989)

7. Desouter, S., Pharmacopée humaine et vétérinaire du Rwanda. Musée royal de l’Afrique centrale Tervuren. Ann. Sc. Eco., Vol. 22, 254 p., (1991)

8. Runyinya, B., Quelques aspects de la systématique des plantes indigènes basée sur la médecine traditionnelle au Rwanda. Bulletin agricole du Rwanda, 11ème année janvier 1978

9. Tugume P., E. K. Kakudidi, M. Buyinza, J. Namaalwa, M. Kamatenesi, P. Mucunguzi, J. Kalema, Ethnobotanical survey of medicinal plant species used by communities around Mabira Central Forest Reserve, Uganda Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine 12:5 (2016)

10. Namukobe, J., J. M. Kasenene, B. T. Kiremire, R. Byamukama, M. Kamatenesi-Mugisha, S. Krief, V. Dumontet, J. D. Kabasa, Traditional plants used for medicinal purposes by local communities around the Northern sector of Kibale National Park, Uganda Journal of Ethnopharmacology 136, 236–245, (2011) http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378874111002960

11. Bryant, A.T., Zulu medicine and medicine-men. C. Struik, ,1966. CapeTown (originally published in 1909 in the Ann. Natal Mus.)

12. Hakizamungu, E. & M. Wéri, L’usage des plantes médicinales dans le traitement du paludisme en médecine traditionnelle rwandaise. Bull. Méd. Trad. Pharm., Vol. 2, n° 1, 11 - 17, (1988)

13. Banderembako Fabien & Ntitangirageza Térence, La médecine populaire au Burundi : quelques plantes médicinales. De le revue burundaise "Que vous en semble ?" n°35, 1978

14. Nyakabwa, M. & W. Dibaluka, Plantes médicinales cultivées dans la zone de Kabondo à Kisangani (Zaïre). African study monographs, 11, 2, 87 - 99, (1990

15. York, T., H. de Wet, S.F. van Vuuren, Plants used for treating respiratory infections in rural Maputaland, KwaZulu-Natal, South Africa Journal of Ethnopharmacology, 135, 696–710, (2011) http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S037887411100239X

16. Durand, J.M. Les plantes bienfaisantes du Ruanda et de l’Urundi. Astrida, Groupe scolaire, 89 p., (1960)

17. Lejeune, J.B.H., Quelques plantes médicinales spontanées (utilisées par les indigènes du Ruanda-Urundi). Servir, (Groupe scolaire Astrida), 1, 4, 20 - 25 & 1, 5, 26 - 31, (1940)

18. York, T., H. de Wet, S.F. van Vuuren, Plants used for treating respiratory infections in rural Maputaland, KwaZulu-Natal, South Africa Journal of Ethnopharmacology, 135, 696–710, (2011) http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S037887411100239X

19. Roberts, M., Indigenous Healing Plants. Southern Book Publishers, Halfway House. (1990). Des s HG 50, VM 18

20. Ssegawa, P., J. M. Kasenene, Medicinal plant diversity and uses in Sango bay area, Southern Uganda. Journal of Ethnopharmacology, Volume 113, pp. 521 - 540, (2007)

21. Van Puyvelde L., M. Ngaboyisonga, P.C. Rwangabo, S. Mukarugambwa, A. Kayonga, Runyinya-Barabwiriza, Enquêtes ethnobotaniques sur la médecine traditionnelle rwandaise.Tome 1 : Préfecture de Kibuye. Univ. Nat. Inst. Nat. Rech. Sc., Butare (Rwanda), 147 p., (1977)

22. Hutchings, A., J. van Staden, Plant used for stress-related ailments in traditional Zulu, Xhosa and Sotho medicine. Par 1 : Plants used for headaches. Journal of Ethnopharmacology, Volume 43, pp. 89 - 124 (1994)

23. Jäger, A.K., Hutchings, A. & J. van Staden, Screening of Zulu medicinal plants for prostaglandin - synthesis inhibitors. Journal of Ethnopharmacology, Volume 52, pp. 95-100, (1996)

24. Hamill, F.A., S. Apio, N.K. Mubiru, M. Mosango, R.Bukenya-Ziraba, O.W. Maganyi, D.D. Soejarto, Traditional herbal drugs of southern Uganda, I, Journal of Ethnopharmacology, Volume 70, pp. 281 -300 (2000)

25. Ayobangira, S.F.X., K. Tsongo & M.J. Kirarahumu, Contribution à l’étude des plantes médicinales du Nord-Kivu : plantes antihémorroïdaires exploitées dans la ville de Goma. Rev. Méd. Pharm. Afr., Vol. 14, 75 - 87, (2000)

