Le genre Zanthoxylum regroupe environ 250 espèces d’arbres, d’arbustes et de plantes grimpantes à feuilles caduques et persistantes de la famille des Rutaceae, originaires des zones tempérées chaudes et subtropicales.

Le nom générique Zanthoxylum est dérivé des mots grecs anciens ξανθός (xanthos), qui signifie "jaune", et ξύλον (xylon), qui signifie "bois".

Au Rwanda, on rencontre 4 espèces de ce genre : 1 Zanthoxylum Chalybeum ; 2. Zanthoxylum usambarense ; 3. Zanthoxylum gilletii ; 4. Zanthoxylum mildbraedii.

Zanthoxylum Chalybeum Engl.

Synonyme : Fagara chalybea Engl.

- Kinyarwanda : Intare y’irungu ou Intare y’amarungu
- Kirundi : Igugu
- Swahili : Mjafari
- Anglais : Kundanyoka knobwood, Knobwood

Répartition africaine de Zanthoxylum chalybeum

On rencontre l’arbre en Éthiopie, Somalie, Kenya, Rwanda, Burundi, Tanzanie, Ouganda, Zambie, RDC, Malawi, Zimbabwe.

Description

Zanthoxylum Chalybeum est un arbuste ou arbre dioïque à feuilles caduques qui peut atteindre 10 m de haut. son tronc et ses tiges portent des épines ligneuses de grande taille ; branches glabres, à bourgeons terminaux protégés par des écailles noires, recouvertes d’aiguillons noirs ou rougeâtres, recourbés, généralement jumelés, atteignant 5–17 mm de long.

Zanthoxylum Chalybeum

Les feuilles alternes de 6 à 22 cm de long, varient de glabres à densément poilue. Leurs rachis est parsemé de quelques petites épines éparses. Leurs pétioles qui peut mesurer jusqu’à 15 mm, sont ovoïdes-allongées à elliptiques.

Les inflorescence sont en grappes ou en panicules peuvent atteindre 9 cm de long.

Les fleurs généralement groupées par 4 ou 5 varient du vert au jaunâtre.

Les fruits mesurent de 5 à 8 mm de diamètre et jusqu’à 1,5 mm de long.

Usages

Nutrition

Les feuilles sont cuites et consommées comme légume. Avec les fruits et les feuilles aromatiques, on prépare une tisane et on assaisonne la soupe.

Les ramilles servent à enfumer l’intérieur des gourdes à lait, ce qui permet de les nettoyer et de les désinfecter.

Fourrage

Les chèvres se nourrissent des feuilles comme des fruits tout au long de l’année. Les branches feuillées sont parfois ramassées pour l’alimentation du bétail.

Savonnerie

On fabrique du savon avec la cendre des jeunes feuilles, de la graisse animale et de la soude.

Bois d’œuvre

Le bois très dur et élastique de Zanthoxylum Chalybeum résiste aux termites. Il est utilisé pour la construction. Il se travaille bien, quoiqu’il soit difficile à clouer. Il se finit et se polit bien. On l’utilise comme bois de tournage, en sculpture et pour confectionner des cannes de marche. Les ramilles servent de brosses à dents. On sculpte les protubérances ligneuses dont on fait des bouchons de gourdes et dont on se sert comme flotteurs pour les filets de pêche.

Combustible

Zanthoxyllum chalybeum est souvent récolté comme bois de feu car il brûle facilement ; il sert aussi à allumer les feux.

Décoration

On utilise les graines, d’un noir brillant, pour agrémenter les vêtements.

Phytothérapie

Zanthoxylum chalybeum est largement employé en médecine traditionnelle.
La base de données prélude recense 31 références d’études ethnobotaniques mentionnant l’usage médicinal de différentes partie de l’arbre.

La base de données Prota recense les usages médicinaux suivants :

La décoction d’écorce de tige ou de racine se prend fréquemment pour soigner le paludisme, les fièvres et les maux de tête, la drépanocytose, les affections des voies respiratoires, notamment les rhumes et la tuberculose, les affections cutanées y compris les ulcères, l’urticaire, les tumeurs et la rougeole, les problèmes intestinaux parmi lesquels les douleurs abdominales, la diarrhée, les vers intestinaux, la bilharziose, les amibes, la colique, les douleurs corporelles en général ainsi que les vomissements.

