Les leçons de résilience d’Acacia abyssinica

L’acacia marque les paysages africains. Cet arbre qui peut être majestueux avec sa canopée étalée joue un rôle essentiel dans les écosystèmes du continent. Il est un refuge pour la faune, fertilise les sols et offre une ombre hospitalière. Sa capacité à résister à des conditions extrêmes est édifiante. Dans cet article nous exposerons les ressorts de la résilience d’Acacia abyssinica, qui sont aussi ceux d’autres d’autres espèces d’acacia.

Les leçons de résilience d’Acacia abyssinica

Diffusion de d’Acacia abyssinica

Acacia abyssinica se rencontre en Afrique, de l’Éthiopie au sud jusqu’au Mozambique et au Zimbabwe.

Noms vernaculaires :

Du fait de sa large répartition en Afrique, Acacia a beaucoup de noms vernaculaires :

- Kinyarwanda et Kirundi : Umunyinya
- Swahili : Mgunga, Munga
- Langue d’Éthiopie : Amharic : Girar – Afargna : Keselto – Agewgna : Tsatsi – Amargna : Bazra girar – Gamogna : Dhaze – Oromo : Laaftoo – Sahogna : Siba Tigrigna : Cheha, Memona – Wolaytgna : Odorwa
- Langue du Kenya : Embu : Mugaa – Samburu : Ingingiletome
- Langue d’Ouganda : Ngakarimojong : eminit
- Français : Acacia d’Abyssinie
- Anglais : Umbrella thorn, Flat-top acacia, Nyanga flat-top

Description d’Acacia abyssinica

Arbre épineux endémique de basse et moyenne altitude, à feuillage persistant ou semi-caduque Acacia développe une canopée étalée en forme de parasol.

Selon son emplacement et les conditions de son environnement, Acacia abyssinica peut développer un troc unique qui peut atteindre un grande taille ou se composer de plusieurs grandes tiges formées à de courtes distances sur le sol.

Souvent, ces tiges multiples sont le résultat du dépérissement de l’extrémité des pousses des jeunes semis en raison de conditions climatiques défavorables telle qu’une saison sèche prolongée, du broutage de l’extrémité des pousses par des animaux, de l’élimination des jeunes tiges par des humains ou des dommages causés par d’autres agents. L’élimination de l’extrémité de la pousse supprimant la dominance apicale, favorise l’initiation de nombreux taillis. Quelques-uns de ces taillis réussis se transforment en tiges, ce qui entraîne la formation d’un arbre à plusieurs tiges.

Les arbres qui poussent dans des conditions plus humides et ombragées possèdent souvent de longs troncs, et la partie supérieure de leurs tiges et de leurs grosses branches est recouverte de diverses espèces de formes de vie épiphytes, y compris des lichens et des mousses.

Les nombreuses épines sont produites à la base du pétiole des feuilles pour protéger les jeunes arbre des brouteurs. Ces épines disparaissent, notamment sur les tiges et les grosses branches au fur et à mesure que l’arbre grandit et devient hors de portée des brouteurs, à l’exception des grands animaux comme la girafe.

.

Importance d’Acacia abyssinica

Arbre à croissance rapide, Acacia abyssinica une espèce pionnière tolérante à la sécheresse très adaptée à la régénération des paysages dégradés. Comme d’autres acacias, l’espèce abyssinica pousse en saison humide et cesse de croître en saison sèche. Si la sécheresse se prolonge l’arbre se dessèche à partir de l’extrémité, mais lorsque la pluie arrive, la croissance reprend rapidement grâce à la production de nouvelles pousses.

Acacia abyssinica d’un an qui a subi un cycle de mécanisme de développement « croissance-repli ». Lorsque les conditions d’humidité étaient favorables, le semis a grandi, mais il est ensuite mort/séché jusqu’à la région du collet de la racine dans les conditions conditions de sécheresse sévères qui prévalaient. Lorsque la saison des pluies est revenue, le plant a germé au niveau du collet. germe au niveau du collet de la racine et recommence à pousser. Selon la sévérité des conditions des conditions climatiques, cette stratégie de croissance oscillatoire peut se répéter plusieurs fois avant que finalement la jeune plante ne s’établisse, accumule de la biomasse et continue à et continue de croître sans entrave.

La canopée étalée d’Acacia abyssinica en forme de parasol crée un microclimat et fournit une ombre très utile aux humains et aux animaux pendant les saisons sèches.

