Bidens pilosa - Inyabarasanya

Plante multifonctionnelle, puissamment antimicrobienne et anti-inflammatoire

Noms vernaculaires

Au Rwanda la plante est appelée « Inyabarasanya » ou « Rurasaniramugabo » deux noms formés sur le radical « rasan » : « combattre à l’arc » en référence à ses fruits crochus. Bidens pilosa partage aussi le nom d’« igishodeko » avec d’autres herbes dont les fruits crochus s’accrochent (gushodeka) aux vêtements.

Au Burundi porte le nom d’« Inkanda »

Autres noms vernaculaires

- Swahili : Kichoma mguu, Kichoma nguo

- Français : Sornet, piquant noir, bident hérissé, herbe aiguille, herbe villebague

- Anglais : Black jack, cobbler’s pegs, hairy beggarticks, Spanish needles

- Portugais : Carrapicho de agulha, picão preto

- Espagnol : Acetillo, Amor seco, Arponcito, Asta de cabra, Cacho de cabra, Masquia, Mazote, Papunga chipaca, Pega-pega, Perca, Sirvulaca.

Cette caractéristique est également à l’origine de certains de ses noms français Herbe aiguille, bident hérissé, ou Piquant noir, et anglais Spanish needles, Beggar-ticks (la plante est aussi appelée Blackjack)...

Description :

Inyabarasanya est une herbacée annuelle érigée, aux rameaux étalés. Elle s’élève généralement jusqu’à une quarantaine de centimètres mais pourrait atteindre jusqu’à un mètre de haut selon certaines sources.

Le plante développe une racine pivot

Ses tiges sont fines, raides et quadrangulaires.

Ses feuilles sont opposées, pennées à 3–5 folioles, leur taille est très variable allant de quelques cm jusqu’à 15-20 cm de long. Elles sont de forme ovale-lancéolé, ses bords sont habituellement crénelés-dentés. Les folioles terminales sont plus grandes que les folioles latérales.

Ses fleurs sont regroupées en têtes globuleuses en position terminale ou à la base des feuilles. Chaque tête se compose de quelques fleurs blanches étalées à la périphérie et de nombreuses fleurs jaunes au centre.

Ses fruits de type akènes ont des crochets (ibishodeko) qui s’attachent aux vêtements et aux pelages des animaux.

Habitat :

Elle pousse dans les endroits perturbés par l’homme : friches bord de chemin et de route...

Usages

Usage culinaire :

Bidens pilosa est comestible par l’humain et le bétail. Les producteurs de lait s’abstiennent toutefois de la donner comme fourrage, car l’huile essentielle contenu dans la plante est réputée donner un mauvais goût au lait. Les feuilles peuvent être consommée cuites. Une fois séchées elles peuvent être conservées pour un usage ultérieur. La plante se conserve très bien et ne réduit pas à la cuisson. La texture une fois cuite est agréable.

Les feuilles ont un goût puissant qu’on peut aimer ou trouver désagréable. Comme pour de nombreux légumes sauvages, même si les feuilles ont toujours une saveur prononcée, elles sont plus agréables au goût lorsqu’elles sont récoltées avant l’anthèse de la plante, c’est-à-dire avant la croissance de la fleur.

En Afrique, les feuilles de Bidens pilosa sont plutôt considérées comme un aliment de famine.

En Asie, les jeunes pousses sont consommées cuites. Au Mexique Bidens pilosa est consommé bouillie.

Les feuilles sont utilisée pour préparer une infusion aux Marquises, en Chine et dans des communautés amérindiennes du Texas.

Les fleurs sont mélangées à des boules de riz collantes et laissée à fermenter dans l’eau pour en faire un alcool. Les feuilles sont également utilisées dans la fabrication d’une boisson fermentée appelée « sinitsit » aux Philippines.

Composition nutritionnelle pour 100 g de portion comestible :

eau 85 g, calories 43, protéines 3,8 g, lipides 0,5 g, glucides 8,4 g, fibres 3,9 g, β-carotène 1800 μg (Leung, W.-TW, Busson, F. et Jardin, C., 1968).
Une autre étude mentionne 111 mg de calcium et 2,3 mg de fer.

Il est conseillé de ne pas manger cette plante trop souvent car sa teneur élevée en silice pourrait entraîner des problèmes. Il faut aussi éviter de la manger crue à cause de sa forte teneur en saponines.

Informations complémentaires sur les usages alimentaires de Bidens pilosa : « Spanish Needles (Bidens pilosa L.) as a Wild Food Resource »

Usage récréatif :

Les feuilles séchées constitueraient également un bon substitut du tabac.

Usages insecticide :

Bidens peut servir d’ingrédient de mélange naturel et écologique efficace contre les pucerons, les fourmis, les coléoptères et les chenilles. Il empêche les uns de manger les plantes, en repousse d’autres ou les tue.

Spray insectifuge ou insecticide

Ingrédients :

- 1 part de Bidens pilosa
- 1 part de Tagetes minuta (Nyramunukanabi)
- 1 litre d’eau, plus de l’eau chaude pour la macération

Préparation :

1. Prélever les parties aériennes des plantes, y compris les graines.
2. Couvrir d’eau chaude et laisser tremper pendant 24 heures puis filtrer.
3. Laisser refroidir et ajouter le reste de l’eau. Bien agiter et utiliser immédiatement.
4. Mettre le mélange dans un flacon pulvérisateur.
5. Ajouter une ou deux cuillères à café de savon au sprays. Cet ajout permet non seulement à la solution d’adhérer aux plantes, mais perturbe la respiration des parasites si elle est pulvérisée directement sur les parasites.

