Mille et une utilisations de la bouse de vache

Le rôle des bouse de vache comme fertilisant est un fait d’observation commune. Mais ce n’est là qu’une des multiples utilisation possible de cette matière.

Nous passons ici en revue les usages historiques et potentiels de la bouse de vache.

Mille et une utilisations de la bouse de vache

L’Inde est sans doute le pays où les usages de la bouse sont les plus diversifiés. Les modalités de collecte, de stockage et d’usage de cette matière sont décrites dans le Rig Veda, le document le plus antique de l’humanité.

En Inde, les activités concernant la bouse sont considérées comme féminines. Dans les villages, les femmes pétrissent à deux mains un mélange de bouse et de paille et confectionne des galettes aplaties ou qui sont exposées au soleil pour sécher.

Séchage mural des galettes de bouses

Une fois séchée, ces galettes sont stockées soit dans un recoin de la maison, soit à l’extérieur où des tas de galettes sont empilées pour former des buttes de formes et de tailles variables selon les régions. Ces édifices appelés « bitora » permettent de stocker, pour plusieurs années, un maximum de bouses séchées.

Bitoras

Les bitoras sont construits à proximité des habitations. Tout d’abord, les parois extérieures sont édifiées. Les galettes de bouse bien séchées sont entassées sans laisser d’interstices dans l’espace intérieur. Pour terminer, les surfaces externes du bitora, enduites d’un mélange de bouse fraîche et de paille, sont décorées de motifs traditionnels et symboliques. Durant la saison des pluies, le bitora est recouvert d’un toit végétal.

<doc4127|center

Une fois entreposés, les galettes sont prêtes à être utilisés de mille et une façons :

Usages agricoles

Fertilisant :

Dans le passé, l’utilisation de la bouse était le facteur le plus important du maintien de la fertilité des sols. Dans certaines régions de l’Inde, comme dans le Rajasthan où les terres sont peu fertiles, la bouse ne pouvait être vendue hors du village. Permettre l’exportation du fumier équivalait à sacrifier la fortune, la prospérité du village.

Aujourd’hui, la moitié des 800 millions de tonnes de bouses produites en Inde chaque année sont utilisées comme engrais.

La plupart des préparations fertilisantes liquides confectionnées en Inde sont à base de bouse et d’urine de vache (cf. article « Préparations dynamisantes, fertilisantes et protectrices utilisées en agriculture naturelle en Inde. »)

Protection des semences

Avant les semailles, les semences sont enduites de bouse. Ainsi préparées, les oiseaux se restreignent à picorer ces graines peu appétissante.
La bouse de vache est par ailleurs un fongicide particulièrement effectif contre les champignons qui attaquent les semences.

Stockage des récoltes

Partout en Inde, le grain est stocké dans des réceptacles enduits de bouse de vache pour éloigner les rats.

Au Bengale, le riz est conservé dans des paniers en bambou dont les parois intérieures sont recouvertes d’un mélange d’argile et de bouse de vache. Une fois rempli de riz, le panier est fermé, scellé avec une couche épaisse de bouse pétrie avec un peu de paille. Le grain est ainsi protégé non seulement des attaques d’insectes et des rats mais aussi de l’humidité.

Dans l’Assam et le Tripura ou la noix d’arec est cultivée extensivement, les noix récoltées sont conservées dans une fosse d’une profondeur de 4m et d’un diamètre de 3m enduite et scellée avec une couche épaisse de bouse de vache. Six mois plus tard quand la cavité est ouverte, les noix sont intactes.

On retrouve des grenier enduits de mélange d’argile et de bouse en Afrique.

Greniers enduits d’argile et de bouse

Cicatrisation des arbres coupés

La bouse de vache est un des ingrédients principaux entrant dans le traitement des plantes selon le Vrikshayurveda ou Science des plantes. Par exemple, les branches coupées ou taillées sont traitées avec une pâte à base de bouse de vache. Les coupures et blessures de l’arbre sont particulièrement vulnérables aux infestations de pathogènes (pestes et parasites…). Couvrir ces endroits délicats avec de la bouse permet de hâter la cicatrisation.

Autres usages

Combustible

Un traditionnel commun de la bouse est celui de combustible. Tout récemment encore, en Europe, des briquettes faites de tourbe, de bouse et de paille constituaient un combustible important. Au début du XXe siècle ces briquettes ont même alimenté des locomotives à vapeur.

Tandoor utilisant de la bouse séchée comme combustible

Biogaz

Le processus général de fabrication d’un digesteur anaérobie pour la bouse de vache consiste à placer de la bouse et de l’eau dans un récipient hermétique, qui doit être maintenu chaud et non perturbé pour que les bactéries puissent faire leur travail. Le gaz qui est produit est retiré par un tube et stocké. Une fois le biogaz formé, il peut être mis en réaction avec l’oxygène pour produire de l’énergie. Le gaz peut être utilisé pour cuire les aliments, chauffer l’eau et remplacer le carburant classique dans les véhicules à moteur. En outre, l’énergie contenue dans le biogaz peut être utilisée pour produire de l’électricité.