Pertinence d’Acacia abyssinica pour la restauration de la fertilité des sols

Legesse Negash and Berhanu Kagnew ont étudié en Ethiopir le pouvoir régénérateur d’acacia abyssinica dans un paysage dégradé d’Éthiopie pendant une période de sept ans1. Le relevé d’ indicateurs majeurs de fertilité du sol juste avant l’expérience, puis la troisième et la septième année ont montré que le phosphore disponible pour les plantes et la teneur en azote du sol étaient environ deux à trois fois plus élevés dans les parcelles avec Acacia abyssinica que dans les parcelles témoin, et que les niveaux de cations échangeables et de carbone organique du sol étaient deux fois plus élevés dans les parcelles avec Acacia abyssinica que dans les autres.

Phosphore disponible pour les plantes et azote total présents dans le sol aux années 0, 3 et 7 après le début de la restauration. Les ensembles de données à gauche des flèches pointant vers le bas proviennent du site avec Acacia abyssinica, tandis que ceux à droite des flèches proviennent du site témoin. Les 30 échantillons composite de sol analysés pour chaque ont été collectés à des profondeurs de 0-15 et 15-30 cm

Acacia abyssinica pourvoyeur de phosphore et d’azote

Le phosphore est un macro-élément nutritif essentiel bien connu pour la croissance et le développement des plantes. Il constitue et participe également à la synthèse de diverses molécules biologiquement actives, dont la monnaie d’échange énergétique de la cellule, l’Adénosine Triphosphate (ATP). Bien que la quantité de phosphore (P) dans le sol soit fonction de la roche mère du sol, elle peut être améliorée par la restauration d’arbres tels que Acacia abyssinica qui non seulement « pompent » les nutriments de la profondeur du sol vers la surface, mais attirent également la faune et l’avifaune qui contribuent au niveau de phosphore du sol par leurs excréments et aussi par leurs cadavres.

L’azote est l’un des macroéléments nutritifs essentiels à la croissance et au développement des plantes, puis à l’accomplissement de leur cycle de vie. L’azote représente environ 80 % des besoins totaux en minéraux des plantes. Il est un constituant clé de l’ADN, de la chlorophylle, des acides aminés, des protéines, des vitamines et de nombreuses autres molécules biologiquement actives.

Cependant, malgré son abondance dans l’atmosphère (78,8 %), la carence en azote du sol est probablement le défi nutritionnel le plus courant qui affecte la productivité des plantes, et donc la sécurité alimentaire mondiale. Il est clair que l’Afrique doit faire davantage pour restaurer ses paysages dégradés avec des arbres indigènes fixateurs de Diazote (N2) tels que Acacia abyssinica

La fixation biologique de l’azote est réalisée par la relation symbiotique entre les plantes légumineuses et les bactéries fixatrices d’azote, ainsi que par certaines algues bleues. En revanche, la fixation non biologique de l’azote est obtenue par l’application au sol d’engrais azotés fabriqués industriellement.

Après l’oxygène, le carbone et l’hydrogène, l’azote est l’un des éléments nutritifs essentiels les plus abondants dans les plantes. Il est un constituant clé de l’ADN (acide désoxyribonucléique), des molécules de chlorophylle, des acides aminés, des protéines, des vitamines et de nombreuses autres molécules biologiquement actives. Par conséquent, l’azote est l’un des éléments les plus critiques dont dépendent les plantes et les animaux pour accomplir leurs cycles de vie. Dans le cas d’une plante, l’achèvement d’un cycle de vie signifie avoir la capacité de :

1. de germer correctement à partir de graines ;
2. de croître et de se développer
3. de fleurir ;
4. de produire des graines viables qui recommenceront le cycle de vie.

Ainsi, une plante cultivée sur un milieu totalement dépourvu d’azote est incapable de synthétiser les molécules de chlorophylle et, par conséquent, devient chlorotique. L’état de carence-maladie d’une plante chlorotique est appelé chlorose. Une plante chlorotique (c’est-à-dire une plante dépourvue de molécules de chlorophylle) est incapable de capter et de transformer le rayonnement électromagnétique provenant du soleil. Dans une plante verte normale, l’énergie lumineuse est piégée par les molécules de chlorophylle et transformée en énergie chimique par la synthèse de composés riches en énergie tels que l’adénosine triphosphate (ATP) et le nicotinamide adénine dinucléotide phosphate réduit (NADPH).

L’ATP et le NADPH, ainsi que le dioxyde de carbone, sont utilisés pour la synthèse de diverses substances alimentaires telles que l’amidon et le glucose. Il est clair qu’en l’absence d’azote, ce processus vital de la photosynthèse ne peut avoir lieu et que la plante ne peut donc pas achever son cycle de vie. Elle mourra tout simplement.