Usages médicinaux

Principales propriétés :

Les racines, les feuilles et les graines possèdent des propriétés :

- Antibactérienne
- Antiseptique
- Antidiabétique
- Antidysentérique
- Anti-inflammatoire
- Antiparasitaires
- Antipaludique
- Tonique sanguin
- Carminative
- Diurétique
- Galactagogue
- Hépatoprotectrice
- Antiulcéreuse
- Hypoglycémique
- Hypotensive
- Immunomodulatrice
- Tonique des membranes des muqueuses
- Neuroprotectrice
- Inhibitrice de la synthèse des prostaglandine
- Styptique (astringentes et hémostatiques, action sur la contractilité organique des vaisseaux sanguins et lymphatiques de la partie qui en reçoit l’application)
- Vulnéraire
- Radioprotectrice pour la moelle osseuse

Principales indications traditionnelles :

Inyabarasanya fait partie de la plupart des pharmacopées populaires de la planète qui la recommande pour une quarantaine de pathologies.

Répertoire des usages traditionnels

Indications Partie utilisées Utilisation Pays Références
Inflammatoire Plante entière Inconnue Chine, Cuba [1, 4]
Infection microbienne Parties aériennes Décoction en boisson Bain / usage externe Trinidad et Tobago [1]
Infection oculaire Feuilles et plante entière Plante fraîche ou jus Ouganda, Amérique Centrale [5, 7]
Conjonctivite Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Infection rénale Feuilles Décoction en voie orale Cuba [4]
Infections gastro-intestinales Plante entière Décoction Trinidad et Tobago [1]
Hépatite infectieuse aiguë Plante entière Décoction Hong Kong [2]
Diarrhée Feuilles et plante entière Feuilles fraîches ou Décoction Afrique, Ouganda [5, 7]
Dysenterie Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Entérite Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Gastrite Plante entière Jus en voie orale Cuba [4]
Maux d’estomac Feuilles Décoction Inde, Afrique [3, 5, 6]
Coliques Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Constipation Plante entière Décoction Afrique [5]
Rhumatisme Plante entière avec racines Jus et décoction Hong Kong, Afrique [1, 5]
Blessures Plante entière Plante pilée Chine, Afrique, Amérique centrale, Hawaï [2]
Coupures, brûlures et problèmes de peau Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction, application topique locale / Bain Trinidad et Tobago, Afrique, Chine, Cameroun, Brazil, Venezuela [1, 3, 5]
Prurit Plante entière Décoction Hong Kong [2]
Catarrhe Plante entière Jus ou Décoction en voie orale Cuba [4]
Stimulation de la sécrétion de la bile (Cholérétique) Plante entière Décoction Amérique Centrale [5]
Diabète Plante entière Décoction en voie orale Cuba, Taïwan [3, 4]
Diurétique Plante entière Décoction Amérique Centrale [5]
Dysménorrhée Plante entière Décoction en voie orale Cameroun, Cuba [6, 4]
Irritation de la gorge Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction Chine, Amérique Centrale, Ouganda [2, 5, 7]
Grippe Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction Chine, Amérique Centrale, Ouganda [2, 5, 7]
Nausées matinales ou de grossesse Plante entière Décoction Afrique [5]
Hypotensive Plante entière Décoction en voie orale Cameroun [6]
Fièvre jaune Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction Chine, Amérique Centrale, Ouganda [1, 2, 5, 7]
Toux Plante entière Décoction en voie orale Cuba, Chine [2, 4]
Rhume Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction Chine, Amérique Centrale, Ouganda [2, 5, 7]
Asthme Plante entière Décoction ou macération en voie orale Cuba, Chine [2, 4]
Hémorroïdes Plante entière Décoction Hong Kong [2]
Mal de tête Plante entière Décoction Cameroun [6]
Otite Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Paludisme Racines et plante entière Jus Afrique, Chine [2, 5]
Pharyngite Plante entière Décoction Afrique, Chine [5]
Saignement de nez Feuilles et plante entière Plante fraîche ou Décoction Chine, Amérique Centrale, Ouganda [2, 5, 7]
Tuberculose pulmonaire Plante entière Décoction ou macération en voie orale Cuba, Chine [2, 4]
Ulcères d’estomac Feuilles entière Macération ou jus en voie orale Cuba, Amérique Centrale, Ouganda [2, 4, 5, 7]
Vermifuge Plante entière Décoction Afrique [5]

Source : « Bidens pilosa L. (Asteraceae) : Botanical Properties, Traditional Uses, Phytochemistry, et Pharmacology »

Cette diversité d’usage peut paraître étonnant mais des études in vitro et in vivo contemporaines étayent un grand nombre de ces usages traditionnels.

Plus de deux cent composés bioactifs ont été identifiés au sein de cette plante.
Les principaux étant des polyynes, des flavonoïdes, des phénylpropanoïdes, des acides gras et des composés phénoliques actifs dans le traitement des tumeurs, des inflammations, de la modulation immunitaire, du diabète, de la malaria, des virus et de certaines maladies nosocomiales insensible aux antibiotiques de synthèse, de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires.

Toutefois, des études cliniques manquent pour définir les protocoles d’administration et les posologies les plus pertinente. L’expérience des tradipraticiens et des phytothérapeutes est en la matière la seule source d’information.

