Opuntia ficus-indica (Ikimungu, Figuier de Barbarie, Nopal)

Une plante aux potentiels culinaires, médicinal et fourrager insoupçonnés au Rwanda et en Afrique

Le cactus, Ibimungu est une plante courante en bordure de chemin au Rwanda où elle est utilisée en haie vive. C’est généralement son unique usage. Or, dans sa région d’origine et d’autres régions du monde, cette vivace succulente et épineuse qui ne nécessite aucun travail pour pousser et s’épanouir, est réputée tant pour ses vertus médicinales que pour les usages culinaires de ses fruits et de ses raquettes et comme fourrage pour le bétail. Dans un contexte de changement climatique, et de stress hydrique de la végétation, les multiples usages potentiels de ce cactus méritent d’être mieux connus.

Opuntia ficus-indica (Ikimungu, Figuier de Barbarie, Nopal)

Une plante aux potentiels culinaires, médicinal et fourrager insoupçonnés au Rwanda et en Afrique

Ibimungu
Une plante aux vertus insoupçonnées

Nom botanique et noms vernaculaires

La plante connue comme ikimungu au Rwanda, est appelée Opuntia ficus-indica par les botanistes. Dans sa région d’origine, l’Amérique Centrale et dans les pays hispanophones, elle est généralement appelée Nopal et ses fruits Tuna. Elle est appelée figuier de barbarie dans les pays francophones, et Prickly pear ou Cactus pear dans les pays anglophones.

Description

Ibimungu fait partie de la famille botanique des cactacées, populairement appelés Cactus. Cet arbuste succulent peut atteindre de 1,5 m à 3 m, voir plus, de hauteur.

Ses rameaux épineux, de 30 à 40 cm de long sur 15 à 25 cm de large et de 1,5 à 3 cm d’épaisseur sont appelées cladodes ou raquettes. Il s’agit en fait de tiges modifiées qui ont l’apparence et la fonction d’une feuille : elles sont larges, plates et photosynthétiques. Unies les unes aux autres, elles tendent à former des branches. Les cladodes de la base se lignifient pour former au-delà de la quatrième année de croissance un véritable tronc.

La plante développe, mais de manière plus discrète des feuilles que ont une forme conique et ont seulement quelques millimètres de long. Elles apparaissent sur les jeunes cladodes et sont éphémères.

Les fleurs sont de couleur jaune. Les fruits, qui vont du jaune au pourpre en passant par le rouge, contiennent des petites graines dont peut être extrait une huile.

L’appareil racinaire se concentre dans les 30 premiers centimètres du sol. Il est superficiel, mais peut en revanche être très étendu.

La reproduction s’effectue à partir des graines mais la multiplication végétative peut également être réalisée facilement à partir des branches.

La plante possèdent une propriété biologique particulière appelé métabolisme acide crassulacéen, qui est un type de photosynthèse qui permet aux plantes de fixer le carbone et d’absorber l’eau pendant la nuit. Les stomates des plantes ayant un tel métabolisme s’ouvrent uniquement la nuit, car à ce moment, la température est plus basse que durant la journée et le taux d’humidité est plus élevé. Cela provoque une faible évapotranspiration et donc de faibles pertes d’eau. Ce métabolisme est à l’origine du goût légèrement acidulé de cette plantes grasse dû à l’accumulation d’acide citrique, isocitrique et malique synthétisés la nuit et à la désacidification diurne progressive
.

Origine et diffusion

Le genre Opuntia comprend plus de 300 espèces, toutes originaires du continent américain, où elles poussent à l’état sauvage des États-Unis à la Patagonie.
Les conquistadors espagnols l’ont rapportée en Europe pour valoriser les sols improductifs du sud de l’Espagne.

Dessins de deux espèces de Nopal, Oviedo Valdés, 1535

De la péninsule ibérique, ces plantes sont passés en Italie et en Afrique du Nord. Elles se sont facilement naturalisées sur le pourtour méditerranéen et de là en Afrique subsaharienne. Sur le continent africain, Opuntia est cultivé dans les pays méditerranéens, en Ethiopie, en Afrique du Sud, et au Kenya.