Le biogaz, un mélange de différents gaz produits par la fermentation anaérobie de la matière organique par des bactéries méthanogènes. Un kilogramme de fumier de vache peut produire 35-40 l de biogaz lorsqu’il est mélangé à une quantité égale d’eau avec un temps de rétention hydraulique (HRT) de 55-60 jours maintenu à une température ambiante de 24-26 °C.

La bouse de vache est la principale source de production de biogaz en Inde. La bouse de vache générée par 3-5 bovins par jour peut faire fonctionner une simple usine de biogaz de 8-10 m3 qui est capable de produire 1,5-2 m3 de biogaz par jour, ce qui est suffisant pour une famille de 6-8 personnes, pour faire cuire un repas 2 ou 3 fois par jour, ou pour allumer deux lampes pendant 3 heures ou faire fonctionner un réfrigérateur pendant toute la journée ou faire fonctionner un générateur à moteur de 3-KW pendant 1 heure.

Matériau de construction

Dans de nombreuses régions la bouse a été et reste utilisée, comme comme dégraissant des argiles ou comme enduit

En Europe, la bouse était qui était l’un des matériaux composant le torchis, était aussi utilisée comme liant dans la construction des murs en pierre.

En Inde mais aussi dans d’autres régions du monde, les murs extérieurs des maisons en terre sont tapissés d’un mélange liquide de bouse malaxée avec de l’argile et un peu de paille. Ce mélange forme une couche imperméable qui possède également d’excellentes propriétés isolantes : les sols et les murs recouverts de bouse de vache ont tendance à rester chauds en hiver et froids en été. Les fibres présentes dans la bouse de vache empêchent également la fissuration. La bouse de vache agit également comme un répulsif naturel contre les insectes, et on lui prête également des propriétés antifongiques et antiseptiques.

Murs enduits de bouse malaxée avec de l’argile dans le Gujarat

Un procédé consiste à fabriquer des briques de construction à partir de bouse de vache mélangée à de la poussière de paille. Ces briques qui sont beaucoup plus légères que les briques conventionnelles. isole du froid en hiver et de la chaleur en été.

Au Rwanda la bouse est utilisée pour faire des sols lisses et sain dans les maisons.
Les sols de terre battue enduits de bouse sont appréciés car ils absorbent l’eau sans devenir pâteux et sont faciles à balayer.

Des études ont montré que la bouse de vache fonctionne comme un stabilisateur de sol, c’est-à-dire un matériau qui améliore la durabilité du sol en augmentant sa force et sa résistance à l’eau.

Sol à base de bouse

Dans le cadre d’une étude sur l’utilisation de la bouse de vache comme stabilisateur de sol dans la construction de briques Adobe, des briques présentant différents rapports bouse/sol ont été testées en termes de résistance à la compression, de perméabilité, d’érosion et de fissuration. Les résultats ont montré que le rapport de 1:4 (bouse de vache : sol) avait la plus grande résistance à la compression et à l’érosion. Le rapport 1:5 avait la plus grande résistance à la perméabilité à l’eau. En outre, la fissuration était minimale dans tous les traitements.

Dans une autre étude, les effets de la bouse de vache sur les changements microstructuraux des briques Adobe ont été étudiés par la méthode de diffraction des rayons X, les analyses thermo-gravimétriques et la microscopie électronique à balayage. Il a été constaté que la bouse de vache réagit avec la kaolinite et le quartz fin pour produire un silicate aminé insoluble, qui colle les particules de sol isolées ensemble. De plus, il a été observé que la présence significative de fibres dans la bouse de vache empêche la propagation des fissures dans la brique et renforce le matériau, conduisant à une microstructure Adobe homogène. On a constaté une amélioration significative de la résistance à l’eau des briques, faisant de l’Adobe stabilisé par la bouse de vache un matériau de construction avantageux pour les climats humides.

Brique à base de bouse et d’argile

L’urine de vache est également ajoutée dans la boue lors de la fabrication d’un mélange de torchis et d’adobe car elle améliore la propriété de la boue et permet un bon durcissement du sol. L’urine de vache est également utilisée comme additif pour les enduits des sols en raison de sa propriété antifongique. Elle empêche le développement de champignons nuisibles sur les murs et les sols. Elle est également un excellent produit d’étanchéité pour les sols en terre. L’urine de vache est utilisée pour sceller la surface supérieure de la finition, empêchant ainsi la formation de fissures.