États des savoirs pharmacologiques

Bidens pilosa s’est avéré très actif contre le parasite de la malaria in vivo et in vitro, ce qui confirme son utilisation traditionnelle pour cette maladie. Le diol polyacétylénique linéaire extrait de la plante s’est révélé très actif contre le plasmodium falciparum in vivo et in vitro. Les extraits les plus actifs étaient issus la plante fraîche. Ce constituant est instable à l’état sec.

Plusieurs études suggèrent que les polyacétylènes de la plante sont les constituants les plus actifs et les antimicrobiens les plus puissants. Les teintures alcoolisées de la plante fraîche ont montré une inhibition de 90 % du parasite du paludisme in vivo, tandis que les teintures de plantes séchées ont donné environ 65 % et les extraits aqueux environ 38 %. Cette activité est la même que l’on teste des souches résistantes ou non résistantes. En comparaison, les souches sensibles à la chloroquine, lorsqu’elles sont traitées avec de la chloroquine, présentent une inhibition de 99,2 % du parasite du paludisme.

La plante est donc presque aussi puissante que le produit pharmaceutique, mais pas tout à fait. Elle n’est certainement pas aussi puissante qu’Artemisia annua et Artemisia afra, Sida acuta ou Cryptolepis sanguinolenta, il faut donc prendre des doses plus importantes et plus longtemps si l’on utilise cette plante contre le paludisme.

Une étude in vivo intéressante comparant l’efficacité des formes sauvages et cultivées de Bidens pilosa que l’espèce sauvage était systématiquement plus puissante dans ses actions ; Bidens pilosa domestique fonctionnait, mais pas aussi bien.

Les étude confirment que Bidens pilosa possède une bonne activité antibactérienne.

Les composés de Bidens pilosa sont potentiellement actifs contre les microorganismes suivants :

• Bacillus cereus
• Bacillus subtilis
• Candida albicans
• Cytomégalovirus (CMV)
• Enterococcus faecalis (Streptococcus faecalis)
• Escherichia coli
• Herpes simplex 1 et 2
• Klebsiella pneumoniae
• Leishmania amazonensis
• Mycobacterium tuberculosis ou Baccille de Koch (BK)
• Neisseria gonorrhoeae ou Gonocoque
• Plasmodium falciparum
• Pseudomonas aeruginosa ou bacille pyocyanique, bacille du pus bleu ou pyo
• Salmonella spp. (S. arizonae, S. choleraesuis, S. enteritidis, S. paratyhpi, S. tyhpi, S. typhimurium)
• Serratia marcescens
• Shigella flexneri
• Staphylococcus aureus
• Staphylococcus epidermidis ou staphylocoque blanc

Bidens n’est pas très actif contre Aspergillus.

Comme beaucoup d’études sur l’activité antimicrobienne, un certain nombre de celles sur le Bidens sont contradictoires. Pour chaque étude qui le trouve actif contre Escherichia coli, une autre dit qu’il ne l’est pas. Même chose pour Pseudomonas, Klebsiella, Streptococcus et Candida albicans. Certaines études montrent une très forte activité, d’autres une faible activité, d’autres encore aucune.
Les différences peuvent être liées à la période de l’année où la plante a été cueillie, de l’écosystème dans lequel elle a été trouvée, de l’utilisation de plantes sauvages ou domestiquées (les plantes sauvages se sont avérées être des antibactériens beaucoup plus puissants), et des différences dans la façon dont les plantes ont été préparées - le principal problème étant la préparation. Pour que cette plante agisse comme un puissant antimicrobien, elle doit être préparée sous forme de teinture de la plante fraîche ou le jus frais doit être utilisé.

Plusieurs des polyacétylènes isolés de la plante se sont révélés plus actifs que l’ampicilline, la tétracycline, la norfloxacine et l’amphotéricine B lors d’études in vitro. La ciprofloxacine et l’ofloxacine étaient plus puissantes que les extraits de la plante. Dans une étude, les extraits aqueux de la plante se sont révélés plus efficaces contre Escherichia coli et Bacillus cereus que la gentamicine. On a constaté que le Bidens potentialise l’activité de la tétracycline s’il est pris en même temps que ce produit pharmaceutique. Il est efficace contre l’herpès simplex 1 et 2 dans des études in vitro, étant presque aussi fort que l’acyclovir mais sans les effets secondaires de ce médicament standard.

Lors de tests in vitro, Bidens pilosa s’est avéré plus actif que le métronidazole dans le traitement d’Entamoeba histolytica, responsable de dysenterie amibienne dans le monde entier. Les organismes n’ont pas été complètement inhibés mais leur nombre a été considérablement réduit. Bidens pilosa s’est également révélé très actif dans le traitement du parasite Leishmania amazonensis. Un extrait éthanolique a inhibé à la fois les amastigotes intracellulaires et la forme promastigote. L’extrait avait une très faible toxicité.

Bidens pilosa est aussi efficace que l’atropine, la prométhazine, la néostigmine et l’hydrocortisone pour protéger les souris contre le venin de Dendroaspis jamesoni, un serpent du Cameroun dont le venin contient une neurotoxine puissante. L’extrait végétal a également potentialisé l’antidote normalement utilisé pour traiter ces morsures de serpent (tout comme l’atropine et la prométhazine). Il s’agit d’un protecteur très puissant contre les neurotoxines. En revanche, la plante n’est que faiblement efficace contre le venin de vipère, qui provoque des hémorragies et des nécroses.

Un certain nombre d’études in vivo révèlent que la teinture de plantes est hautement antiulcérogène, qu’elle inhibe les lésions gastriques induites par l’alcool et qu’elle est plus efficace que le sucralfate. La plante a protégé de manière significative la muqueuse gastrique et a initié la guérison de la muqueuse par un certain nombre de mécanismes.

