Acanthus polystachyus - Igitovu

Acanthe médicinale

Acanthus polystachyus - Igitovu

Acanthe médicinale

Acanthus polystachyus Delile

Synonymes :

- Acanthus pubescens (Oliv.) Engl.
- Acanthus flamandii De Wild.
- Acanthus ugandensis C.B. Clarke
- Dilivaria polystachya (Delile) Endl.
- Zonablephis polystachyus (Delile) Raf.

Dans la mythologie grecque, Acanthe (Akantha) était une nymphe. Apollon voulut l’enlever et elle le griffa au visage. Pour se venger, il la métamorphosa en une plante épineuse qui aime le soleil.

Noms vernaculaire :

- Kinyarwanda : Igitovu, gabudasumirwa
- Kirundi : Igitovu, Itovu
- Langues du Kivu : Marhadu, Lurhodu (Mashi) Marhadu, Lurhadu (Mashi), Matondu (Lega)
- Langues d’Ouganda : Etovu (Ruganda) ; Ejoto (Rutoro)
- Langue de Tanzanie  : Amatoju (Haya)
- Français : Chardon
- Anglais : Acanthus, Bear’s breeches

Description :

Cette plante de la famille des Acanthaceae est une herbacée vivace buissonnante, toujours verte. Ses feuilles sont munies de dents épineuses. Ses fleurs roses sont réunies en inflorescence terminales. Ses fruits ovoïdes sont de type capsules.

Distribution en Afrique

Au Rwanda, Igitovu est présente un peu partout dans le pays

Usage médicinal

Au Ier siècle après J.-C., Le médecin grec Dioscoride recommandait d’utiliser les racines d’acanthe sous forme de cataplasme pour traiter les brûlures et pour envelopper les articulations disloquées. En infusion, l’acanthe était considérée comme un diurétique. Elle était également utilisée pour soulager les ballonnements et les spasmes et pour apaiser les nerfs endommagés.

Les vertus des acanthes sont également louée par le médecin anglais Nicholas Culpeper dans le traité médecine par les plantes de 1653 intitulé The Complete Herbal :

« Les feuilles bouillies administrée par clystères, sont excellentes pour apaiser le ventre. Boire la décoction feuilles est excellent pour le flux sanguin. [...] Les feuilles bouillies appliquées en cataplasme sont efficaces pour unir les os cassés et renforcer les articulations mises à nu. La décoction de feuilles ou de racines que l’on boit, et la décoction de feuilles que l’on applique sont bonnes pour l’os qui est brisé et qui court ; car par l’influence de la lune, elle ravive les extrémités des veines qui sont détendues. [...] Il n’y a guère de meilleur remède à appliquer à de tels endroits brûlés par le feu que celui-ci, car il va retire le feu, et guérit les brûlures sans cicatrice. »

En médecine traditionnelle africaine la plante est utilisées pour traiter les infections urogénitales, les douleurs urétrales, l’endométrite, la cystite et pour apaiser les douleurs, les ulcères, la grippe, la toux sèche et la diarrhées. La décoction de feuilles est utilisées en lavement pour calmer les maux d’estomac ; elle est également réputée très efficace pour soigner la dysenterie sanglante. L’infusion de la plante est utilisée pour traiter les douleurs dentaires. La plante est également utilisée pour traiter les troubles hépatiques, la gastro-entérite, la pneumonie, l’anthrax, la toux sèche, la pneumonie, l’asthme chronique, l’amygdalite, la grippe...

Indications et préparations africaines traditionnelles

- Enflures : feuilles et cendres en pansement chaud sur l’enflure

- Dermatose : parties aériennes pilées en friction ; onguent à base de cendres de feuilles de Acanthus pubescens en application locale (Burundi)

- Gale : cendres de feuilles de Rubia cordifolia (Urukararamhwe) de Acanthus pubescens (igitovu) + beurre rance, nettoyer l’eczéma à l’eau chaude, couvrir avec l’onguent. (Rwanda)

- Eczéma : poudre de feuilles, poudre + beurre en usage externe pendant trois semaines. (Rwanda)

- Psoriasis (amahumane y’amabara) : pommade à base de cendres de feuilles de Synadenium grantii (Umukoni) et Acanthus pubescens (Igitovu), pommade en application externe + décoction de feuille de Verbena officinalis, Euphorbia schimperiana, Crotalaria incana, en voie orale, boire 1/2 verre une fois par jour pour un adulte, ou une cuillère à soupe pour les enfants. (Rwanda)

- Blessure : feuilles fraîches de Acanthus polystachyus écrasées et appliquées sur la partie affectée (Rwanda)

- Coqueluche : cendre de feuilles de Acanthus arboreus de Carica papaya de Mangifera indica de Dracaena steudneri, carbonisation, en voie orale. (Rwanda)

- Asthme : poudre de cendres de feuilles de Acanthus pubescens et de Myrianthus holstii en prise nasale (Burundi) ; poudre de cendres de feuilles d’Acanthus pubescens, Bersama abyssinica …paullinioides var. ugandensis, en prise nasale

-  Toux sèche, pneumonie, asthme chronique, grippe, amygdalites : cendres de feuilles of Acanthus pubescens en voie orale (Nigeria)

- Paludisme : les racines de Acanthus pubescens sont coupées en petits morceaux, décoction en voie orale.