Acacia abyssinica fixe l’azote atmosphérique et améliore la fertilité des sols en produisant de la biomasse : les racines fines mortes, débris d’écorce externe, feuilles mortes, gousses.

Acacia abyssinica fournit un habitat à diverses espèces d’oiseaux qui construisent souvent leurs nids, sur les branches tombantes de la couronne.

Les gousses immatures et les jeunes pousses des branches, surtout lorsque l’arbre est encore jeune, sont de bonnes sources de fourrage pour les animaux, mais les épines sont gênantes. Cependant, ces dernières sont bonnes pour la survie de l’espèce ;

C’est une excellente ressource nourricière pour les abeilles, en particulier pendant la saison sèche. Sa période de floraison varie d’une région à l’autre, mais s’étend généralement d’octobre à mai.

Les fleurs d’Acacia abyssinica produit des quantités suffisantes de nectar et de pollen, pour héberger des ruches.

.
A. abyssinica est une excellente source de bois de chauffage et de charbon de bois est ;
Grâce à la présence de résines dans les tissus de la tige, le bois est résistant aux attaques des insectes.

Les jeunes tiges, ainsi que les grosses branches bien formées des arbres matures peuvent être utilisées pour les poteaux et les piquets. Les branches épineuses sont utiles pour clôturer les champs de cultures, la ferme, ainsi que pour faire des enclos pour le bétail ;

Grâce à ses branches flexibles, l’arbre peut être aménagé selon la forme et la taille souhaitées ;

Propagation d’Acacia abyssinica

Acacia abyssinica se reproduit par graines. L’arbre en produit de grandes quantités. Comme l’espèce est monoïque, les graines avec des embryons à part entière sont la norme et la propagation au moyen de graines est très satisfaisante.

Récolte des semences

Étant donné que les branches sont entrelacées et épineuses, la solution la plus pratique consiste à récolter les graines dès qu’elles tombent sur le sol. Les gousses entières ou les graines assez lourdes, dispersées au début de la déhiscence des gousses tombent sur le sol près de l’arbre.

Dormance du tégument des graines chez Acacia abyssinica

Chez de nombreuses espèces d’Acacia, la germination massive est empêchée par la présence d’un tégument dur et coriace. Chez ces espèces d’arbres, l’enveloppe extérieure de la graine se durcit au fur et à mesure que la graine se développe et mûrit. L’enveloppe de la graine se recouvre de substances grasses qui empêchent la pénétration de l’eau.

Apparemment, l’évolution de ce tégument dur chez des espèces comme Acacia abyssinica est dictée par les conditions climatiques qui prévalent dans les régions où cette espèce et d’autres espèces d’Acacia sont naturellement présentes.

Grâce à des millions d’années d’évolution continue, des arbres tels qu’Acacia abyssinica ou Acacia nilotica ont développé des mécanismes efficaces par le biais de la sélection naturelle pour croître et se développer dans certaines des conditions climatiques les plus difficiles du tropique. Sans la présence d’un tégument dur et imperméable, l’embryon ne survivrait pas à la dessiccation causée par le climat typiquement sec et chaud dans lequel prospèrent des acacias comme A. abyssinica et A. nilotica.

Chez ces acacias, l’évolution de la subérine - biopolymère lipidique imperméable qui double intérieurement les parois des cellules végétales – en combinaison avec des cires dans l’enveloppe de leurs graines est un trait adaptatif utile qui empêche la perte d’eau des graines, évitant ainsi la mort des embryons. D’autre part, la présence de ce même tégument dur agit comme une barrière physique à la germination en faisant obstacle à l’imbibition et aux échanges gazeux.

La présence du tégument dur chez la plupart des acacias semble exercer un effet « tout-ou-rien » plutôt qu’un relâchement temporaire du mécanisme de contrôle de la germination des graines. Par conséquent, le tégument a une profonde influence sur la capacité de germination des graines d’acacias, notamment en ce qui concerne l’absorption d’eau (c’est-à-dire l’imbibition).

Lors du semis naturel, le tégument si imperméable peut être altérer par :

• Le passage des graines dans les intestins des animaux ;

• La prédation partielle des téguments et/ou des graines par des animaux tels que les rongeurs, les oiseaux, les chauves-souris et les insectes ;

• L’apparition de feux de forêt (pouvant entraîner une scarification du tégument et/ou une germination stimulée par la fumée) ;

• L’action localisée de champignons et de micro-organismes du sol sur le tégument des graines ;

• Les températures extrêmes, qui entraînent la contraction et l’expansion du tégument, et donc l’écaillage progressif de ce dernier (ce qui est analogue à l’exfoliation des roches).