Importance de la plante dans sa région d’origine

Selon les mythes précolombien, le premier nopal est né du cœur de Copil, le fils de Malinalxóchitl, mort en essayant de se venger de son oncle Huitzilopochtli qui avait laissé sa mère seule. Huitzilopochtili ayant ordonné d’enlever le cœur de Copil, et de l’enterrer sous de roches, le premier nopal apparu le lendemain, armé des épines du guerrier courageux et des fleurs du fils qui défend sa mère.

Les Aztèques et leurs descendants considèrent ce cactus comme la plante de la vie puisqu’elle ne meurt apparemment jamais, et peut donner vie à une nouvelle plante lorsqu’elle est séchée.

Chez les Aztèques, la tuna, fruit du nopal, symbolise le cœur humain, à cause de la couleur rouge qu’elle arbore communément et de sa forme.

La valeur donné à cette plante miraculeuse pourrait être liée à la période ou le nopal permit aux Aztèques de survivre durant leur longue période de nomadisme, dans les terres arides et désertiques du nord de l’actuel Mexique, avant leur sédentarisation.

La plante est devenue un symbole de nation mexicaine. Elle fait partie de l’écusson situé au centre du drapeau national, remémorant l’une des légendes aztèques de la fondation de Mexico.

Les armoiries du Mexique figurent un aigle royal dévorant un serpent posé sur un nopal enraciné à une îlot de pierre

Des fouilles archéologiques dans la localité de Tehuacan, dans l’État de Puebla, montre que le nopal est utilisé par les peuples méso-américains, depuis plus de 7000 ans.

Après leurs conquêtes, les colons espagnols voulurent limiter la consommation de nopal des populations locales. Pour eux, à cause de sa forme étrange et de ses épines, cette plante ne pouvait être qu’un instrument du diable. Il ne pouvaient concevoir qu’elle pouvait avoir des qualités nutritives et médicinales.

En revanche les conquistadors espagnols furent très intéressés par leur découverte de la possibilité de produire un « rouge parfait » à partir de la cochenille femelle du nopal, qui une fois écrasée libère un superbe pigment, à une époque où les teinturiers teinturier européens avaient ont bien du mal à trouver les colorants pour céder au goût du rouge de leurs clients et où les vêtements rouges coûtaient une fortune. C’est ainsi que des navires espagnols regagnèrent le royaume d’Espagne chargés de nopal et de cochenilles. Séville devint la plaque tournante du commerce de pigments rouge.

The manner of propagating gathering Grana or Cochineel done by an Indian in the Bifhoprick of Gaxaca in the Kindom of Mexico. Sloane, Hans, 1707-25, A Voyage to the Islands. v.2. Plate 9, foll. page xviii.

Aujourd’hui, 150.000 hectares de nopal sont cultivés au Mexique comme fourrage pour les ruminants, 10.500 comme légume, 60.000 pour les fruits, et 100 encore pour la production de colorant au travers de l’élevage de cochenilles.

Le nopal est exporté par le Mexique principalement à destination des États-Unis, sous forme de raquettes conservées avec leurs épines, car si on les retire elles s’oxydent très rapidement, sous forme déshydratée réduite en poudre, accommodé en saumure, transformé en vinaigre.

Utilisations culinaires

Toutes les parties du figuier de barbarie, à l’exception des épines, sont comestibles, racines, cladodes, fleurs et fruits.

Usages culinaires du fruit

Les fruits d’Ibimungu connus sous le nom de tuna ou de figue de barbarie, sont très appréciés au Mexique, au Chili, au nord-ouest de l’Argentine, au Pérou, en Sicile, dans le sud de l’Italie, aux Canaries, en Andalousie, au sud de Castille.

Ils se consomment, nature, frais, en sorbet, séché, en marmelade ou en confiture. On en fait également des bonbons, et un entremet traditionnel appelé queso de tuna.