- Paludisme et convulsions avec fièvre : feuilles de Alchornea cordifolia, Sapium ellipticum, Kigelia africana, Zehneria scabra, Acanthus pubescens, Emilia javanica et Oxygonum sinuatum en décoction en voie orale chaque jour.

- Prévention des fausses couches : décoction à partir des parties aériennes de Crassocephalum vitellinum mélangées à des racines de Alchornea cordiflia, Sapium ellipticum, Acanthus pubescens et Emilia javanica en voie orale.

- Gonorrhée et syphilis : les racines d’Acanthus pubescens coupées en petits morceaux sont prises en voie orale (deux bols chaque jour) - décoction en voie orale de racines de Trichilia emetica, Alchonea cordifolia, Sapium ellipticum, Zenheria scabra, Acanthus pubescens, Emilia javanica et Oxygonum sinuatum. (Tanzanie)

- Trouble abdominaux : décoction de racines pilées en voie orale

- Vers intestinaux : décoction de racines en voie orale

- Troubles du foie ou de la rate : feuilles d’Acanthus pubescens, Leucas martinicensis, Vernonia amygdalina, Vernonia kirungae, Vernonia lasiopus triturées dans de la bière de banane en voie orale. (Rwanda) - cendres de feuilles d’Acanthus arboreus, Carica papaya, Mangifera indica, Dracaena steudneri en voie orale (Ouganda)

- Piqûres de scorpion : décoction de racine donnée par voie orale (Éthiopie)

- Plaies : feuilles pilée mélangée avec du beurre en application locale (Ethiopie).

- Saignements et douleurs lancinantes : pâte de feuilles en application locale

- Maladies du foie :

- écraser 3 poignées de feuilles fraîches d’Acanthus pubescens et mélanger avec de la banane. Boire 1,5 verre 2 fois par jour durant une semaine
- triturer une poignée de feuilles d’Acanthus pubescens, Vernonia amygdalina de Vernonia kirungae de Vernonia lasiopus et de partie aérienne de Leucas martinicensis dans 1litre d’eau et 1 verre de vin de banane. Boire un verre par jour

- écraser une poignée de chaque plante d’Acanthus pubescens, Crassocephalum vitellinum, Erythrina abyssinica, Helichrysum odoratissimum, Hypoestes triflora et faire une décoction avec un litre d’eau. Boire une tasse à café trois fois jour
Préaparer une décoction de 1/2 kg total du mélange de plantes de Vernonia lasiopus de Bidens pilosa de Acanthus pubescens avec 2 L de H2O, VO. 2× 1/2 bouteille/jour et au total 12 bouteilles en 12 jours

- mélanger et faire une décoction d’ une poignée de chacune des plantes suivante : Vernonia amygdalina, Vernonia lasiopus, Vernonia kirungae, Leucas martinicensis, Acanthus pubescens avec 1 litre d’eau + 1 verre de vin de banane. Boire un demi-verre deux fois par jour durant 7 jours

Études pharmacologiques

Wubante Demilew, « Evaluation of the Wound Healing Activity of the Crude Extract of Leaves of Acanthus polystachyus Delile (Acanthaceae) », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Volume 2018 |Article ID 2047896

Cette étude, a montré que les différentes phases de cicatrisation d’une blessures ou d’une plaie sont améliorées par l’application de pommade à base d’extrait méthanolique à 80 % de feuilles d’Acanthus polystachyus par rapport au groupe témoin. Ces résultats justifient l’utilisation des feuilles d’Acanthus polystachyus pour le traitement des plaies. Cette étude a montrent également que l’extrait brut d’A. polystachyus est doté de propriétés antibactériennes significatives qui expliquent au moins en partie son activité de cicatrisante.

Assfaw Addisu, «  Evaluation of the antibacterial activity of Acanthus polystachyus Delile against some selected bacterial pathogens ». A Thesis Submitted to the Department of Biotechnology, Institute of Biotechnology, University of Gondar, for the Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Science in Biotechnology Gondar, Ethiopia August, 2020

L’auteur de cette thèse confirme l’activité antibactérienne d’Acanthus polystachyus Les extraits bruts testé se sont avérés avoir un effet antibactérien contre les quatre espèces bactériennes testées :

- Staphylococcus aureus ou staphylocoque doré (gram positif)
- Escherichia coli (gram négatif)
- Klebsiella pneumoniae
- Salmonella Typhi