Un certain nombre d’études ont montré que la plante possède une activité antitumorale. Elle inhibe l’angiogenèse (la formation de vaisseaux sanguins anormaux, fréquente dans le cancer et certaines formes de dégénérescence maculaire), est antiproliférative et réduit directement les cellules tumorales viables (stimule l’apoptose). Elle possède une forte activité antileucémique et de nombreuses actions de régulation cellulaire qui normalisent la fonction et la croissance cellulaires.
La plante a également un fort effet antipyrétique, comparable à celui de l’acétaminophène. Elle est spécifique pour faire baisser la fièvre lors d’infections aiguës.

Le Bidens s’est révélé être un puissant antioxydant et anti-inflammatoire. Un essai croisé randomisé en double aveugle avec 20 participants a montré que la plante était efficace dans le traitement de la rhinite allergique. Des études in vitro et in vivo ont montré qu’elle était très efficace pour protéger les globules rouge du sang des dommages oxydatifs. Les fractions hydrosolubles sont plus antioxydantes que les fractions solubles dans l’éthanol. La plante inhibe l’expression de la COX-2, une enzyme responsable des états inflammatoires et de la douleur de manière similaire à l’ibuprofène, et la production de prostaglandines en inhibant la synthèse des prostaglandines. C’est un piégeur de radicaux libres important, comparable à l’alpha-tocophérol. Il inhibe la libération d’histamine.

Un certain nombre d’études in vivo notent que Bidens pilosa est un hépatoprotecteur efficace. Il protège le foie de la cholestase obstructive chronique et diminue le taux de nécrose et de fibrose du foie. Il normalise les niveaux d’enzymes hépatiques et restaure les niveaux de superoxyde dismutase et de glutathion peroxydase chez les souris blessées au foie. Elle est fortement protectrice contre les lésions hépatiques induites.

La plante possède des actions de type ocytocique sur l’utérus, tonifie le muscle utérin et aide aux contractions du travail (études in vivo). Elle possède une activité relaxante sur les tissus vasculaires, est un vasodilatateur et détend l’action cardiaque. Il réduit le tonus de repos de l’aorte et inhibe les contractions induites par le KCL et le CaCl2 de 95 %. Les effets sont relativement durables. Il atténue l’hypertension à haute teneur en fructose et en sel chez les rats et réduit les niveaux d’insuline dans leur sang. Les effets sont marginaux chez les rats normotendus, mais marqués chez les hypertendus.

La plante possède des propriétés antidiabétiques : Elle diminue le taux de glucose dans le sang des souris, augmente la sensibilité à l’insuline et stimule la libération d’insuline par le pancréas. On a également constaté qu’une dose quotidienne unique pendant 28 jours (chez la souris) protège la structure des îlots de Langerhans dans le pancréas et potentialise son activité. Il a été utilisé avec succès pour inverser le diabète de type 2 chez les souris. Elle réduit l’hypoglycémie. On a constaté que l’un des constituants de la plante, le cytopiloyne, un polyacétylène, prévient le diabète de type 1 chez les souris non obèses.

Bidens pilosa est un modulateur immunitaire puissant et fiable. On a constaté qu’il modulait la différenciation des cellules T auxiliaires et prévenait le diabète auto-immun à médiation Th1 chez les souris diabétiques non obèses. Ce résultat a été attribué à un certain nombre de composés polyacétyléniques et à une fraction butanol. La fraction butanol réduit également l’inflammation des voies respiratoires médiée par les Th2 chez les souris. Les extraits d’eau chaude de la plante stimulent l’interféron-gamme

Indications par ordre de puissance selon Stephen Harrod Buhner

1) Toutes les infections systémiques qui s’accompagnent de problèmes au niveau des muqueuses dans tout le corps, en particulier la diarrhée chronique, la dysenterie, l’infection urinaire, la vaginite et l’inflammation des voies respiratoires.
2) Staphylocoque systémique
3) Paludisme, babésiose, leishmaniose
4) Tout autre microorganismes résistant contre lequel le Bidens est actif.

Usages externes :

L’usage de la plante pour le traitement des plaies et blessures se retrouve en dans nombreuses traditions : africaines, chinoise, d’Amérique centrale et d’îles du Pacifique comme Hawaï

- En Tanzanie, le jus de feuilles écrasées est utilisé pour accélérer la coagulation du sang des plaies fraîches ou appliqué sur les brûlures.

- Au Nigeria on utilise la plante comme anesthésique local : en frottant les feuilles ou la poudre ou les cendres issues des graines sur les coupures.

- En Ouganda, le jus de feuilles écrasées est utilisé pour accélérer la coagulation du sang des plaies fraîches et le jus de la plante est versé dans l’oreille pour en traiter les infections.

- Un cataplasme ou un emplâtre de feuille peut soulager des migraines et être appliqué sur les entorses, les ecchymoses et les plaies.

- Les feuilles pilées sont appliquées sur les blessures en RDC.

- Le suc extrait des feuilles sert de désinfectant.

- En Ouganda les feuilles sont écrasées et placées sur et autour des blessures.

Usages internes :

- Au Zimbabwe ; l’eau de cuisson des feuilles est parfois utilisée comme boisson médicinale pour guérir les ulcères de l’estomac et de la bouche, la diarrhée, les maux de tête.

- En Afrique du Sud, de fortes décoctions de feuilles prises en grandes quantités sont réputées utiles dans le traitement de l’arthrite.