La pulpe des fruits permet aussi d’élaborer des jus onctueux, des boissons fermentées naturellement pétillantes et légèrement alcoolisées comme le colonche, breuvage traditionnel déjà consommé par les Aztèques. Les Mexicains, très friands « d’eaux de fruits » les utilisent pour fabriquer de l’agua de tuna. Particulièrement rafraîchissante, cette eau est riche en vitamines et en minéraux. Après l’introduction de la plante dans le sud de l’Europe, les Siciliens utilisèrent la figue de Barbarie pour confectionner une liqueur populaire appelée ficodi. On en élabore également avec le fruit un excellent et vertueux vinaigre,

La consommation de ce fruit riche en fibres, facilite le transit intestinal en luttant contre la constipation. Sa haute teneur en vitamine C lui confère des vertus anti-oxydantes et contribue au bon renouvellement cellulaire des tissus de l’organisme.
Les fleurs aussi en contiennent une grande quantité.

Tout usage du fruit nécessite de débarrasser le fruit de ses aiguillons. Il existe plusieurs méthodes pour le faire : en les frottant avec une brosse, à sec ou dans l’eau ; le fruit peut être pelé sans contact avec les doigts en les roulant dans du papier journal.

Usage culinaire des raquettes ou cladodes

Les jeunes cladodes, sont comestibles une fois débarrassées de leurs épines. Très nutritives et énergétiques, elles sont très employées dans la cuisine traditionnelle d’Amérique centrale. Leur goût légèrement acidulée, rappelle à la fois l’oseille et l’asperge.

Les nopales s’accommodent en ragoûts et en soupes, sous forme de pickles, combinés avec des œufs brouillés et les tacos. Pour préparer le nopal, il suffit de le faire revenir, coupé en fines lamelles de 0,5 à 1 cm de large dans un peu d’huile d’olive et d’un filer de jus d’un citron. En cuisant, il devient légèrement visqueux, mais perd toute viscosité lorsqu’on poursuit légèrement la cuisson.

La préparation de la salade de nopal, considérée par les Mexicains comme un régal, est également très simple : Il suffit de faire cuire les raquettes coupés en petits rectangles, pendant une vingtaine de minutes, dans de l’eau bouillante, puis de les assaisonner selon ses préférences.

La poudre de jeunes cladodes, déshydratées à basse température, puis broyées s’incorpore très bien à diverses préparations comme des smoothies, des jus de fruits ou de légumes, des soupes et des vinaigrettes. Les mucilages et la pectine contenus dans le nopal confèrent à cette poudre des propriétés épaississantes et émulsifiantes, qui permettent d’apporter une note veloutée aux recettes.

Le livret de recettes ci-dessous montre le large éventail de possibilité d’intégration des fruits et des raquette dans l’alimentation :

Utilisations fourragères

Grâce à sa teneur élevée en eau et son contenu nutritionnel, le nopal peut être un apport fourrager essentiel pour le bétail pendant les saisons les plus sèches.

Le système racinaire de ces plantes permet également à ces plantes polyvalentes de pousser dans des zones marginales où les autres espèces fourragères échouent souvent. Comparé à de nombreuses autres cultures et fourrages courants, le cactus est facile à établir, à entretenir et à utiliser.

La plante génère une forte biomasse de fourrage vert (de 30 à 250 tonnes / ha dans les zones semi-arides) qui regorge d’éléments nutritifs essentiels, réduisant ainsi la pression intense que le bétail pourrait exercer sur les rares ressources en eau et autres espèces végétales des pâturages. Le nopal peut réduire considérablement le besoin d’autres aliments à haute teneur énergétique, tels que l’orge et le maïs - et contrairement à ces cultures, sa consommation excessive ne provoquera pas d’acidose chez les ruminants en raison de la teneur élevée en mucilage, qui favorise l’insalivation et évite graves baisses de pH.

Les plants de nopal étant fragiles, ils est préférable qu’ils ne soient pas pâturés directement par les animaux - cette pratique destructrice compromettrait la longévité de la ressource fourragère. Mieux vaut récolter les cladodes, les couper en petits morceaux et les distribuer aux bétail.

Une femme éthiopienne découpant des cladodes pour nourrir ses vaches

De petites machines manuelle, électrique ou à moteur hydraulique, conçues pour couper les cladodes de cactus rapidement et efficacement, peuvent alléger le travail fastidieux de la coupe manuelle des cladodes. L’achat en commun par plusieurs cultivateur peut faciliter l’achat de telles machines qui coûtent entre 200 et 500 US $.