Procédures de prétraitement des graines d’Acacia abyssinica

Lors du semis en pépinière, le problème de la dormance du tégument chez A. abyssinica peut résolu par scarification ou ramollissement du tégument.

Prétraitement à l’eau bouillante

L’exposition des graines à un choc d’eau bouillante est le moyen le plus simple et efficace pour ramollir le tégument de la graine et augmenter sa perméabilité à l’eau. Le prétraitement des graines d’acacia à l’eau bouillante est non seulement bon marché et efficace, mais il est également sûr et rapide, et ne nécessite aucune installation ou capacité technique particulière.

Comparé aux méthodes chimiques et mécaniques de scarification, le traitement des graines à l’eau bouillante est efficace, sûr et peu coûteux. Les attaques fongiques et/ou bactériennes sont minimes, principalement parce que l’enveloppe de la graine n’est pas scarifiée ; elle est seulement rendue perméable par le choc de l’eau bouillante.

Procédure

• Récolter et préparer des graines de bonne qualité, et lavez-les avec de l’eau propre ;

• Remplir un récipient à fond rond résistant à la chaleur avec suffisamment d’eau de façon à ce que les graines puissent être immergées bien en dessous du niveau de l’eau ;

• Faire d’abord bouillir l’eau sans les graines. L’utilisation d’une quantité suffisante d’eau est très importante car les graines dont le tégument a été modifié par un traitement à l’eau bouillie s’imprègnent très bien de l’eau. Il est important de se rappeler qu’une imbibition réussie de l’eau est essentielle pour la germination ;

• Dès que l’eau commence à bouillir, verser et retirer le récipient de la source de chaleur après environ une minute ;

• Réserver le récipient et son contenu et laisser les graines s’imbiber pendant environ 24 heures ;

• Après ce délai, retirer les graines gonflées de l’eau et les étaler sur des boites ou des plateaux en plastique ou des moules en argile recouverts de papier de soie ou de tout autre matériau propre ;

• Arroser les graines gonflées d’eau propre éventuellement distillée de façon à ce que seul un tiers environ de la surface totale de chaque graine soit couvert par le film d’eau ;

• Disposer les plateaux en plastique ou les moules en argile contenant les graines dans un endroit chaud (environ 28-30° C) ;

• Couvrir le système avec une feuille de plastique mince et perforée ;

• Vérifier de temps en temps si les graines ont épuisé l’eau fournie, et arrosez-les à nouveau de manière à ce que seules leurs surfaces inférieures soient recouvertes d’eau.

• Les graines germent en 5 jours et, à condition que les graines soient saines, la germination est souvent proche de 100%.

Germinations de graines d’Acacia abyssinica ayant reçu un choc d’eau bouillante. Les graines ont été versées dans de l’eau bouillante, retirées de la source de chaleur après environ une minute, et laissées imbiber pendant environ 24 heures dans la même eau. Le pourcentage de germination des graines A. abyssinica de bonne qualité est constamment élevé.

Repiquage germinatif d’Acacia abyssinica

Pour une production rapide de plantules, la procédure suivante est recommandée :

• Préparer des manchons en plastique (de préférence d’un diamètre de 12-15 cm, et d’une longueur de 20-25 cm) ;

• Remplir les manchons en plastique avec un mélange de terre fertile, de fumier animal décomposé (ou compost) et de sable, dans un rapport de 2:1:1, respectivement ;

• Disposer les pots dans une serre (si disponible) ou directement sur un lit de pépinière ombragé ;

• Sélectionner les germinations avec des radicelles bien développées ;

• Mouiller les pots avec une légère pluie d’eau ;

• Faites un trou au milieu du mélange de terre dans un pot en plastique de façon à ce que le trou soit assez profond pour accueillir toute la longueur de la radicule ;

• Couvrir/supporter la radicule avec le même mélange de substrat ;

• Répéter la procédure pour tous les pots et les germinations ;

• Arroser les germinations (qui sont maintenant dans le mélange de terre en pot) ;

• Couvrir les pots d’une fine feuille de plastique de façon à ce que la température à l’intérieur du système soit juste suffisante (c’est-à-dire d’environ 25-30° C) et que le sol soit suffisamment humide pour que les germinations se développent rapidement.