- En Côte d’Ivoire, la plante est utilisée pour le traitement de la jaunisse et de la dysenterie.

L’herboriste Michael Moore recommande Bidens pilosa comme tonique des muqueuses qui permettrait non seulement de soulager les douleurs provoquées par des inflammations internes mais aussi de guérir également les tissus.

« Bidens peut être notre meilleure herbe pour l’hypertrophie bénigne de la prostate, diminuant généralement l’irritabilité de la membrane à la fois dans les voies urinaires et le rectum, et souvent, après quelques semaines d’utilisation, réduire sensiblement la prostate et donner un meilleur tonus conjonctif. » (Medicinal Plants of the Pacific West, p. 71.)

Selon Stephen Harrod Buhner, Bidens augmente l’efficacité des reins à excréter l’acide urique du sang, diminuant ainsi la probabilité d’une crise de goutte. Il agit également comme tonique et préventif dans les gastrites et les ulcères, la diarrhée et la colite ulcéreuse.

« Parce qu’il s’agit d’un tonique des muqueuses, astringent, puissamment anti-inflammatoire et fortement antibactérien, il est utile pour traiter de nombreuses maladies causées par des agents pathogènes résistants : infections urinaires, diarrhées et dysenteries chroniques, gastrites et ulcères (partout dans le tractus gastro-intestinal) , de la bouche à l’anus), des muqueuses enflammées dans le rhume et la grippe et des infections respiratoires de toute sorte, des maux de gorge causés par la toux et des infections vaginales. » (Stephen Harrod Buhner, Herbal Antibiotics, Natural Alternatives for treating drug-resistant bacteria, p.137)

La plante a également d’importante propriétés hypoglycémiantes qui peuvent être intéressantes pour le traitement du diabète. Mais cette utilisation ne doit se faire sans suivi médical car seul ou en association avec d’autres médicaments, son surdosage peut entraîner une forte hypoglycémie.

Résumé des usages en médecine familial

Indications :

Usages externes

- Soin des atteintes cutanées : blessures, coupures, plaies, brûlures, ulcères
- Soulagement des entorses, douleurs articulaires

Usages internes

- Ulcères de l’estomac et de la bouche, diarrhée, maux de tête
- Inflammations des muqueuses internes
- Infections urinaires et intestinales
- Infections nosocomiales

Usages nécessitant un suivi médical

- Hypertension
- Diabète

Conseils d’utilisation et préparation

Bidens pilosa est la principale espèce utilisée en médecine, mais il semble qu’un certain nombre d’autres espèces du genre Bidens peuvent presque certainement être utilisées de la même manière :

Parties utilisées

En médecine traditionnelle, la plante est souvent utilisée fraîche. Habituellement on utilise les parties aériennes, mais la plante entière est active, et dans certains cas les racines semblent être un peu plus fortes en tant que médicament. Les feuilles fraîches sont souvent utilisées et un certain nombre d’études montrent que les feuilles fraîches et le jus de la plante sont les plus antimicrobiens. Le séchage de la plante réduit considérablement son action antimicrobienne.
Les usages les plus fréquents sont les suivant :

- Application de feuilles fraîche pilées, jus de feuilles, cataplasme ou emplâtre de feuilles,
- Macérât, infusion ou décoctions
Moins répandu, l’usage de la teinture alcoolique mérite d’être promu en raison de son efficacité.

Préparation et dosage

Les composants antibactériens les plus puissants de Bidens pilosa sont considérablement plus solubles dans l’alcool que dans l’eau. Les préparations antibiotiques les plus puissantes à base de Bidens pilosa sont en conséquence les teintures alcooliques.

Le jus de feuilles fraîches est la deuxième forme de préparation en puissance.

Les infusions ont une puissance assez variable. Les utilisations traditionnelles de la plante comme « thé » en Afrique et ailleurs montrent qu’elles ne sont pas dépourvues d’effets, mais ne seront pas aussi efficaces qu’une macération alcoolique / ou une macération de feuilles fraîche dans de l’eau froide. En effet, certains des composants les plus puissants de la plante s’oxydent facilement et commencent à se dégrader dès que la plante est séchée, et la chaleur les détruit également.

Il faut s’attendre à une réduction d’environ deux tiers de l’activité antimicrobienne si la plante n’est pas préparée à l’état frais.

Plus la plante séchée est vieille, moins elle sera puissante dans l’eau ou l’alcool.
Plus la matière végétale séchée est fraîche, mieux c’est.

Les infusions perdent leur puissance assez rapidement ; elles doivent préparée juste avant leur utilisation ou quotidiennement.

La rapidité de dégradation des produits chimiques de la plante explique en partie pourquoi tant de cultures qui ne fabriquent normalement pas de teintures alcoolisées ont recours au jus des feuilles de cette plante, à l’intérieur et à l’extérieur, pour soigner les maladies.

Les extraits aqueux de la plante (thés, infusions, décoctions), surtout s’ils sont séchés, possèdent environ la moitié de l’activité antibactérienne d’une teinture d’alcool (selon l’âge des extraits), mais ils possèdent la plupart ou la totalité des autres actions précédemment citées (anti-inflammatoire, anti-allergique, immunomodulatrice, etc.), en particulier les actions anti-inflammatoires et antipyrétiques), en particulier les actions anti-inflammatoires et antipyrétiques.

Une teinture est la forme la plus forte de l’herbe en tant que médicament. L’utilisation de la pipérine en tant que synergiste augmentera considérablement la puissance de la plante.