Le plâtre védique est un mélange de bouse de vache et de gypse avec quelques additifs mineurs. Le gypse est utilisé comme matériau résistant à la chaleur, préservant l’humidité, absorbant le son et résistant au feu. L’ajout de chaux aide à éloigner les termites, celui d’urine de vache augmente le durcissement et la résistance du matériau.

Mur enduit de plâtre védique

Les résidus de fumier issus de la production de biogaz peuvent être utilisés à la place de la sciure pour fabriquer des panneaux de fibres, car ils contiennent des fibres et seront stérilisés, puis mélangés à de la résine pour fabriquer le panneau. Ce carton a de nombreuses utilisations - fabrication de meubles et de sols dans les maisons, etc. La teneur élevée en fibres permet aux gens de fabriquer du papier à partir de la bouse. La bouse est lavée pour en extraire les fibres, qui sont ensuite pressées en papier sur un tamis. Ce papier peut également être acheté dans le commerce.

Répulsif pour les insectes et désinfectant

Lorsqu’on brûle de la bouse de vache, la fumée qui s’en dégage repousse les insectes, y compris les moustiques. Comme mentionné plus haut, les enduits à base de bouse de vache agit également comme un répulsif naturel contre les insectes.

Agent nettoyant

La cendre de bouse de vache est un excellent nettoyant et dégraissant utilisée pour récurer les casseroles.

Agent aseptisant

La bouse de vache est considérée un tonique pour la peau. Mélangée avec des feuilles de neem broyées, la bouse de vache est curative dans diverses affections cutanées. Une crème de bouse aide les abcès à mûrir et soulage les démangeaisons de la peau. En effet, la bouse de vache possède des qualités antiseptiques et bactéricides vérifiées par la science moderne.

Agent blanchissant

La bouse de vache est un excellent blanchisseur utilisé par les artistes traditionnels qui peignent ou impriment les toiles de coton. La bouse fraîche est collectée et diluée avec de l’eau. Le tissu est trempé dans ce mélange pendant un ou deux jours pour être ensuite séché au soleil. Cette méthode de blanchissement n’abîme pas le tissu mais au contraire agit comme un mordant en augmentant la capacité de fixer les couleurs sur le coton de manière permanente.

Matériau de décoration

Les peintures murales de l’Inde (Madhubani dans le Bihar, Warli dans le Maharashtra…) sont réalisées sur des murs intérieurs qui ont préalablement été enduits d’une couche de bouse de vache. Aujourd’hui, pour respecter l’originalité de ces peintures murales traditionnelles, le papier ou la toile utilisée par les artistes est aussi enduite de bouse.

Peinture murale Madhubani

Dans le Gisaka, région au sud-est du Rwanda, la bouse était utilisée pour décorer les murs intérieurs des huttes de motifs géométriques.

Mur intérieur orné d’imigongo au Gisaka

Aujourd’hui la bouse reste utilisée pour réaliser des tableaux appelés « imigongo » ou des décorations murales.

Objets domestiques

Dans la Riff marocain, étaient façonné des récipients cylindriques de stockage et des bols, faits d’un mélange de bouse et d’argile. Ces récipients cylindriques sont appelés tabtoba, ou tonna, selon les villages. L’élaboration de récipients en bouse de vache et argile non cuite était une production domestique pratiquée par les femmes de la région.

Mis en ligne par La vie re-belle
 12/07/2022
 https://lavierebelle.org/milles-et-une-utilisations-de-la

Les articles 9

IMG: Techniques dogons de récolte de l'eau et de gestion de la fertilité des sols D’ordinaire, des agronomes occidentaux viennent pleins de bonnes intentions dans les pays dits « du Sud » apprendre aux cultivateurs comment améliorer leurs (...)
IMG: Phytopratiques traditionnelles pour aujourd'hui et demain Nous présentons et reprenons ici un article passionnant de Francis Hallé qui met en lumière la richesse des connaissances botaniques et des savoir-faire (...)
IMG: Apiculture et ruches rwandaises traditionnelles Apiculture rwandaiseLes ONG et le gouvernement rwandais promeuvent une apiculture « modernisée », dans laquelle « abavumvu » : les apiculteurs sont regroupés (...)
IMG: Sels végétaux traditionnels La consommation de sels végétaux étaient autrefois commune en Afrique. Ces sels ont presque disparu des tables au profit de sels marins raffinés. Eu égard à (...)
IMG: Purifier l'eau avec les ressources du milieux Toutes les civilisations anciennes ont développé une connaissance des substances végétales et minérales qui ont le pouvoir de purifier l’eau, et des techniques (...)
IMG: Jardins flottants du Bangladesh Dans une situation de précarisation de leurs conditions d’existence, mises en péril par les effets du réchauffement climatique, les paysans Bangladeshi (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2022