La décoction d’écorce de racine a la réputation d’être plus forte que celle d’écorce de tige.

L’infusion de racine se boit en cas d’infection bactérienne avec atteinte musculaire, de stérilité féminine, de maladies vénériennes, de fibromes utérins et, associée à la viande de volaille, en guise d’aphrodisiaque.

Au Rwanda, l’infusion d’écorce de racine est prescrite contre les troubles urinaires. La tisane de feuilles facilite l’accouchement. La poudre de racine séchée ajoutée à de la bouillie ou à de la tisane soigne l’asthme, ou additionnée de poivre noir soulage les douleurs abdominales. Un bain ou une infusion de feuilles broyées soigne les convulsions, les œdèmes, le gonflement des jambes et les douleurs corporelles. On mâche l’écorce de la tige en cas de douleurs dentaires.

Au Kenya, la décoction de racine, associée à d’autres plantes, se prend contre la peste bubonique ; on se frictionne les glandes de poudre de racine à cet effet également. L’écorce de tige ou de racine écrasée est appliquée sur les lésions, les plaies et les tumeurs. On inhale la fumée de l’écorce de tige en combustion contre la perte de connaissance, les vertiges et les maux de tête. On mâche les fruits, piquants et poivrés, pour se rafraîchir l’haleine et dans le traitement de la fièvre, des maux de gorge, des rhumes graves, des pneumonies et des douleurs thoraciques.

L’infusion de fruits ou de feuilles est prescrite aux enfants comme tonique. On applique les feuilles broyées sur les morsures de serpent. Les Samburus font macérer des graines pilées dans de l’eau, font bouillir les fruits dans une tisane ou les racines dans du lait pour soigner les maux de gorge et l’amygdalite. En Ouganda, les Sos ajoutent des graines, des feuilles et l’écorce de la tige broyées aux aliments en cas de fièvre et de refroidissement.

En Tanzanie, on applique une pâte à base d’écorce de racine sur les œdèmes, les hernies et les rhumatismes, et on boit la décoction d’écorce de racine additionnée de racine de Sureda zanzibariensis Baill. pour guérir l’asthme. On boit la décoction de feuilles contre les problèmes psychiatriques.

En Afrique de l’Est, la décoction d’extrait d’écorce de racine est administrée à vie aux patients atteints de drépanocytose.

Médecine vétérinaire

Les extraits aqueux de l’écorce ou des racines sont employés dans le traitement des maladies du bétail dont l’anaplasmose, la fièvre, les maladies hépatiques, la dermatose nodulaire contagieuse du bétail ainsi que la diarrhée des bovins, des camélidés et des caprins. La décoction de feuilles soigne les infections des voies intestinales du bétail.

Mis en ligne par La vie re-belle
 19/01/2021
 https://lavierebelle.org/zanthoxylum-sp

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 71

IMG: Asparagus racemosus - Isagara Asparagus racemosusSynonymes : Asparagus dubius Decaisne, Asparagopsis javanica Kunth, A. schoberioides KunthNoms vernaculaires : Kinyarwanda : (...)
IMG: Luffa cylindrica - Icyangwe Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.Noms vernaculaires (...)
IMG: Acanthus polystachyus - Igitovu Acanthus polystachyus DelileSynonymes : Acanthus pubescens (Oliv.) Engl. Acanthus flamandii De Wild. Acanthus ugandensis C.B. Clarke Dilivaria (...)
IMG: Asystasia gangetica - Urusogo Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.
IMG: Crassocephalum vitellinum - Umusununu Crassocephalum vitellinum - Umusununu (Asteraceae)Description Crassocephalum vitellinum est une herbacée annuelle ou vivace de 30 à 150 cm de hauteur, (...)
IMG: Hypoestes triflora - Magaru Hypoestes triflora (Forssk.) Roem. & Schult. (Acanthaceae)Noms vernaculaires : Kinyarwanda : MagaruDescriptionHerbe généralement vivace, (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021