Préparation d’une teinture antimicrobienne à large spectre

La plupart des composés bioactifs de la plante étant solubles dans l’alcool, la teinture alcoolique de feuilles fraîches, cueillies avant que la plante ne produise des graines, permet la réalisation de remèdes pouvant être conservés.

1. Préparation de base :

Plante fraîche, 1 :2, alcool à 95 %, 45-90 gouttes dans l’eau, jusqu’à quatre fois par jour.
Si on ne dispose que de la plante séchée, le ratio est de 1 :5, 50 pour cent d’alcool, presque le triple de la dose avec la plante fraîche.
2. Préparation « boostée » :

Additionnée de poivre et de gingembre la teinture démultiplie le potentiel des composés de Bidens pilosa par effet synergique. Cette recette permet de réaliser, sans doute la meilleure préparation médicinale antimicrobienne à large spectre qui à partir de cette plante.

Dans cas, la teinture doit être préparée avec des feuilles fraîches. La plante entière étant active active, il est possible d’utiliser, les feuilles, la tige et les racines ainsi que les fleurs et graines, mais comme mentionné supra, il vaut mieux récoltée Bidens pilosa avant sa floraison

La recette proposée contient du poivre et du gingembre pour aider à augmenter l’efficacité de Bidens dans le traitement des maladies résistantes aux antibiotiques. Le poivre a une action synergique avec les principes actifs de Bidens. Le gingembre est également un catalyseur de la préparation en augmentant la circulation et en déplacement des composés végétaux dans tout le corps.

Ingrédients :

- 4 tasses de Bidens pilosa fraîchement cueillie
- 6 c. de poivre, fraîchement moulu (s’abstenir si le patient a la diarrhée)
- 2, 5 cm de gingembre frais, pelé et râpé grossièrement
- Alcool fort de type vodka ou whisky pour remplir le bocal rempli de plante comprimé.

Préparation :

Placer les feuilles, le poivre et le gingembre dans un pot à large ouverture. Remplissez avec de la vodka ou du whisky avec la plus haute teneur en alcool que vous pouvez trouver.

Note : Les herbes séchées et les épices perdent leur efficacité au fil du temps. Si votre poivre est vieux, mieux vaut achetez des baies de poivre entières fraîches et les moudre.

Laisser macérer pendant 6 à 8 semaines en secouant le pot aussi souvent que vous y pensez. Filtrer et conserver dans des bouteilles de verre colorées fermées hermétiquement dans un endroit frais et sec. La teinture devrait durer plusieurs années.

Dose :

45 à 90 gouttes dans de l’eau jusqu’à 4 fois par jour.

Teinture alcoolique de Bidens pilosa

Extraction à l’eau

Jus frais :

Vous pouvez passer les feuilles dans un blender pour obtenir une quantité décente de jus frais. Mais sachez qu’elles ont des fibres qui entraveront la centrifugeuse et que vous devrez la nettoyer souvent.

Le jus peut être utilisé pour les blessures infectées, pour les infections oculaires, ou en interne pour les infections systémiques.
Il est possible de stabiliser le jus en y ajoutant 20 % d’alcool pour qu’il se conserve.

Il peut ensuite être pris par voie interne, comme la teinture, mais il sera plus puissant dans ses actions. Les dosages sont similaires à ceux indiqués pour la teinture.

Bien que possible, l’extraction à l’eau pour une utilisation médicinale n’est pas le mode d’extraction le plus recommandé.

Infusion :

1 cuillère à café de parties aériennes dans 25 cl d’eau chaude ; laisser infuser 15 minutes. Boire 2 à 4 tasses par jour.

Décoction :

La chaleur dégradant la plante, cette forme n’est pas la plus efficace. Elle peut toutefois être utilisée en externe. Pour cela, on fera bouillir 1 cuillère à café de parties aériennes dans 25 cl d’eau pendant 20 minutes. Filtrer, laisser refroidir et utiliser sur les inflammations de la peau. Pour un usage interne, faites bouillir 2 à 4 onces d’herbe dans 1 litre d’eau pendant 20 minutes, puis filtrez. Boire à la tasse 2 à 4 fois par jour.

Infusion froide : Faites tremper 2 à 4 onces d’herbes dans 1 litre d’eau froide pendant la nuit. Boire à la tasse 2 à 4 fois par jour.

Effets secondaires et contre-indications
Aucun effet secondaire n’a été signalé dans la littérature scientifique. L’usage médicinal au doses mentionnée semble donc sûr et sécure.
Précautions d’emploi :

Du fait même de l’efficacité de ses composés bioactifs, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation thérapeutique de Bidens pilosa contre le diabète, l’hypertension, les saignements, les allergies et les maladies cardiovasculaires.

Elle ne doit pas être prise en interne aux personnes souffrant d’hypotension ou d’hypoglycémie.

Concernant l’usage alimentaire de la plante. L’utilisation alimentaire de Bidens pilosa comme plante alimentaire semble parfait pour un usage occasionnel mais pas pour une consommation régulière. En effet, sachant que les feuilles de Bidens pilosa présentent sur leur pourtour de nombreux micro-poils très riches en silice, et que certaines recherches ont établi une corrélation entre silice et cancer de l’œsophage chez certains animaux domestiques (vaches) et chez l’homme il vaut mieux faire preuve de prudence quant à la fréquence de la consommation comme légume de Bidens pilosa »

Remarque importante : Bidens pilosa est une plante phytoremédiatrice puissante utilisable pour décontaminer les sols contenant des déchets toxiques. Elle a en effet la capacité d’extraire du sol le cadmium, l’arsenic et sans doute les métaux lourds en général. En conséquence, Bidens pilosa ne doit pas être récoltée sur des sites où il y a eu une contamination aux métaux lourds.