La plus forte activité inhibitrice s’est exercée contre le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). La raison pourrait être que les espèces bactériennes à Gram positif n’ont pas de membrane externe qui empêche l’entrée de composés bioactifs dans le matériel cellulaire. Parmi les extraits de racines au Méthanol 80% et chloroforme 20) et ceux au Méthanol 80% et acétate d’éthyle 20%), ont présenté une bonne activité antibactérienne contre Staphylococcus aureus et Escherichia coli. Bien qu’ils aient une activité inhibitrice moindre, tous les extraits ont montré une activité antibactérienne considérable contre tous les organismes testés. L’activité inhibitrice plus élevée des extraits méthanoliques a montré que les ingrédients actifs ont une nature polaire, et sont relativement bien extraits avec des solvants polaires tels que le méthanol, ce qui a entraîné l’augmentation de l’activité antibactérienne observée dans le test antibactérien.
Klebsiella pneumoniae et Salmonella Typhi ont été moins sensibles que S. aureus et E. coli à l’extrait brut de tous les solvants. La raison probable de la moindre sensibilité de ces espèces bactériennes pourrait être associée à la présence d’une membrane cellulaire externe chez les bactéries gram-négatifs qui évite l’entrée de composés bioactifs à travers cette couche. En outre, l’induction de la pompe d’efflux ou la formation d’un biofilm pourrait entraver l’activité antibactérienne des composés bioactifs .
Les espèces bactériennes les plus sensibles, Staphylococcus aureus, abaissent également la concentration minimale inhibitrice et la concentration minimale bactéricide. Les feuilles d’Acanthus polystachyus étudiées possèdent des activités antibactériennes contre la croissance de bactéries pathogènes sélectionnées avec un spectre antibactérien variable.
L’étude fournit une base scientifique à l’utilisation traditionnelle de la plante médicinale pour le traitement des infections bactériennes comme la syphilis, le trachome, la gonorrhée ou d’autres qui sont probablement causées par des bactéries sensibles aux composés actif de la plante.

Préparations types

Préparations

1. Infusion :

- Infusion de feuilles : récolter les feuilles de la plante, les laver soigneusement puis les faire sécher à l’ombre ou dans un four à 32 degrés. Piler les feuilles séchées pour obtenir une poudre.

- Infusion de racine : récolter, laver et sécher les racines l’ombre ou dans un four réglé à 50 degrés. Une fois sèches, réduire les racine en poudre ou les laisser entières.

Dosage : 1/2 à une cuillère à café dans de l’eau bouillante trois fois par jour

2. Décoction

- pour 100g de feuille sèche, ajouter quatre tasses d’eau et faire bouillir pendant environ 30 min ou jusqu’à ce que la quantité initiale d’eau ait réduit de moitié.

Dosage : diviser en trois la solution obtenue après ébullition puis consommer la solution à trois moment de la journée.

3 : Teinture :

Utiliser une vodka à 80% et ajouter une partie de matière végétale à deux parties d’alcool. Laissez-les tremper pendant un mois dans une bouteille en verre ambré conservée dans un endroit sombre. Agiter régulièrement la bouteille au moins deux fois par jour.

Dosage : À l’aide d’un compte-gouttes, instiller vingt gouttes sous la langue deux fois par jour.

4. Pommade

Traditionnellement, les feuilles de Acanthus polystachyus sont utilisées pour la cicatrisation des plaies, mélangées à du beurre, qui est une matière hydrophobe.
L’application de l’extrait brut directement sur la plaie peut ne pas avoir l’effet souhaité car il ne reste pas assez longtemps sur la peau blessée. La pommade est alors nécessaire pour obtenir une libération prolongée du médicament sur les sites d’application. Par conséquent, il est utile d’utiliser une base hydrophobe conformément aux préconisations traditionnelles qui permettra la libération des métabolites actifs des feuilles et ses composants polaires, qui seront mieux libérés à partir des composants non polaires et vice versa.
La base de pommade a des rôles supplémentaires comme la formation d’une barrière occlusive contre l’humidité par la paraffine dure et la paraffine molle blanche et la stabilisation de la pommade.

Mis en ligne par La vie re-belle
 27/02/2021
 https://lavierebelle.org/acanthus-polystachyus-igitovu

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 72

IMG: Plantes du genre Sida IntroductionDans son ouvrage Herbal Antibiotics. Natural Alternatives for Treating Drug-resistant Bacteria, Stephen Harrod Buhner distingue les plantes (...)
IMG: Asparagus racemosus - Isagara Asparagus racemosusSynonymes : Asparagus dubius Decaisne, Asparagopsis javanica Kunth, A. schoberioides KunthNoms vernaculaires : Kinyarwanda : (...)
IMG: Luffa cylindrica - Icyangwe Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.Noms vernaculaires (...)
IMG: Asystasia gangetica - Urusogo Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.
IMG: Crassocephalum vitellinum - Umusununu Crassocephalum vitellinum - Umusununu (Asteraceae)Description Crassocephalum vitellinum est une herbacée annuelle ou vivace de 30 à 150 cm de hauteur, (...)
IMG: Hypoestes triflora - Magaru Hypoestes triflora (Forssk.) Roem. & Schult. (Acanthaceae)Noms vernaculaires : Kinyarwanda : MagaruDescriptionHerbe généralement vivace, (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021