Coupe à la main de cladodes en Tunisie et hachoir éthiopien à propulsion manuelle

Riche en résidus organiques,en sucre et en eau, mais pauvre en fibres et en protéines brutes, les cladodes de nopal doivent donc être mélangées à d’autres aliments: matières fibreuses comme le foin ou la paille de céréales, et de fourrage riche en protéines et matière azotées comme les légumineuses arbustives. L’inclusion de suppléments azotés (tourteau de soja, urée, feuillage Atriplex nummularia, etc.) dans les régimes contenant des cactus est actuellement l’option la plus largement adoptée.

Usage agroforestier

Les formes épineuses de cette plante en font une excellente haie vive protectrice.
Les racines de la plante permettent la stabilisation des sols. Les haies de cactus jouent un rôle majeur dans le contrôle de l’érosion, en particulier lorsqu’elles sont établies le long des courbes de niveau. La haie est un obstacle physique au ruissellement favorisant l’accumulation temporaire des eaux de ruissellement. Dans les terres arides sujettes à l’érosion éolienne, les haies de cactus sont un moyen facile, bon marché et efficace de prévention et de contrôle de l’érosion.

La plantation de nopal permet de valoriser des terres impropres à tout autre culture, de réhabiliter des pâturages dégradés, des terrains au sol peu profond, pierreux, escarpé ou sableux ou trop aride sans possibilité d’irrigation.

D’un point de vue pratique, une stratégie de plantation appropriée doit être adoptée. 1 000 à 2 000 cladodes simples ou doubles par ha, peuvent être planté avec un espacement de 5 à 7 m entre rangées et 1 à 2 m à l’intérieur des rangées. En général, aucun traitement spécial (application d’engrais, taille et traitement contre les parasites et les maladies, par exemple) n’est appliqué.

L’irrigation supplémentaire peut être appliquée pendant l’établissement - mais seulement si la première année est trop sèche. Les plantations sont exploitables après 3-4 ans et matures après 7-10 ans. Si elles sont gérées rationnellement, elles peuvent rester productives pendant plus de 50 ans.

Des études montrent que la productivité fourragère de terres très dégradées peut être multipliée par dix par la plantation de nopal ; celle de terres en bon état par cinq.

Usage purificateur

Les cladodes renferment une substance capable d’éliminer les impuretés et une très grande partie des bactéries de l’eau. Cette propriété était utilisée par les Mexicains pour purifier l’eau au XIXe siècle.

Le mucilage qui sert à la plante à stocker l’eau est facilement extractible en faisant simplement bouillir les cladodes. Cette substance qui gonfle au contact de l’eau et forme un gel est efficace comme agent floculant pour les argiles, et pour la bactérie commune Bacillus cereus responsable d’intoxication alimentaire (nausées, vomissements, diarrhées) chez les personnes au système immunitaire déprimé.

Si le mucilage de ce cactus ne garantit pas l’élimination de toutes les bactéries ni des divers polluants qui peuvent contaminer l’eau, cette technique de traitement des eaux améliore significativement la qualité des eaux de boisson et donc l’accès à l’eau potable.

Usage tinctorial

La cochenille est l’un des parasites naturels du nopal, qui si elle n’est pas strictement contrôlée, peut à la longue faire mourir certaines espèces de figuiers de Barbarie. Toutefois, les peuples précolombiens ont su tirer parti de ce nuisible et l’élever en contrôlant sa production et son développement pour le convertir en une précieuse teinture.

Elevage de cochenilles au Mexique

Les cochenilles ont joué jusqu’à une époque récente, un rôle important pour la teinture des tissus. Elles étaient également utilisées en abondance pour peindre des ustensiles, et les édifices précolombiens; le rouge, couleur de sang, de vie et symbole du soleil et de la guerre, étant la couleur la plus fréquemment utilisée.

Les Espagnols ont ramené la cochenille dactylopius coccus d’Amérique, pour teindre les tissus en rouge avant l’arrivée des colorants artificiels.

Aujourd’hui encore ce rouge parfait est utilisé en cosmétique pour la réalisation de rouge à lèvre et de fonds de teint

Par ailleurs, deux pigment du nopal, l’un jaune l’indicaxanthine, et l’autre rouge-violet la bétanine (5-O-glucose bétanidine) sont utilisés pour faire de la teinture et des colorants alimentaires naturels.

