Coccinia grandis - Courge écarlate, Tindola

Coccinia grandis (L.) Voigt (Cucurbitaceae)

Synonymes

Noms vernaculaires

- Langues du Kivu : Mulole
- Swahili : Mboga mwitu
- Français : Courge écarlate, Tindola
- English : Ivy gourd, Scarlet gourd
- Hindi : Kunduru ;
- Nom ayurvédique : Bimbi

Type : Plante vivace grimpante à porte-greffe tubéreux pouvant grimper jusqu’à 20 m.

Biotope

Coccinia grandis est essentiellement présent dans les régions semi-arides, le plus fréquemment sur des sols sablonneux mais aussi sur des sols très différents dans les forêts sèches ou la savane arborée, essentiellement dans les régions côtières, mais on rencontre la plante jusqu’à 2350 m d’altitude. Coccinia grandis est également présent parmi la végétation secondaire dans les hautes terres.

Répartition

Principaux usages :

Alimentation : Les fruits mûrs et rouges des cultivars à saveur douce peuvent se consommer crus ; ils sont riches en vitamines A, B1, B2 et C, et en calcium. On peut les préparer en ragoût. Un plat à base de Courge écarlate est connu en Afrique de l’Est sous le nom de “tindori”. En Inde et en Ethiopie, les fruits immatures servent à faire des soupes et des currys.
Les cultivars à fruits amers sont surtout utilisés pour leurs feuilles et leurs pousses. Celles-ci sont particulièrement prisées en Thaïlande où on les consomme frites ou cuites à l’eau. Les Mursis d’Ethiopie consomment aussi les feuilles en légume. Les graines sont mastiquées en Ethiopie et au Kenya, mais jetées en Afrique de l’Ouest et en Ouganda.

Fourrage : Les chèvres, les moutons, les bovins, les ânes et les chameaux mangent la plante.

Préparations et usages médicinaux

Coccinia grandis est largement utilisé en médecine traditionnelle. Dans certains villages indien le tindola est cultivé pour ses vertus médicinales. La plante est indiquée pour le traitement de la lèpre, de la jaunisse, de l’asthme, de la bronchite, des éruptions cutanées, des brûlures, des lésions de la langue, des maux d’oreille, des indigestions, des infections oculaires, des nausées, des piqûres d’insectes et des états fébriles. Les racines ont la réputation de guérir les maladies liées aux problèmes du système endocrinien, comme le diabète sucré ; au Niger, on s’en sert pour traiter les troubles intestinaux. Cette plante est également réputée guérir l’inflammation des bronches, les mucoses respiratoires et les affections de la peau.
Des études phytochimiques révèlent la présence de phénols, de tanins, de saponines, de terpénoïdes, de flavonoïdes, d’arabinose, de xylose, de mannose, de galactose, de glucose et de rhamnose.
Des études sur l’extrait de plante montrent que l’extrait de feuille en particulier possède des activités antihyperglycémiques, inhibitrices de la xanthine oxydase, analgésiques, anti-inflammatoires et antipyrétiques, antioxydantes, antihyperlipidémiques, antimicrobiennes, anti-hépatotoxiques et anti-insecticides. L’activité de la plante contre le diabète a été largement étudiée. Les études actuelles sur son activité antioxydante révèlent son potentiel dans le traitement du cancer. L’extrait de feuilles de la plante présente également une activité chimioprotectrice significative contre la cyclophosphamide, couramment utilisée dans le traitement du cancer et des maladies auto-immunes.

Croissance et développement

Les boutures commencent à former de nouvelles feuilles et de nouvelles pousses au bout d’un mois environ. Des drageons apparaissent au bout d’un mois encore, et au bout d’un autre mois, la plante commence à fleurir et à fructifier. Les plantes de tindola fleurissent abondamment et produisent de nombreux fruits. Les fleurs ne se développent que sur les rameaux et jamais sur la tige principale. On peut récolter les jeunes fruits environ une semaine après la floraison. Il s’écoule jusqu’à 5 mois entre la plantation et la première récolte. Il est préférable de récolter toutes les semaines, aussi longtemps qu’il y a assez d’humidité pour que la plante produise de nouvelles feuilles et de nouvelles fleurs. On peut laisser cette culture au champ jusqu’à 10 ans ; au-delà, son rendement décline et les cultivateurs doivent la remplacer. Mais il peut être plus économique de replanter au bout de 4 ans. A l’état sauvage, les plantes peuvent atteindre 20 ans ou plus, et la tige peut s’étendre sur 30 m et avoir un diamètre de 7 cm à la base. Les tiges deviennent liégeuses avec l’âge et le rhizome ainsi que les tiges jouent le rôle de réservoir d’eau, ce qui permet à la plante de survivre pendant la saison sèche. [Source : Ressources végétales de l’Afrique tropicale]

Photographies

-  African Plants
-  Tropical Plants

Principales bases de données

-  Pharmacopées africaines
- Plant of the world online
-  Ressources végétales d’Afrique tropicale
-  Plant Resources of Tropical Africa
-  Useful Tropical Plants
-  Plants For A Future

Mis en ligne par La vie re-belle
 23/09/2020
 https://lavierebelle.org/coccinia-grandis-courge-ecarlate

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 72

IMG: Plantes du genre Sida IntroductionDans son ouvrage Herbal Antibiotics. Natural Alternatives for Treating Drug-resistant Bacteria, Stephen Harrod Buhner distingue les plantes (...)
IMG: Asparagus racemosus - Isagara Asparagus racemosusSynonymes : Asparagus dubius Decaisne, Asparagopsis javanica Kunth, A. schoberioides KunthNoms vernaculaires : Kinyarwanda : (...)
IMG: Luffa cylindrica - Icyangwe Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.Noms vernaculaires (...)
IMG: Acanthus polystachyus - Igitovu Acanthus polystachyus DelileSynonymes : Acanthus pubescens (Oliv.) Engl. Acanthus flamandii De Wild. Acanthus ugandensis C.B. Clarke Dilivaria (...)
IMG: Asystasia gangetica - Urusogo Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.
IMG: Crassocephalum vitellinum - Umusununu Crassocephalum vitellinum - Umusununu (Asteraceae)Description Crassocephalum vitellinum est une herbacée annuelle ou vivace de 30 à 150 cm de hauteur, (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021