Interactions herbes/médicaments

Aucune n’a été notée, bien qu’une étude montre qu’elle potentialise la tétracycline. Il faut être prudent lors de l’utilisation de la plante avec des personnes prenant des médicaments pour le diabète, car elle modifiera les niveaux de glucose et d’insuline dans le sang.

Culture et récolte et conservation

Bidens pilosa pousse sans difficulté du niveau de la mer jusqu’à 3 600 m d’altitude dans une plage de température de 25°à 30°C pendant la saison de croissance. Les limites de sa température de croissance se situent en deçà de 15° et au-delà de 45°C.

La plantes se multiplie facilement à partir de graines. Ses graines peuvent encore être viables après 3 ans. La plante pousse très rapidement, fleurissant aussi peu que 6 semaines après sa sortie du sol. Les premières graines arrivent à maturité 4 semaines seulement après la floraison. Chaque plante produit un minimum de trois mille graines par an et, sous certains climats, elle se reproduit quatre fois avant de dépérir. La graine germe mieux si elle est enfouie à environ 4 cm dans le sol ; au-delà de 6 cm, elle ne germera pas du tout. Le trempage des graines dans l’eau avant la plantation augmente le taux de germination et le nombre de graines. Les graines peuvent être semées à la volée ou en ligne.

La plante qui est une annuelle peut être récoltée dans les 4 à 6 semaines suivant son émergence ; on considère généralement qu’elle peut être récoltée jusqu’à ce qu’elle produise des graines, à moins, bien sûr, de souhaiter fabriquer des médicaments à partir des graines. Plus les feuilles sont âgées, plus elles sont amères et astringentes. On ne la récoltera tardivement que si on souhaite utilisez la plante pour son astringence. Si on souhaite cuisiner et la consommer la plante, on la cueillera tôt dans son cycle de croissance.

Si vous le cultivez comme plante médicinale, enlevez les fleurs pour retarder sa maturation et stimuler la croissance des feuilles. Les feuilles peuvent être récoltées tout au long de l’année, à condition de ne pas laisser les plantes monter en graines trop tôt. Si les plantes sont étêtées, on peut obtenir obtenir jusqu’à six récoltes par an, selon le climat.

Il semble qu’il vaut mieux dédier un espace à la culture de Bidens pilosa et éviter de l’associer à d’autre plantes car la plante a des propriétés allélopathiques, et empêcherait ou freinerait la croissance de ses voisines

Si l’on souhaite sécher Bidens pilosa, on le fera à l’abri du soleil. Il faut en cueillir beaucoup, car un grand sac de la plante fraîche donnera seulement une poignée de poudre séchée. Comme la plante peut s’oxyder, il faut la conserver dans des sacs en papier ; si elle est bien séchée, on peut la conserver dans un bac en plastique à l’abri du soleil. Remplacez-la tous les ans ou tous les deux ans, selon la façon dont vous la conservez. Mais l’idéal est de l’utiliser frais.

De nombreuses recherches ont montré que les feuilles de la plante, si elles sont utilisées fraîches ou teintées, possèdent une activité antimicrobienne nettement plus forte que si elles sont séchées. La capacité de la plante à inhiber les parasites du paludisme passe de 90 % dans la teinture de feuilles fraîches à 38 % dans la teinture séchée (études in vivo). Si vous utilisez la plante comme antimicrobien pour les agents pathogènes résistants, récoltez les feuilles avant la floraison et faites-en une teinture fraîche.

Sa facilité de culture et son important potentiel médicinal en font une plante essentielle à connaître, à cultiver et à utiliser pour le traitement des agents pathogènes résistants.

Références principales

- Prota Fr.

- Prota En -

- Useful Tropical Plants

Arlene P. Bartolome, Irene M. Villaseñor, and Wen-Chin Yang
- « Bidens pilosa L.(Asteraceae) : botanical properties, traditional uses, phytochemistry, and pharmacology »
Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Volume 2013, Article ID 340215

Xuan, T.D., Khanh, T.D. Chemistry and pharmacology of Bidens pilosa : an overview.
- « Chemistry and pharmacology of Bidens pilosa : an overview »
Journal of Pharmaceutical Investigation, 46, 91–132 (2016).

Khemraj Bairwa, Rajeev Kumar, Ram Jee Sharma, Ram Kumar Roy
- « An updated review on Bidens pilosa L. »
Der Pharma Chemica, 2010, 2(3) : 325-337

Wen-Chin Yang
- « Botanical, pharmacological, phytochemical, and toxicological aspects of the antidiabetic plant Bidens pilosa L. »
Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Volume 2014, Article ID 698617, 14 pages

Arlene P. Bartolome, Irene M. Villaseñor, and Wen-Chin Yang :
« Bidens pilosa L. (Asteraceae) : Botanical Properties, Traditional Uses, Phytochemistry, and Pharmacology », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Volume 2013, Article ID 340215, 51 pages, Hindawi Publishing Corporation

Borges, C.C., Matos, T. F., Moreira, J., ossato, A.E., Zanette, V. C., Aamarlal, P. A.
Bidens pilosa L. (Asteraceae) : traditional use in a community of southern Brazil, Rev. Bras. Pl. Med., Botucatu, v.15, n.1, p.34-40, 2013.