Autres usages domestiques du mucilage de nopal

- Mélangée à de l’huile le mucilage est utilisée pour faire des bougies.

- Bouilli, il est utilisée comme substance collante.

- On l’utilise pour renforcer le ciment.

- Il est ajouté au plâtre, à la chaux etc. pour qu’ils adhérent mieux aux murs .

- Il est également utilisé comme répulsif anti-moustique,

Usage purificateur

Ses cladodes renferment une substance capable d’éliminer les impuretés et une très grande partie des bactéries de l’eau. Cette propriété était utilisée par les Mexicains pour purifier l’eau au XIXe siècle.

Le mucilage des raquettes, qui sert à la plante à stocker l’eau a des propriétés floculantes. Facilement extractible en faisant simplement bouillir les tiges de figuier, cette substance qui gonfle au contact de l’eau et forme un gel s’est révélée efficace comme agent floculant pour les argiles, et pour Bacillus cereus, une bactérie commune responsable d’intoxication alimentaire (nausées, vomissements, diarrhées) chez les personnes au système immunitaire déprimé.

Si le mucilage de ce cactus ne garantit pas l’élimination de toutes les bactéries ni des divers polluants qui peuvent contaminer l’eau, cette technique de traitement des eaux améliore significativement la qualité des eaux de boisson et donc l’accès à l’eau potable. Usage médicinal

Propriétés médicinales

Le nopal était utilisé par la médecine aztèque ous forme d’onguent et de cataplasme, pour soulager les rhumatismes et les affections cutanées. Son mucilage, appliqué sur les brûlures et les plaies servait de cicatrisant. Il était également utilisé en interne pour abaisser le taux de glycémie des personnes diabétiques.

Depuis sa diffusion en Orient, il est employé par la médecine ayurvédique comme tonique et diurétique.

Les recherches récentes tendent à corroborer la plupart des savoirs et usages médicinaux traditionnels :

Riche en fibres solubles (mucilages, pectine et gommes) et non solubles (cellulose, lignanes, hémicellulose), le nopal contient également différent acides aminés (dont huit acides essentiels), des minéraux (calcium, magnésium, potassium, fer), ainsi que des enzymes et des vitamines (groupes A, B, C et K).

Source importante d’antioxydants, il contient différents composés phénoliques tels que la quercétine, mais aussi des pigments naturels de la famille des bétalaïnes comme l’indicaxanthine ou la bétacyanine.

Il s’avère ainsi un aliment particulièrement nutritif et énergétique, à même de reminéraliser l’organisme, de participer au bon fonctionnement du système immunitaire et de renforcer les défenses naturelles.

La recherche pharmacologique tend à démontrer les propriétés médicinales suivantes :

Propriétés antioxydante et anti-inflammatoire

Le Nopal contient des polyphénols, des stérols et des glycoprotéines qui sont des antioxydants et des anti-inflammatoires. Ces constituants aident à éliminer et empêcher la plaque de s’installer dans les vaisseaux sanguins, permettant ainsi d’éviter les accidents cardiovasculaires et cardiaques.

Les bétalaïnes du nopal présentent également une activité antioxydante et anti-inflammatoire significative ; elle luttent notamment contre les radicaux libres, neutralisent les toxines et protègent l’organisme contre le vieillissement cellulaire et le stress oxydatif. Elle jouent un rôle dans la protection des parois des vaisseaux sanguins et préviennent l’oxydation des globules rouges. Elles favorisent également la réduction des phénomènes inflammatoires au sein de l’organisme.

Ces molécules ont, par ailleurs, la particularité de passer la barrière hématoencéphalique, qui est un filtre très sélectif lorsque les molécules véhiculées par le sang doivent passer dans le cortex cérébral. Cette propriété leur permet de jouer un rôle dans la protection du cortex cérébral, la prévention de maladies neurodégénératives et la réduction des conséquences néfastes des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Les bétalaïnes joueraient ce rôle protecteur en agissant notamment sur l’hippocampe, lieu de production de la dopamine, une hormone qui intervient dans diverses fonctions importantes telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, la sensation de bien-être, le sommeil ou la mémorisation.

Les antioxydants et phytonutriments anti-inflammatoires présents dans le nopal aident également à réduire l’inflammation systémique et hépatique.