Si la température autour des germinations dépasse 33°C, ce qui peut facilement arriver dans des conditions de serre ou pendant une journée chaude et ensoleillée, la feuille de plastique peut être perforée au hasard, soulevée et soutenue par des morceaux de bois à environ 25-30 cm de la surface des pots pour que l’air puisse entrer et circuler, refroidissant ainsi le système couvert].

• Sélectionner et séparer les jeunes plants qui ont pleinement développé leurs deux premières feuilles (= cotylédons), gardez-les à l’extérieur de la feuille de plastique et soignez-les en leur fournissant régulièrement suffisamment d’eau ;

• Répéter le processus jusqu’à ce que votre pépinière soit remplie de plants de bonne qualité.

Le défi le plus important rencontré en relation avec la croissance et le développement des plantules d’A. abyssinica en pépinière est celui associé au développement rapide de leurs racines pivotantes, qui pénètrent rapidement dans le sol.

Dans la mesure du possible, la taille des racines doit être évitée (par exemple, en utilisant de grands pots en plastique pour la culture des semis). Mais si la taille est indispensable, tailler les semis avant qu’ils n’envoient leurs racines pivotantes dans le lit de la pépinière.

Les semis de cette espèce sont sensibles à la taille tardive des racines et un grand nombre d’entre eux peuvent mourir à cause de cette opération.

Avec une bonne gestion de la serre et/ou de la pépinière, les plantules d’Acacia abyssinica peuvent être prêtes à être plantées sur le terrain en 4-6 mois.

L’établissement des semis en plein champ est mieux réalisé pendant la saison des pluies, lorsque la mortalité due au choc de la transplantation est minimale. Les semis forts et grands ont de meilleures chances de survie. Ils poussent également très vite, à condition d’être arrosés pendant la saison sèche. Maintenir les semis dans des pots en plastique relativement grands (par exemple, diamètre 20 cm, longueur 30 cm) améliore la vigueur des semis, ce qui a un impact positif sur la capacité des semis à s’établir dans le champ.

Semis direct des graines d’Acacia abyssinica

Si l’on souhaite un semis direct dans un sol en pot ou dans un champ bien préparé, la procédure suivante est recommandée :

• Rendre le tégument des graines perméable à l’eau en utilisant l’une des procédures de prétraitement décrites ci-dessus ;

• Laisser les graines s’imbiber pendant 24 heures ; et,

• Planter les graines imbibées directement dans le sol en pot ou dans un champ dont les rangs sont bien préparés.

Il est également possible de propager l’arbre en plantant directement les graines sans aucun prétraitement, pendant la saison des pluies. Cependant, on ne peut jamais être sûr d’obtenir une germination rapide, uniforme et satisfaisante en semant des graines dont la perméabilité du tégument n’a pas été modifiée.

Semis de neuf mois d’Acacia abyssinica maintenus dans des sacs en plastique de 20 x 30 cm. Les semis forts et grands comme ceux-ci ont de meilleures chances de survie dans les paysages dégradés ; ils poussent également très vite, à condition d’être binés, paillés, arrosés et protégés.
Mis en ligne par La vie re-belle
 8/01/2023
 https://lavierebelle.org/les-lecons-de-resilience-d-acacia

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 82

IMG: Albizia gummifera : bel arbre mellifère Noms vernaculaires Kinyarwanda : Umusebeya Kirundi : Umusebeyi, Igihoza, Ikivusa Langue du Kivu : Hikungushebeye (Mashi) Kiswahili : Mchapia tumbili, (...)
IMG: Bénéfices du Vétiver : étonnante plante primitive multifonctionnelle Plante qui ne produit pas de graines, le vétiver s’est répandu dans les zones tropicales de la planète grâce aux hommes et femmes qui l’ont fait voyager et (...)
IMG: Pachyrhizus erosus : une liane tubéreuse prometteuse Pachyrhizus erosus, dont le nom le plus commun est Jicama est une l’une des plantes que les colons espagnols ont diffusé hors de leur aire d’origine origine (...)
Arbre à croissance rapide le papayer, fructifie au bout d’une année. Ses fruits mûrs, sont réputés pour leur vertus nutritionnelles. Mais on ignore souvent (...)
IMG: Zehneria scabra ou Melothria minutiflora - Umushishiro Nom botanique officiel : Zehneria scabra (L.f.) Sond.Synonyme : Melothria minutiflora Melothria scabra, Melothria punctata, Pilogyne minutiflora, (...)
IMG: Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessures Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessuresNoms botanique : Aspilia africana (Pers.) C.D.AdamsSynonyme : Aspilia latifolia Oliv. & (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2023