Garima Singh & al.
« Pharmacological potential of Bidens pilosa L. and determination of bioactive compounds using UHPLC-QqQLIT-MS/MS and GC/MS »

Joseph Obiezu Chukwujekwu Ezeonwumelu & al.
« Analgesic Appraisal of Bidens pilosa (Asteraceae) Leaf Extracts Used in Management of Oral Lesion Pain in HIV/AIDS Patients in Rodents »
Pharmacology & Pharmacy, 2018, 9, 175-192

Bun-Yueh La & al
« Bidens pilosa Formulation Improves Blood Homeostasis and 𝛽-Cell Function in Men : A Pilot Study »
Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine Volume 2015, Article ID 832314, 5 pages

F. Q. Oliveira, V. Andrade-Neto, A. U. Krettli, and M. G. L. Brandão,
« New evidences of antimalarial activity of Bidens pilosa roots extract correlated with polyacetylene and flavonoids »
Journal of Ethnopharmacology, vol. 93, no. 1, pp. 39–42, 2004

S. C. Chien, P. H. Young, Y. J. Hsu et al., « Anti-diabetic properties of three common Bidens pilosa variants in Taiwan »,
Phytochemistry, vol. 70, no. 10, pp. 1246–1254, 2009. 

Bhupendra Koul, Khyati Adlakha
« Bioremediation of radionuclides by plant-microbe system : current progress and challenges »
in Microbe Mediated Remediation of Environmental Contaminants, 2021

Jean P. Dzoyem & al
« Biochemical Parameters in Toxicological Studies in Africa »
in Toxicological Survey of African Medicinal Plants, 2014

Germain S. Taïwe, Victor Kuete
« Neurotoxicity and Neuroprotective Effects of African Medicinal Plants »
in Toxicological Survey of African Medicinal Plants, 2014

Annexe

Références du tableau des usages traditionnels

1 . C. Lans, « Comparison of plants used for skin and stomach problems in Trinidad and Tobago with Asian ethnomedicine »,” Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, vol. 3, article 3, 2007. View at Publisher · View at Google Scholar · View at Scopus

2. Subhuti Dharmananda, « Bidens : A Popular Remedy Escapes Notice of Western Practitioners »,” 2013,

3. M. Ayyanar and S. Ignacimuthu, « Traditional knowledge of Kani tribals in Kouthalai of Tirunelveli hills, Tamil Nadu, India », Journal of Ethnopharmacology, vol. 102, no. 2, pp. 246–255, 2005. View at Publisher · View at Google Scholar · View at Scopus

4. J. H. Cano and G. Volpato, « Herbal mixtures in the traditional medicine of Eastern Cuba », Journal of Ethnopharmacology, vol. 90, no. 2-3, pp. 293–316, 2004. View at Publisher · View at Google Scholar · View at Scopus

5. P. Geissberger and U. Sequin, « Constituents of Bidens pilosa L. : do the components found so far explain the use of this plant in traditional medicine ? » Acta Tropica, vol. 48, no. 4, pp. 251–261, 1991. View at Publisher · View at Google Scholar · View at Scopus

6. E. Noumi, F. Houngue, and D. Lontsi, « Traditional medicines in primary health care : plants used for the treatment of hypertension in Bafia, Cameroon », Fitoterapia, vol. 70, no. 2, pp. 134–139, 1999

6. J. Namukobe, J. M. Kasenene, B. T. Kiremire et al., « Traditional plants used for medicinal purposes by local communities around the Northern sector of Kibale National Park, Uganda », Journal of Ethnopharmacology, vol. 136, no. 1, pp. 236–245, 2011.

Mis en ligne par La vie re-belle
 17/09/2019
 https://lavierebelle.org/bidens-pilosa-inyabarasanya

 Documents

 bidens_pilosa_as_wild_food.pdf
PDF 
 traditional_knowledge_of_kani_tribals_in_kouthalai_of_ti (...)
PDF 
 herbal_mixtures_in_the_traditional_medicine_of_eastern_c (...)
PDF 
 do-the-components-found-so-far-explain-the-use-of-bidens (...)
PDF 

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 78

IMG: Zehneria scabra ou Melothria minutiflora - Umushishiro Nom botanique officiel : Zehneria scabra (L.f.) Sond.Synonyme : Melothria minutiflora Melothria scabra, Melothria punctata, Pilogyne minutiflora, (...)
IMG: Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessures Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessuresNoms botanique : Aspilia africana (Pers.) C.D.AdamsSynonyme : Aspilia latifolia Oliv. & (...)
IMG: Morus sp. - Iborore, Mûrier, Mulberry Le genre Morus comprend un grand nombre d’espèces et de variétés d’arbres. Le mûrier noir (Morus nigra L.) est une espèce d’arbres fruitiers originaire d’Asie (...)
IMG: Asparagus africanus Noms vernaculaires : Kinyarwanda : Umushabishabi Kirundi : Umusabe, Umunsabe (« qui se répand ») ; Imburabano Langues du Kivu : Kashasha, Hinyamigenge (...)
IMG: Aframomum angustifolium - Igitunguru Aframomum angustifoliumNom botanique : Aframomum angustifolium (Sonn.) K.Schum.Synonymes : Aframomum baumannii K. Schum. ; Aframomum hanburyi K. (...)
IMG: Achyranthes aspera - Umuhurura - Umuhurura ou Nyiragahurura : « celle qui vient au secours » Achyranthes aspera - UmuhururaSynonymes : Achyranthes annua Dinter, Achyranthes aspera L. var. sicula, Achyranthes indica (L.) Mill., Achyranthes (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021