Propriétés hépatoprotectrices

L’effet conjugué des flavonoïdes et des bétalaïnes du nopal générerait un effet hépato protecteur.

Les flavonoïdes antioxydants du nopal aideraient à neutraliser les radicaux libres avant qu’ils n’aient le temps d’atteindre le foie. Elles aideraient également à absorber les toxines, ce qui diminue la charge du foie. En soutenant le foie, elles libèreraient cet organe pour d’autres fonctions essentielles à la bonne santé générale, en renforçant notamment le système immunitaire.

Propriétés anti-inflammatoires

La raquette de nopal et la figue de barbarie exercent une action bénéfique très intéressante sur le fonctionnement intestinal. La pulpe de la figue de barbarie apporte des fibres solubles ayant la particularité de se disperser dans l’eau et de former un gel dans l’intestin permettant une meilleure évacuation des selles. Ce gel forme une sorte de pansement sur la paroi intestinale, qui joue à la fois un effet protecteur et un effet humidifiant permettant l’évacuation.

La pulpe présente également un effet anti-inflammatoire des parois intestinales généré par l’effet « anti NOx » et « anti No synthétase », c’est-à-dire que les antioxydants présents dans cette pulpe bloquent certains médiateurs cellulaires participant à l’inflammation. 

Quant aux raquettes de nopal, elles sont également très riches en polysaccharides qui sont simplement des fibres solubles et insolubles.

De plus, elles présentent un autre avantage indéniable, elles contiennent des minéraux tels que le calcium, le potassium et le magnésium qui vont venir renforcer la protection intestinale. Ces trois minéraux favorisent les échanges ioniques lors des transferts d’aliments et d’eau entre l’intestin et le sang.

Propriétés hypoglycémiantes et et hypolipémiantes

Le Nopal contient une grande quantité de fibres qui auront pour effet d’abaisser l’index glycémique de tous les aliments avec lesquels il est mangé. Il agit en effet comme un régulateur des taux de sucre et de graisse dans le sang, en contrariant leur absorption au niveau de la sphère intestinale. Les taux élevés de niacine dans la plante aident également à réguler la glycémie

Sa faculté à diminuer l’excès de cholestérol et de triglycérides contribue à améliorer la circulation sanguine et à réguler la tension artérielle. En outre, il favorise la prévention de pathologies cardiovasculaires comme l’athérosclérose, en réduisant la formation de plaquettes graisseuses et en limitant la dégradation des vaisseaux sanguins.

Propriétés « coupe-faim »

Le mucilage des cladodes ralentit l’absorption des nutriments ingérés, ce qui aide grandement le système métabolique et procure une sensation de satiété. La consommation de nopals permet de moduler les excès caloriques car Sa teneur élevée en fibres en fait aussi un excellent coupe-faim naturel, capable de stimuler la sensation de satiété et de réduire l’appétit.

Propriétés diurétiques et anti-rétention d’eau

L’utilisation de diurétiques ou d’anti-rétention d’eau classiques favorisent la déminéralisation engendrant de vrais problèmes comme une fragilité de la structure osseuse ou, pire, le développement de l’ostéoporose.

Or, le mucilage du nopal a une propriété anti-rétention d’eau due à l’effet osmotique des bétaïnes, et un effet anti-déminéralisation grâce à sa teneur en potassium et calcium. La combinaison de ces feux propriété confère au nopal un vertu intéressante dans le cadre de régime visant à la diminution des graisse et des excédents d’eau.

En consommant du nopal dans le cadre d’un régime, l’effet anti-rétention d’eau est accompagné par un apport en minéraux permettant ainsi d’éviter tout problème de déminéralisation. Le calcium, le potassium et le magnésium contenus dans la raquette de nopal protègent de la déminéralisation en plus de renforcer la protection intestinale,

Autres propriétés médicinales

- Le nopal disposerait également de vertus galactogènes.

- Il serait un tranquillisant naturel, aurait une action sédative et serait capable de soulager l’anxiété, ainsi que les affections spasmodiques qui touchent le système nerveux.