26. Kalanda, K. , M. Ataholo & B. Ilumbe, Contribution à la connaissance des plantes médicinales du Haut Zaïre : plantes antihémorroidaires de Kisangani. Rev. Méd. Pharm. Afr., Vol. 9, n° 1, 51 - 58, (1995)

27. Masinde, P.S., Medicinal plants of the Marachi people of Kenya, 747 -753, (1996) The Biodiversity of African Plants.Proceedings14 th AETFATCongress.Wageningen, The Netherlands, 22 - 27 augustus 1994. Edited by J.G. van der Maesen, X.M. van der Burgt & J.M. van Medenbach de Rooy.Kluwer Academic Publishers, 861 p., (1996)

Autres références

Masinde, P.S., Medicinal plants of the Marachi people of Kenya, 747 -753, (1996) The Biodiversity of African Plants.Proceedings14 th AETFATCongress.Wageningen, The Netherlands, 22 - 27 augustus 1994. Edited by J.G. van der Maesen, X.M. van der Burgt & J.M. van Medenbach de Rooy.Kluwer Academic Publishers, 861 p., (1996)

Ndamane Y., Kambizi L , Songca S. P. & Oluwafemi, O. S, « Antibacterial effectiveness of Tetradenia riparia extract, a plant traditionally used in the Eastern Cape Province to treat diseases of the respiratory system », Journal of Medicinal Plants Research.

AK Jäger, « Evaluation of antibacterial activity of traditionally prepared South African remedies for infections » South African Journal of Botany 2003, 69(4) : 595–598

Florence DUNKEL, David WEAVER , Luc Van PUYVELDE, James L. CUSKER and Aussumani SERUGENDO, Population Suppression Effects of Rwandan Medicinal Plant, Tetradenia Riparia (Hochst.) Codd (Lamiaceae) on Stored Grain and Bean Insects »

Sanjay Gairola, Yougasphree Naidoo, Arvind Bhatt, Ashley Nicholas, « An investigation of the foliar trichomes of Tetradenia riparia (Hochst.) Codd [Lamiaceae] : An important medicinal plant of Southern Africa » Flora 204 (2009) 325–330

Zilda Cristiani Gazim, Ana Carolina L. Amorim , Ana Maria C. Hovell, Claudia Moraes Rezende, Izalina Ansilieiro Nascimento, Gilberto Alves Ferreira and Diógenes Aparício Garcia Cortez, Seasonal Variation, Chemical Composition, and Analgesic and Antimicrobial Activities of the Essential Oil from Leaves of Tetradenia riparia (Hochst.) Codd in Southern Brazil » Molecules 2010.

R. M. Coopoosamy and K. K. Naidoo, « Assessing the potential of Tetradenia riparia in treatment of common skin conditions in rural communities of South Africa », African Journal of Microbiology Research Vol. 5(19), pp. 2942-2945, 23 September, 2011

Nadia Bazihizinaa , Cosimo Taitia, Nelson Serrea, Chiara Noccia,Francesco Spinellia , Werther Guidi Nissima , Elisa Azzarelloa , Lucia Martia, Mirvat Redwana , Cristina Gonnellib , Stefano Mancuso , « Awaiting better times : A quiescence response and adventitious root primordia formation prolong survival under cadmium stress in Tetradenia riparia (Hochst.) Codd », Environmental and Experimental Botany

G. Scott, E.P. Springfield & N. Coldrey (2004) A Pharmacognostical Study of 26 South African Plant Species Used as Traditional Medicines, Pharmaceutical Biology, 42:3, 186-213,

Mis en ligne par La vie re-belle
 30/12/2018
 https://lavierebelle.org/umuravumba-tetradenia-riparia

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 72

IMG: Plantes du genre Sida IntroductionDans son ouvrage Herbal Antibiotics. Natural Alternatives for Treating Drug-resistant Bacteria, Stephen Harrod Buhner distingue les plantes (...)
IMG: Asparagus racemosus - Isagara Asparagus racemosusSynonymes : Asparagus dubius Decaisne, Asparagopsis javanica Kunth, A. schoberioides KunthNoms vernaculaires : Kinyarwanda : (...)
IMG: Luffa cylindrica - Icyangwe Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.Noms vernaculaires (...)
IMG: Acanthus polystachyus - Igitovu Acanthus polystachyus DelileSynonymes : Acanthus pubescens (Oliv.) Engl. Acanthus flamandii De Wild. Acanthus ugandensis C.B. Clarke Dilivaria (...)
IMG: Asystasia gangetica - Urusogo Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.
IMG: Crassocephalum vitellinum - Umusununu Crassocephalum vitellinum - Umusununu (Asteraceae)Description Crassocephalum vitellinum est une herbacée annuelle ou vivace de 30 à 150 cm de hauteur, (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021