- Les chercheurs ont également confirmé que le Nopal pouvait aussi constituer un remède intéressant contre la gueule de bois car il apaise le tractus gastro-intestinal et soulage les nausées tout en offrant une excellente réhydratation, ce qui est essentiel lors des lendemains trop arrosés.

Contre-indications du Nopal

Bien que le nopal soit généralement considéré comme sûr lorsqu’il est utilisé à court terme, il existe tout de même quelques effets secondaires possibles en cas d’intolérance. Ceux-ci se manifestent souvent sous forme nausées, diarrhées, ballonnements et maux de tête. Dans ce cas, il faut stopper les prises au plus vite et reprendre une alimentation classique.

Le nopal pouvant diminuer le taux de sucre dans le sang, il ne doit pas être consommé avec des médicaments contre le diabète et devra être évité avant toute opération chirurgicale.

Notons par ailleurs que le nopal ne constitue pas un traitement de substitution au médications pour réguler le diabète et que toute cure de nopal doit être mise en place avec l’aide d’un professionnel de santé.

Le Nopal ne doit pas être pris par les femmes enceintes et les femmes allaitant, comme bon nombre de compléments alimentaires.

Contre-indications du Nopal

L’usage médicinal du nopal est généralement considéré comme sûr lorsqu’il est utilisé à court terme.

Des effets secondaires sont possibles en cas d’intolérance. Ceux-ci se manifestent souvent sous forme nausées, diarrhées, ballonnements et maux de tête. Dans ce cas, il faut stopper les prises au plus vite et reprendre une alimentation classique.

Le nopal pouvant diminuer le taux de sucre dans le sang, il ne doit pas être associé à la prise des médicaments contre le diabète sans avis médical.

L’ingestion de nopal devra être évité avant toute opération chirurgicale.

Les professionnels de santé déconseillent aux femmes enceintes et aux femmes allaitant, la consommation de nopal.

Il est bien évidemment essentiel de ne pas utiliser le Nopal en remplacement d’un traitement médical, mais son utilisation sous forme de cure est conseillée pour les cas évoqués.

Pour aller plus loin

Présentation TEDx Nabeul : Ali Nefzaoui, "A la recherche de la résilience / Looking for resilience" - https://www.youtube.com/watch?v=iEKVe3IsO64

FAO - Crop Ecology, Cultivation and Uses Of Cactus Pear :

Pharmacological actions of Opuntia ficus indica :

Review on Anti-oxydant properties of Opuntia ficus-indica

Published online by La vie re-belle
 15/04/2019
 https://lavierebelle.org/ikimungu-un-tresor-vegetal-a-valoriser

 Documents

 recettes_a_base_de_fruits_et_de_cladodes_d_ibimungu.pdf
PDF 
 opuntia_ficus-indica_-_pharmacological_actions.pdf
PDF 
 opuntia_ficus-indica_-_fao_-_crop_ecology_cultivation_an (...)
PDF 
 opuntia_ficus-indica_-_review-on-its-antioxidants-proper (...)
PDF 

Your comments

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Articles 72

IMG: Plantes du genre Sida IntroductionDans son ouvrage Herbal Antibiotics. Natural Alternatives for Treating Drug-resistant Bacteria, Stephen Harrod Buhner distingue les plantes (...)
IMG: Asparagus racemosus - Isagara Asparagus racemosusSynonymes : Asparagus dubius Decaisne, Asparagopsis javanica Kunth, A. schoberioides KunthNoms vernaculaires : Kinyarwanda : (...)
IMG: Luffa cylindrica - Icyangwe Luffa cylindrica M. Roem. (Cucurbitaceae)Synonymes : Luffa aegyptiaca Mill. ; Momordica luffa L. ; Bryonia cheirophylla Wall.Noms vernaculaires (...)
IMG: Acanthus polystachyus - Igitovu Acanthus polystachyus DelileSynonymes : Acanthus pubescens (Oliv.) Engl. Acanthus flamandii De Wild. Acanthus ugandensis C.B. Clarke Dilivaria (...)
IMG: Asystasia gangetica - Urusogo Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.
IMG: Crassocephalum vitellinum - Umusununu Crassocephalum vitellinum - Umusununu (Asteraceae)Description Crassocephalum vitellinum est une herbacée annuelle ou vivace de 30 à 150 cm de hauteur, (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021